Changer d'édition

Plus que deux ans avant de rouler sur la Lune
Luxembourg 1 5 min. 11.03.2021 Cet article est archivé

Plus que deux ans avant de rouler sur la Lune

Federico Giusto fait partie d'Ispace Luxembourg, société dont le rover a été retenu par la NASA pour une mission lunaire.

Plus que deux ans avant de rouler sur la Lune

Federico Giusto fait partie d'Ispace Luxembourg, société dont le rover a été retenu par la NASA pour une mission lunaire.
Photo : Sibila Lind
Luxembourg 1 5 min. 11.03.2021 Cet article est archivé

Plus que deux ans avant de rouler sur la Lune

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Avant d'expédier deux astronautes sur l'unique satellite naturel de la Terre, la NASA y enverra en 2023 un robot en mission de reconnaissance. Et c'est à Luxembourg que l'équipe d'Ispace conçoit ce rover aussi léger qu'intelligent.

(avec Sibila LIND) Il fait neuf degrés dans le hall d'essais occupé par Ispace. A peine de quoi faire grelotter Federico Giusto, ingénieur en systèmes spatiaux. Pour lui, ce qui compte c'est comment le robot qui évolue face à lui se comportera quand les températures oscilleront entre +100 et -100°C. «Car c'est ce qui l'attend là-haut», pointe du doigt l'ingénieur. Au bout de son doigt, à 385.000 km de la rue d'Alsace à Luxembourg-ville, la Lune. En 2023, c'est à la surface du satellite naturel que le rover «made in Luxembourg» fera ses premiers tours de roue.

Des années qu'installés dans l'incubateur Paul-Wurth Inc, les ingénieurs et techniciens de la start-up s'activent à créer le rover idéal. Il y a déjà eu Hakuto, voilà son petit frère. Compact, petit mais taillé pour l'aventure spatiale. Et Federico Giusto de défendre le prototype développé au Grand-Duché : «C'est ici que toute la recherche et la conception se fait. Et chaque détail compte si l'on veut assurer la mission qui nous a été confiée.» Pas question en effet de ne pas être à la hauteur du client ; la NASA en personne.

Ainsi en décembre dernier, l'agence spatiale américaine a-t-elle retenu Ispace Japan et Luxembourg pour contribuer à son programme Artemis. Autrement dit préparer le retour des humains. La branche asiatique est chargée de l'atterrisseur qui se posera sur la Lune, non loin du ''Lacus Somniorum'' (ou lac des rêves)» ; la branche européenne se charge du robot guidable qui sera, lui, chargé de récupérer des échantillons minéraux. 

C'est pourquoi, depuis plus de quatre ans, c'est sur un terrain de jeu de 8x8m que les ingénieurs se pressent quand ils ne cogitent pas devant leurs ordinateurs. «Ce Lunar Yard est le terrain d'entraînement du robot, et nous y analysons chacune de ses réactions. Face à un obstacle, dans une pente, sur un sol sableux ou jonchés de cailloux, rochers. Tous les problèmes doivent être pensés ici et solutionnés pour ne pas avoir lieu là-haut».

C'est aussi au Luxembourg que le robot trouve sa forme, son allure, sa ligne... et son poids. «Plus il sera léger et résistant plus nous serons satisfaits.» D'abord parce que chaque gramme (ou centimètre) compte. «Plus vous pesez, plus vous coûtez cher à embarquer et moins vous êtes facile à manipuler».

Ensuite, l'appareil devra être dur au mal une fois sur la Lune. En effet, le rover y évoluera en milieu hostile. Températures, mais aussi reliefs, radiations, poussières, faible gravité, manque de ravitaillement : l'environnement n'aura rien de favorable.

Aussi, les concepteurs recherchent les matériaux et les technologies les mieux adaptés. Où placer au mieux les panneaux solaires par rapport à l'inclinaison du soleil. A quelle allure avancer pour ne pas épuiser les batteries trop rapidement? Quels outils adoptés pour collecter les échantillons. «Je pense que d'ici un an, nous saurons s'il sera équipé d'une pince, ou s'il raclera la surface, ou s'il creusera à la façon d'un mini-bulldozer», avance Federico Giusto qui, comme ses collègues, sait que le temps est maintenant compté.

Un petit tour de roues, un grand pas pour l'humanité

L'électronique embarquée doit aussi être ultra-performante. Non seulement pour recevoir les ordres de guidage, depuis Tokyo. Mais aussi pour transmettre toutes les analyses du rover vers le lander; le vaisseau servant d'antenne géante pour relayer ensuite les datas vers la Terre. «Là, il faut compter 2,56'' de temps de transmission pour que cela arrive ici». Cette fois, le doigt pointe vers le sol. Car c'est bien sur la planète bleue qu'arriveront les milliers d'informations rassemblées durant le lointain périple du robot. 


Staff members examine the return module of China's Chang'e-5 lunar probe in Siziwang Banner, in northern China's Inner Mongolia Autonomous Region on December 17, 2020. (Photo by STR / AFP) / China OUT
La Chine rapporte des morceaux de Lune
C'est une prouesse technologique dans l'espace: la Chine a rapporté jeudi, sans encombre, des échantillons de Lune, première mission de ce type en plus de 40 ans.

Des données précieuses sur la composition du sol, la présence d'éléments favorables à la vie juste à un endroit précis. Pile là où la Nasa, en 2024, compte faire marcher deux spationautes, dont la première femme à poser le pied là sur ce sol foulé pour la première fois, en 1969, par Neil Armstrong.

 «Clairement, au-delà de la conception du robot, la part excitante du travail consiste à savoir que tu fais en quelque sorte partie de l'histoire de la conquête de l'espace. Car les données collectées par le rover serviront d'une manière ou d'une autre à permettre une installation plus ou moins durable sur la Lune. Et dire que tout ça est parti de là, du Luxembourg...», s'enthousiasme Federico Giusto.

Il est vrai que, depuis plusieurs années, le pays a décidé de booster ses soutiens au domaine spatial. Que ce soit via la création de sa propre agence, qu'en tissant des liens avec d'autres partenaires publics comme privés. Ispace, comme d'autres start-up ont ainsi trouvé au Grand-Duché un environnement intéressant. Non seulement d'un point de vue financier, mais aussi technologique. «Parce qu'avec toutes ces entreprises ou ces universitaires qui recherchent dans le même domaine, tu peux échanger et donc aller plus vite». Un peu l'image de ces vaisseaux qui voient leur vitesse s'accélérer en bénéficiant d'une orbite favorable. Une bonne étoile en quelque sorte.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Nasa a rendu publics lundi deux documents exceptionnels capturés par son rover Perseverance sur la planète rouge. Une spectaculaire vidéo de son atterrissage enregistré sous tous les angles, et le son d'une bourrasque de vent martien.
This NASA video frame grab photo released on February 22, 2021 shows what NASA's Mars 2020 Perseverance mission captured in footage of its rover landing in Mars' Jezero Crater on February 18, 2021, the real footage in this video was captured by several cameras that are part of the rover's entry, descent, and landing suite. The views include a camera looking down from the spacecraft's descent stage (a kind of rocket-powered jet pack that helps fly the rover to its landing site), a camera on the rover looking up at the descent stage, a camera on the top of the aeroshell (a capsule protecting the rover) looking up at that parachute, and a camera on the bottom of the rover looking down at the Martian surface. - The US space agency NASA on February 22, 2021 released the first video of the landing of the Perseverance rover on Mars. The video clip, lasting three minutes and 25 seconds, showed the deployment of the parachute and the rover's touchdown on the surface of the Red Planet. "These are really amazing videos," said Michael Watkins, director of NASA's Jet Propulsion Laboratory. "This is the first time we've ever been able to capture an event like the landing on Mars." (Photo by Lizabeth MENZIES / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/JPL-Caltech/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
La start-up luxembourgeoise Space Cargo Unlimited compte déjà trois lancements de matériaux vivants dans l'espace à son actif. Y compris des bouteilles de vin dont elle étudie l'évolution loin de la gravité terrestre.
(FILES) This NASA handout image received on March 25, 2008 shows the International Space Station (ISS) on March 24, 2008 as seen from the US space shuttle Endeavour. The Johnson Space Center in Houston, Texas, reported March 12, 2009 that the crew of the ISS was evacuated to the Soyuz escape vehicle as a precautionaery measure after it was discovered that space debris presented a danger to the station. The center later announced an all-clear once the ISS had passed the debris field. On the ISS are NASA’s Expedition 18 Commander Mike Fincke, Russian Flight Engineer Yury Lonchakov, and NASA’s Sandra Magnus.     FILES/AFP PHOTO/NASA PHOTO/HO =GETTY OUT=
Son nom est Artemis. Ce programme dirigé par la Nasa vise à un retour de l'homme sur le satellite de la Terre d'ici 2024. Franz Fayot, le ministre de l'Économie a signé mardi l'accord qui formalise la collaboration entre la Nasa et l'agence spatiale luxembourgeoise.
Le robot Opportunity, qui roulait sur Mars depuis 2004 et a confirmé que de l'eau y coulait autrefois, a officiellement été déclaré mort mercredi par la Nasa, marquant la fin d'une des missions les plus fructueuses de l'histoire de l'exploration du système solaire.
(FILES) This file computer generated image obtained on August 31, 2018 shows the Opportunity rover of NASA part of the Mars planet exploration program. - US space agency NASA will make one final attempt to contact its Opportunity Rover on Mars late February 12, 2019, eight months after it last made contact.  The agency also said it would hold a briefing February 13, 2019, during which it will likely officially declare the end of the mission.Opportunity landed on Mars in 2004 and covered 28 miles (45 kilometers) on the planet, securing its place in history after lasting well beyond its expected 90-day mission. (Photo by - / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NASA " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS