Changer d'édition

Plus de recettes qu'attendu dopent le budget 2019
Luxembourg 2 min. 30.11.2020

Plus de recettes qu'attendu dopent le budget 2019

Cette année, François Benoy (Déi Gréng) sera rapporteur du budget 2021 dont le vote est prévu mi-décembre.

Plus de recettes qu'attendu dopent le budget 2019

Cette année, François Benoy (Déi Gréng) sera rapporteur du budget 2021 dont le vote est prévu mi-décembre.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 30.11.2020

Plus de recettes qu'attendu dopent le budget 2019

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les bonnes nouvelles ne sont pas si fréquentes pour savourer celles qui se présentent : la Cour des comptes a ainsi validé que, côté recettes, l'Etat avait fait mieux qu'escompté l'an dernier en rentrant 686 millions d'euros de plus que prévu.

En octobre dernier, Pierre Gramegna avait déjà prévenu : le déficit des comptes publics, pour l'exercice 2019, serait moins lourd que dans ses prévisions. Ce lundi, les propos du ministre des Finances viennent d'être corroborés par la Cour des comptes. Les sages ont effectivement acté la bonne santé des recettes perçues par l'Etat l'an dernier. On parle là d'un temps, sans épidémie et à l'activité assurant dynamisme à l'économie nationale et donc plus de taxes et d'impôts pour les caisses publiques.


La semaine dernière, le ministre des finances a proposé "un budget de 21,7 milliards d'euros.
Le virus affecte négativement les finances de l'Etat
Le ministre des Finances doit toujours faire face à moins de rentrées d'argent et plus de dépenses publiques. Un choix assumé que Pierre Gramegna a chiffré pour le troisième trimestre.

Les recettes courantes ont ainsi progressé l'an dernier, passant de 16,5 milliards d'euros espérés à 17,3 milliards réalisés. Une hausse de 4,73% qui fait du bien aux comptes de la nation, bien entendu. La hausse la plus importante (+12,5%) est à mettre au crédit de l’impôt sur le revenu des collectivités. Cette part de fiscalité augmentant bien plus que programmé non seulement grâce aux conditions économiques favorables, mais également en lien avec la mise en place de la déclaration électronique obligatoire pour cet impôt.

Financer la dette

Voilà donc une poire pour la soif inattendue, alors que mi-décembre la Chambre se prononcera sur le budget 2021 préparé par Pierre Gramegna et pour lequel les différents avis ne cessent de tomber. La Chambre des salariés ou la Chambre des Métiers avaient déjà émis les leurs, mais en cette fin novembre c'est l'avis de la Banque centrale du Luxembourg qui a été présenté à la commission des finances de la Chambre. 


Lokales, Fahne auf halbmast, chambre des députés Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Discrétion de rigueur autour des emprunts
En l'espace de cinq mois, le gouvernement a contracté deux prêts. Mais pour l'un comme pour l'autre, le voilà qui joue la carte du silence. A ce jour, aucun détail concret n'est donc connu, notamment en ce qui concerne le premier prêt durable du pays.

Occasion pour la BCL de regretter que les perspectives présentées ne chiffrent pas le coût de certaines mesures annoncées. C'est ainsi le cas pour la suppression des stock-options ou la fiscalité nouvelle frappant les Fonds d'investissement spécialisés (FIS), par exemple. Mais la BCL a également attiré l'attention des parlementaires sur la gestion de la dette. Selon l'institution, les autorisations d’emprunt disponibles (7 milliards d'euros dont 3,8 milliards à réaliser en 2021) «sont insuffisantes pour couvrir la dette jusqu’en 2024».


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Maison du Grand-Duc disposera de 17,5 millions d'euros
Le gouvernement accordera une rallonge pour 2021 à leurs altesses royales. Mais le budget se limitera à financer les seuls frais de fonction et de représentation du chef de l'Etat et ses proches, mais plus les dépenses personnelles.
x
Des mesures pour limiter la spéculation sur l'habitat
Une enveloppe de près de 550 millions d'euros est prévue pour financer la construction de logements abordables dans les années à venir. A laquelle s'ajoute l'objectif d'«éliminer les mesures qui encouragent les hausses de prix», assure Pierre Gramegna au journal "Contacto".
Wi,Classement des banques -ITV Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La Chambre des salariés appuie l'impôt sur la fortune
Abolie voilà une quinzaine d'années, la taxation sur les plus hauts revenus revient dans le débat. Pour l'organisme représentant toutes les personnes salariées travaillant au Luxembourg, la recherche de nouvelles recettes fiscales devrait passer par «la plus socialement juste des fiscalités».
Steuererklärung - déclaration fiscale - Photo : Pierre Matgé
La récession historique au sein de l'UE se confirme
Après un premier semestre marqué par les confinements, puis «un rebond vigoureux» avec la levée progressive des mesures sanitaires, l'économie de la zone euro affronte ce que la Commission nomme «des perturbations». Au Luxembourg, l'année devrait s'achever avec un recul de 4,5% du PIB.
Paolo Gentiloni
L'équité fiscale, au nom du FIS
Pour soutenir les 21,7 milliards d'euros de sa proposition de budget pour l'an prochain, le ministre des Finances a décidé de mettre fin à «un abus fiscal» portant sur les Fonds d'investissement spécialisés immobiliers. Beau geste mais dont on ignore la portée réelle.
fonds d'investissement photo anouk antony