Changer d'édition

Plus de moyens pour la prévention santé
Luxembourg 2 min. 06.04.2020 Cet article est archivé

Plus de moyens pour la prévention santé

Paulette Lenert entend bien renforcer les actions de médecine préventive.

Plus de moyens pour la prévention santé

Paulette Lenert entend bien renforcer les actions de médecine préventive.
Photo : SIP
Luxembourg 2 min. 06.04.2020 Cet article est archivé

Plus de moyens pour la prévention santé

Le ministère de la Santé entend bien faire un effort sur des opérations de sensibilisation. Actuellement, il ne consacre que 2,2% de son budget aux conseils sur les gestes à adopter pour rester en forme.

(pj) Il arrive parfois que le Luxembourg ne soit pas en tête des classements européens. Et c'est notamment le cas si l'on étudie les sommes dédiées aux opérations de prévention santé. Ainsi, dans le reste de l'UE, les ministres en charge de cette question consacrent en moyenne 3,1% de leurs moyens financiers à ce type d'initiatives. Au Grand-Duché, le taux atteint juste les 2,2%. 

Pourtant, comme dit le proverbe  «prévenir, c'est guérir». Et le gouvernement lui-même sait combien la prévention porte ses fruits. Début février, à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, il l'avait d'ailleurs rappelé en adoptant un mode de vie plus sain - «avec en premier lieu, le refus du tabac et la consommation modérée de l'alcool et en favorisant une alimentation saine et activité physique régulière» - 40% des cancers pourraient être évités. Aussi, dernièrement, la députée Francine Closener (LSAP) a-t-elle interpellé la ministre de la Santé au sujet d'un possible réajustement des budgets dédiés à la prévention.


Pour en finir avec le verre de trop
Le Luxembourg vient d'adopter son premier plan d’action de réduction du mésusage de l’alcool. Une série de mesures attendues depuis 2012 et nécessaires dans un pays où 9% des décès sont imputables à une consommation excessive de boissons.

Ce lundi, via son premier conseiller de gouvernement, Paulette Lenert (LSAP) a confirmé qu'elle entendait bien allouer plus d'euros à ce domaine. «Nous devons continuer à intensifier nos efforts en vue de favoriser davantage la prévention des maladies et la promotion de la santé», note celle qui a pris la succession d'Etienne Schneider.

Si elle n'indique pas quelle augmentation connaîtra le portefeuille attribué à la  médecine préventive, Paulette Lenert fait remarquer que nombre des programmes d'actions en cours ont été initiés ces quatre dernières années. Selon elle, «cela traduit une prise de conscience progressive de l'autorité de santé de l'importance de la prévention, et une volonté de mettre en place des actions concrètes sur le terrain». 

Et même si pour l'heure un maximum d'attention est porté sur la lutte face à l'épidémie de covid-19, la ministre de la Santé assure qu'elle tiendra «avec détermination» les promesses dictées dans l'accord de coalition 2018-2023. Mais en attendant, mise en place de la hotline et autre campagne d'information sur le coronavirus, font bien partie des actions préventives à souligner.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé s'est félicitée mercredi de l'amélioration de la situation sanitaire, due selon elle à la vaccination. Mais les retards de livraison d'AstraZeneca et Johnson & Johnson pourraient freiner ce progrès.
Politik, Covid-Situation, Paulette Lenert und Dr. Jean-Claude Schmit Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Pour de nombreux salariés, la poursuite de leur activité professionnelle à domicile se trouve synonyme d'une situation provisoire. Mais aussi de quelques conséquences physiques qui ne devraient toutefois pas être permanentes, selon les experts.
L'an passé, le pays s'était retrouvé en manque de produits dès décembre. Cette année, le ministère de la Santé a pris les devant en multipliant les fournisseurs afin d'éviter toute pénurie. Reste à savoir si la composition de la dose injectée sera la bonne.
En 2018, la vaccination anti-grippe a bondi de 30% au Luxembourg. Une des explications de la pénurie de vaccins.