Changer d'édition

Plus de 73.000 salariés déjà admis en chômage partiel
Luxembourg 06.04.2020

Plus de 73.000 salariés déjà admis en chômage partiel

Tous les chantiers sont désormais à l'arrêt au pays en raison de la crise du covid-19

Plus de 73.000 salariés déjà admis en chômage partiel

Tous les chantiers sont désormais à l'arrêt au pays en raison de la crise du covid-19
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 06.04.2020

Plus de 73.000 salariés déjà admis en chômage partiel

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Ce lundi, le comité de conjoncture a validé 2.594 demandes d'entreprises à bénéficier des mesures de chômage partiel. Soit déjà 86,6 millions d'euros d'aides accordées trois semaines après les premiers arrêts d'activité. Hors cas pris en charge par l'ADEM.

Si entre 6.000 et 7.000 entreprises ont formulé une demande de chômage partiel depuis le début de la crise du covid-19, seules 5.077 d'entre elles ont vu leur demande validée à ce jour. Ainsi, le chômage partiel concerne aujourd'hui plus de 73.000 salariés au pays. Présidé conjointement par Dan Kersch (LSAP), ministre du Travail et de l'Emploi, et par Franz Fayot (LSAP), ministre de l'Économie, le comité de conjoncture précise que 2.594 entreprises ont vu leur demande validée. Ces sociétés représentant 35.500 salariés se verront attribuer des avances à hauteur de 86,6 millions d'euros.   

Mais il ne s'agit là que des entreprises pouvant toutefois assurer a minima un travail. S'y ajoutent les 2.483 entreprises qui ne peuvent plus du tout exercer leurs activités durant la crise et sont traitées directement par l'ADEM et non le comité de conjoncture. Cette fois, 37.754 salariés sont concernés par la mise en chômage partiel, tandis que les avances de l'État se chiffrent à plus de 57,3 millions d'euros.


Sommerinterview Dan Kersch, Minister Sort, Arbeit, Sozial und Solidarwirtschaft, Belval, Esch Alzette, , Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Un demi-milliard d'euros pour le chômage partiel
Entre 6.000 et 7.000 entreprises ont déjà formulé une demande de chômage partiel a annoncé, ce mercredi, le ministre du Travail, Dan Kersch. L'Etat déboursera au moins un demi-milliard d'euros, voire plus si la crise se prolonge.

Vendredi, le comité de conjoncture tiendra une nouvelle réunion. Evénement exceptionnel car, habituellement, les décisions ne sont prises qu'une fois par mois. Seulement, au vu de la déferlante de demandes, les autorités publiques se doivent de réagir vite. 

Cette fois, il s'agira en plus «d'admettre de manière exceptionnelle» au bénéfice du chômage partiel les sociétés présentant un retard dans le paiement de leurs cotisations sociales. A cet égard, un distinguo s'opère entre celles ayant un retard de paiement de trois mois ou moins, et celles accusant un retard supérieur à trois mois. Les premières verront leur avance réduite de 10%, et les secondes de 20%.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Énormément de gens s'en sortent vraiment bien»
Devenu la norme au sein des entreprises depuis l'instauration du confinement, le télétravail dévoile des fragilités au sein des différentes organisations, mais aussi des potentiels parfois insoupçonnés. Explications avec Susanne Habran-Jensen, psychologue du travail et coach en entreprise.
Lokales, Télétravail, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le mal de dos et les yeux fatigués des télétravailleurs
Pour de nombreux salariés, la poursuite de leur activité professionnelle à domicile se trouve synonyme d'une situation provisoire. Mais aussi de quelques conséquences physiques qui ne devraient toutefois pas être permanentes, selon les experts.
«Le patron reste libre de verser plus» à ses salariés
Face au constat dressé par un entrepreneur des inégalités de traitement entre salariés en arrêt maladie et ceux en chômage partiel, Dan Kersch, ministre du Travail assure que chaque entreprise peut aller au-delà de ce qui est prévu par la loi. Explications.
Chantier Hamilius,Aldringen.Foto:Gerry Huberty
L’état de crise passe du discours aux actes
Le gouvernement a adopté une série de dispositions dans le but d'adapter le fonctionnement du pays à la situation inédite traversée. Tour d’horizon de ce qui va changer pendant cette période.
Les décideurs satisfaits du plan de 8,8 milliards
Pour relancer une économie quasiment au point mort, le gouvernement a énoncé mercredi les grandes lignes de son «plan Marshall» doté de près de neuf milliards d’euros. Une initiative saluée par tous les décideurs qui attendent désormais «une mise en œuvre rapide».
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.
Un demi-milliard d'euros pour le chômage partiel
Entre 6.000 et 7.000 entreprises ont déjà formulé une demande de chômage partiel a annoncé, ce mercredi, le ministre du Travail, Dan Kersch. L'Etat déboursera au moins un demi-milliard d'euros, voire plus si la crise se prolonge.
Sommerinterview Dan Kersch, Minister Sort, Arbeit, Sozial und Solidarwirtschaft, Belval, Esch Alzette, , Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort