Changer d'édition

Plus de 3.000 tonnes de fruits offerts aux écoliers
Luxembourg 2 min. 17.10.2019 Cet article est archivé

Plus de 3.000 tonnes de fruits offerts aux écoliers

Le «Schouluebstprogramm» fait le régal de 96% des élèves luxembourgeois.

Plus de 3.000 tonnes de fruits offerts aux écoliers

Le «Schouluebstprogramm» fait le régal de 96% des élèves luxembourgeois.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 17.10.2019 Cet article est archivé

Plus de 3.000 tonnes de fruits offerts aux écoliers

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Depuis le lancement en 2010 du programme «Fruits à l'école», la distribution gratuite va crescendo. Chaque année, près de 100.000 jeunes luxembourgeois bénéficient de cette opération dans l'enseignement fondamental et secondaire.

Si les écoliers et lycéens du Grand-Duché peuvent librement savourer, chaque semaine, un assortiment de fruits, c'est à un programme européen qu'ils le doivent. Depuis neuf rentrées maintenant, le «Schouluebstprogramm» a ainsi distribué 3.033,56 tonnes de fruits. Et le ministre de l'Agriculture, un des porteurs du projet, n'a pas l'intention d'arrêter cette mesure.

Le ministre Romain Schneider (LSAP) a d'ailleurs tout lieu de se satisfaire du dispositif. Non seulement 93% des établissements scolaires du pays participent à l'opération, mais depuis 2010 une seule école fondamentale a quitté l'opération. A cela une raison: le conseil échevinal estimant que les fruits fournis auraient dû être majoritairement issus de l’agriculture biologique et d’origine luxembourgeoise. Un retrait sur lequel les élus de la mandature suivante sont illico revenus.

La chasse au gaspillage

Si le député Franz Fayot (LSAP) se satisfait de constater que 96% des élèves ont accès à cette saine proposition alimentaire, un doute lui restait sur l'estomac. Qu'en était-il d'un éventuel gaspillage alimentaire lié à des livraisons éventuellement excessives. Le ministre de l'Agriculture l'a rassuré: tout se fait bien en fonction de l'appétit des enfants et des adolescents.

Dans l’enseignement fondamental, les fruits sont livrés une fois par semaine, du lundi au jeudi. Les quantités livrées sont calculées en fonction du nombre d'élèves du site de façon à ce chaque élève reçoive une portion de fruits par semaine. Il est prévu que les fruits soient consommés en une ou deux journées après la livraison. «Ceci permet aussi de livrer des fruits plus facilement périssables comme des pêches ou des prunes», note Romain Schneider.


Schoul Rentrée 2016-2017 - illustration - Photo : Pierre Matgé
Cinq choses à retenir sur la rentrée
Plus d'élèves, d'enseignants, des nouvelles mesures pour les jeunes et les parents d'élèves, un accent mis sur l'environnement: à trois jours de la reprise des cours, le ministre de l'Éducation nationale a passé son grand oral ce vendredi.

Dans le secondaire, la distribution de fruits est réalisée à travers les cantines et cafétérias des lycées. Les établissement sont approvisionnés en début de semaine. Les élèves peuvent alors se servir librement dans des paniers de fruits mis à disposition.

Et que Franz Fayot -et d'autres- souffle: le surplus sert le plus souvent ensuite aux cuisiniers pour des préparations «comme des jus, smoothies, compotes ou des tartes». Rien ne se perd donc dans le meilleur des cas. A l'heure où le ministère de l'Éducation met en place toute une série de mesures pour limiter l'empreinte écologique de chaque écolier et où les scientifiques invitent à mieux surveiller notre alimentation ce serait dommage qu'il n'en soit pas ainsi.


Sur le même sujet

Pour que les enfants aient le moins possible à subir de violences physiques ou psychologiques, le système scolaire s'est doté de nombreux dispositifs. Des moyens à la portée des enseignants, des parents comme des jeunes victimes.
Pour renforcer leur rôle de partenaires incontournables de l'école, les parents des écoliers et lycéens seront représentés par un groupe de 12 représentants nationaux dès février. Ils seront désignés parmi les représentants locaux élus au courant de cet automne.
Charlemagne: première école francophone à enseigner le luxembourgeois dès le primaire.Foto:Gerry Huberty
Des petits écoliers aux étudiants de l'Uni, la responsabilité du ministre de l'Éducation nationale porte sur 150.000 élèves. Mais une des préoccupations de Claude Meisch (DP) reste le recrutement de nouveaux instituteurs et professeurs.
Politik - Interview Claude Meisch - Bildungsminister - DP- Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
124 kilos de nourriture sont jetés par an et par personne au Luxembourg alors que près de la moitié de ces déchets pourraient être évités. Pour limiter le phénomène, les consommateurs peuvent déjà compter sur les mesures mises en place.