Changer d'édition

Plus de 17.000 échantillons covid+ en stock
Luxembourg 2 min. 25.05.2021

Plus de 17.000 échantillons covid+ en stock

Comme ici lors du dernier concert à la Rockhal, vendredi, plus de 2,8 millions de tests PCR covid ont été effectués au Grand-Duché.

Plus de 17.000 échantillons covid+ en stock

Comme ici lors du dernier concert à la Rockhal, vendredi, plus de 2,8 millions de tests PCR covid ont été effectués au Grand-Duché.
Photo :Claude Piscitelli
Luxembourg 2 min. 25.05.2021

Plus de 17.000 échantillons covid+ en stock

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Laboratoire national de santé ne se contente pas de séquencer une partie des tests covid positifs du Luxembourg, il les conserve également. Une banque de données majeure pour suivre l'évolution du virus.

Cette banque-là aussi pourra rapporter gros. Mais bien plus en termes de connaissances que de plus-values financières. Ainsi la LuxMicroBiobank créée par le Laboratoire national de santé (LNS) voilà tout juste un an ne cesse d'engranger de la matière propice aux recherches scientifiques. Et plus particulièrement dans le cadre des études sur le covid-19. Ainsi, en douze mois, l'établissement a-t-il déjà pu accumuler près de 17.000 échantillons de prélèvements infectés par le coronavirus.


Un variant luxembourgeois... non luxembourgeois
Si les médias allemands évoquent ces derniers jours une souche grand-ducale du covid-19, la version B.1.160 du virus ne se serait en réalité pas développée sur le territoire du Grand-Duché, affirme le LNS.

Chaque semaine, c'est à partir des séquençages effectués sur les «nouveaux» échantillons que le LNS traduit l'évolution de l'épidémie. Pas en nombre de cas (c'est l'affaire du ministère de la Santé) mais dans l'analyse des souches qui peuvent venir affecter la population. On sait ainsi qu'actuellement, le variant britannique représente près de 85% des nouvelles infections.

Mais au-delà de la photographie immédiate de la situation sanitaire, la  LuxMicroBiobank constitue une réserve majeure. Comme l'explique le Dr Tamir Abdelrahman, chef du département de microbiologie : «C'est aussi grâce à tous ces échantillons stockés que nous pouvons valider de nouvelles méthodes de diagnostic au Luxembourg». Ce fut notamment le cas quand les autorités de la Santé ont souhaité déployer les autotests. Pour mesurer la juste sensibilité des kits sur le marché, c'est via les échantillons en dépôt au laboratoire de Dudelange que les mesures de fiabilité de ces accessoires ont pu être entreprises. Le LNS donnant alors son avis, «à titre consultatif». 

Ces milliers d'échantillons positifs (anonymisés) au coronavirus sont également mis à disposition des scientifiques du pays mais aussi internationaux qui souhaiteraient étudier le virus. Maintenant ou à l'avenir. Un stock utile quand il s'agira d'étudier l'efficacité de tel traitement ou mesurer l'efficacité de telle ou telle formule de vaccin sur tel ou tel variant.

L'épidémie régressant certes mais n'étant pas terminée, le Laboratoire national de santé a décidé d'accentuer ses capacités de réserve pour cette biobanque. Avec notamment pour but «d'établir un centre international pour les pathogènes émergents», note Nicolas van Elsué, coordinateur de la LuxMicroBiobank. 

Depuis qu'il a été nommé laboratoire national de référence pour les infections respiratoires aiguës, en janvier dernier, le LNS reçoit pour effectuer son séquençage l'ensemble des échantillons positifs covid repérés par les différents centres d'analyse privés. Chaque semaine, il assure le séquençage de près de 50% de ces nouveaux échantillons.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Habituellement, la surveillance des infections respiratoires circulant dans le pays s'achève au printemps. Mais cette année, covid oblige, le Laboratoire national de santé et les professionnels de santé échangeront leurs données jusque fin 2021.
diagnosis concept
Le Laboratoire national de santé a mis en place une formation destinée à celles et ceux qui seraient amenés à devoir pratiquer des tests naso/oropharyngés. Et cela ne s'adresse pas seulement aux blouses blanches.
A health worker takes a swab sample from a woman to test for the COVID-19 coronavirus at the triage center 'Centrum' at the Sint-Vincentiusziekenhuis, in Antwerp on July 30, 2020. - The Covid-19 contamination numbers are on the rise, especially in the Antwerp city center. The National Security Council has announced more strict coronavirus measures, that went into effect yesterday, in an attempt to try and keep the contamination level as low as possible. (Photo by JONAS ROOSENS / Belga / AFP) / Belgium OUT
Face à l'usage massif de ces kits de dépistage, le gouvernement a indiqué la marche à suivre ce lundi pour éviter qu'ils ne se retrouvent dans la nature ou la mauvaise benne. Un protocole mis en place suite aux sollicitations de particuliers et du secteur de l'Horeca.
Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le Luxembourg a commandé 900.000 kits de dépistage antigénique du covid. Mais les évaluations du Laboratoire national de santé (LNS) sur ce type d'accessoires invitent à la prudence sur l'exploitation des résultats.
A staff member from the Israeli Sheba Medical Center shows a reagent of rapid test for the coronavirus at the Herzliya Hebrew Gymnasium Hight School in the coastal city of Tel Aviv on November 8, 2020, as part of a special program that could enable students to return to school faster than planned. - The program that was launched today, involves as a first step, the screening of students and staff members with a serological test, in search for antibodies. 
After that, they will be screened three times per week using a rapid antigen test to determine if they are positive for coronavirus. (Photo by JACK GUEZ / AFP)