Changer d'édition

Plus d'espace au centre de soins pour animaux de Dudelange

Plus d'espace au centre de soins pour animaux de Dudelange

Lex Kleren
Luxembourg 24 2 min. 01.05.2018

Plus d'espace au centre de soins pour animaux de Dudelange

L'année dernière, environ 2.500 animaux sauvages ont été soignés dans ce centre. Au vu du nombre croissant d'animaux recueillis, il était temps que la structure soit agrandie.

Au sein des nouvelles infrastructures, des renardeaux et un jeune sanglier sont nourris. Un peu plus loin,  des pigeons et des hérissons se remettent d'une opération. Le calme règne au centre de soins de la faune sauvage de Dudelange.  Soudain, c'est la course contre la montre: les pompiers amènent un nouveau pensionnaire, un canard blessé, sans doute par un chien, à la tête et au dos, retrouvé au lac d'Echternach. Il est faible.

L'année dernière, environ 2.500 animaux ont été pris en charge à Dudelange. En 2009, il y en avait 1.800, dix ans plus tôt 1.200 et, dans les premières années de la structure, un peu plus de 1.000. «Le nombre d'animaux enregistrés ne cesse d'augmenter», explique Raf Stassen, directeur du centre.  

Ce bâtiment de Dudelange, construit il y a environ 25 ans maintenant, semble trop petit et vétuste pour accueillir autant d'animaux. De ce fait, afin de pouvoir accueillir le mieux possible les animaux sauvages,  trois conteneurs ont été placés à côté du bâtiment il y a trois mois.

"Trop de contact avec les gens peut les stresser"

Dans le premier conteneur, on fait un premier état des lieux lorsqu'un animal est amené, pour déterminer la cause de la souffrance de l'animal. Une fois le diagnostic posé, ils peuvent se reposer au sein de la structure. "Trop de contact avec les gens peut les stresser. Il y a aussi le risque que les animaux s'habituent trop aux humains", explique Raf Stassen. 

A côté de la nouvelle salle de réception, un hall avec plusieurs cages et accessoires pour bébés animaux. Juste à côté, dans le troisième conteneur, on héberge de jeunes oiseaux. Plusieurs centaines seront ici au cours de la saison. Tout ce petit monde doit être nourri régulièrement, un travail qui prend beaucoup de temps.  

Les mammifères sont fréquemment blessés dans des accidents avec un véhicule, alors que les oiseaux se blessent en heurtant les fenêtres par exemple. Outre les animaux blessés, ce centre accueille également des animaux abandonnés.

"Nous ne sommes pas un zoo pour enfants"

Une nouveauté voit le jour cette saison: les animaux peuvent être déposés non seulement à Dudelange, mais également dans des conteneurs mobiles des services d'urgence de Junglinster, Niederfeulen et Clervaux. Cela permettra d'augmenter les chances de survie des animaux et de limiter les déplacements des gens qui n'auront plus besoin de se rendre jusqu'à Dudelange pour amener un animal blessé. 

Libérer les animaux après leur rétablissement est l'une des missions du poste de soins infirmiers. L'animal est en principe libéré à l'endroit où il a été retrouvé. 

"Nous nous concentrons sur le bien-être des animaux. Nous ne sommes pas un zoo pour enfants", a déclaré Roby Biwer, président de Natur & Ëmwelt, l'association responsable de la station. Actuellement, il y a un bébé hibou qui doit encore apprendre à voler. Dès que l'oiseau sera capable de quitter une enceinte entourée d'une clôture de deux mètres de haut, il sera libre. 

Sophie Hermes trad. RV

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

De nouvelles structures pour animaux en détresse
Jusqu'à présent, les personnes souhaitant aider un animal sauvage en détresse n'ont qu'un seul centre à leur disposition pour ramener ces derniers - en dehors du Centre de soins de Dudelange. A partir de ce lundi 30 avril, trois nouveaux "Wëlldéier Drop-off " vont naître afin de mieux protéger la faune présente sur le territoire.