Changer d'édition

Plongée en eaux troubles pour repérer le virus
Luxembourg 4 4 min. 09.02.2021

Plongée en eaux troubles pour repérer le virus

Sitôt les eaux débarrassées des résidus gênants, place à l'analyse.

Plongée en eaux troubles pour repérer le virus

Sitôt les eaux débarrassées des résidus gênants, place à l'analyse.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 4 4 min. 09.02.2021

Plongée en eaux troubles pour repérer le virus

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Depuis bientôt un an, les chercheurs du LIST traquent le covid dans les eaux usées des ménages du pays. De quoi repérer l'évolution de l'épidémie avant même que le dépistage ne signale une évolution.

(pj avec Maximilian RICHARD) - Les 68.000 habitants de Schifflange et environs ne s'en doutent pas, mais le LIST les observe. En tout cas, le Luxembourg Institute of Science and Technology s'intéresse à leurs rejets d'eau. C'est là que, depuis le printemps, ses scientifiques traquent la présence du covid-19. Ici comme dans 12 autres stations d'épuration du pays. L'opération Coronastep fait ainsi partie des indicateurs guidant la politique sanitaire du gouvernement depuis bientôt un an.


Le coronavirus circulait au Luxembourg dès février
L'étude Coronastep mise en place par le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) a annoncé ce jeudi que les premières traces du covid-19 ont été détectées entre le 12 et le 25 février. Soit près d'un mois avant que le premier décès ne soit officiellement confirmé.

Car si c'est bien une infection respiratoire qui est redoutée par la transmission du virus, le SARS-CoV2 se diffuse dans tout l'organisme de ceux qu'il infecte. Jusqu'à se retrouver dans leurs excréments, et donc dans les eaux sales finissant en station d'épuration. En analysant chaque semaine des échantillons prélevés à l'entrée des bassins, les chercheurs peuvent donc détecter les tendances de l'infection à un stade bien plus précoce que les résultats du Large Scale Testing.

Pour Henry-Michel Cauchie, l'un des deux responsables de l'étude Coronastep du LIST,  il existe ainsi un lien entre la dynamique de la charge virale détectée au sortir des toilettes et le nombre de nouvelles infections constaté via le dépistage massif. «Les eaux usées ne mentent pas», souligne donc le scientifique. 

Grâce à l'analyse hebdomadaire sur 13 stations d'épuration, le LIST veille en fait sur l'état de santé de près de 445.300 habitants du Grand-Duché, soit plus de 70 % de la population. Sachant que l'afflux ou non de frontaliers dans le pays n'influe guère les résultats observés, ont pu repérer les laborantins au terme de longs mois de pratique et d'analyses. 

Rapportés au laboratoire du LIST à Belval, les échantillons suivent alors «des techniques de laboratoire éprouvées», comme l'explique la responsable du projet, Leslie Ogorzaly. L'eau prélevée est d'abord purifiée des résidus gênants en centrifugeuse, avant d'être filtrée, «ultrafiltrée même». Les chercheurs disposent ainsi d'un échantillon 'propre', ce qui facilite la détection des virus. La suite relève de la même technique que dans le cadre des prélèvements par écouvillons PCR. 

En fait, rappelle Henry-Michel Cauchie, «le Luxembourg joue un rôle pionnier dans l'évaluation de ses eaux usées». Maintenant avec ce programme immédiatement mis en place au début de l'épidémie, mais depuis de nombreuses années aussi. 

Car si aujourd'hui quelques Etats européens ont suivi le «modèle luxembourgeois» de traque du covid dans les eaux de stations d'épuration, c'est depuis 2005 que le LIST s'intéresse à ce milieu. Ce qui parvient des toilettes permettant de détecter les résidus de divers agents pathogènes, comme celui de la gastro-entérite.

Et déjà Henry-Michel Cauchie et son équipe de penser à de nouvelles expériences. Déjà en analysant d'anciens échantillons prélevés en début d'année (et conservés au LIST), les chercheurs avaient mis en lumière la présence du SARS-CoV2 dès le 25 février dans les eaux usées, alors que le premier cas n'allait être découvert que quelques jours plus tard. «Mais plus tard, en analysant les anciens prélèvements, nous pourrons aussi découvrir quelle a été l'influence de la pandémie sur la propagation d'autres maladies.» A l'image de cette grippe saisonnière, qui ne fait pas parler d'elle cet hiver.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«40% des cancers pourraient être évités»
Pour la ministre de la Santé, si le cancer reste la première cause de décès au Luxembourg, près de la moitié seraient évitables avec un mode de consommation plus sain. En cause notamment, la consommation d'alcool et de tabac.
L'incubateur pour start-up de la santé ouvre à Belval
Le secteur des technologies de la santé emploie déjà près de 1.600 salariés et compte 136 entreprises. Mais l'espoir est que ces activités prennent plus d'ampleur encore. D'où un investissement de 850.000 euros en guise de vitamines.
A researcher at Aalborg University looks at samples from behind a safety screen during the screening and analysis of all positive Danish coronavirus samples for the virus variant cluster B117 from the United Kingdom, in Aalborg, Denmark on January 15, 2021, during the ongoing novel coronavirus (Covid-19) pandemic. - The B117 coronavirus strain, which emerged in Britain late last year, has been shown to be between 40 and 70 percent more contagious than variants which have spread previously. (Photo by Henning Bagger / Ritzau Scanpix / AFP) / Denmark OUT
«Pour Pfizer Luxembourg, c'est un grand jour»
Pour les représentants du laboratoire médical, l'arrivée du vaccin anti-covid au Grand-Duché ne s'est pas fait en un claquement de doigts. Des mois de préparatifs avant que, ce lundi 28 décembre, les premières injections aient lieu.
Medical personnel is given the Pfizer-Biontech Covid-19 corona virus vaccine at the Favoriten Clinic in Vienna, Austria, on December 27, 2020 on the occasion of the Pfizer-BioNTech Covid-19 corona virus vaccine rollout. - The European Union began a vaccine rollout, even as countries in the bloc were forced back into lockdown by a new strain of the virus, believed to be more infectious, that continues to spread from Britain. The pandemic has claimed more than 1.7 million lives and is still running rampant in much of the world, but the recent launching of innoculation campaigns has boosted hopes that 2021 could bring a respite. (Photo by GEORG HOCHMUTH / APA / AFP) / Austria OUT
Les eaux usées trahissent la forte présence du virus
Si la charge virale analysée depuis plusieurs semaines tend à la baisse, le niveau observé ces derniers jours demeure supérieur au niveau enregistré lors de la première vague, indique le dernier rapport du LIST, publié mercredi.
Le covid épargne les rivières du Grand-Duché
Si le coronavirus peut être repéré dans les eaux usées des ménages, il ne passerait pas l'obstacle des stations d'épuration. Du coup, le virus ne se retrouverait pas dans les cours d'eau du pays.
Scientist examining toxic water samples
Déjà six mois d'analyses pour l'étude Predi-Covid
Depuis mai dernier, une équipe de chercheurs du Luxembourg Institute of Health étudie qui sont ceux que le covid-19 atteint et quelle est l'évolution de leur infection. Et chaque détail compte pour établir les possibles scénarios de prise en charge médicale future.
(FILES) In this file photo a lab technician sorts blood samples for COVID-19 vaccination study at the Research Centers of America in Hollywood, Florida on August 13, 2020. - The United States hopes to begin a sweeping program of Covid vaccinations in early December, the head of the government coronavirus vaccine effort said on November 22, 2020. "Our plan is to be able to ship vaccines to the immunization sites within 24 hours of approval" by the US Food and Drug Administration, Moncef Slaoui told CNN. "So I expect maybe on Day Two of the approval, on the 11th or the 12th of December." (Photo by CHANDAN KHANNA / AFP)