Changer d'édition

Picorer parmi les cultures à Luxexpo
Luxembourg 16 2 min. 02.03.2019 Cet article est archivé

Picorer parmi les cultures à Luxexpo

36e Festival des migrations, à Luxexpo ce weekend.

Picorer parmi les cultures à Luxexpo

36e Festival des migrations, à Luxexpo ce weekend.
Chris Karaba / Luxemburger Wort
Luxembourg 16 2 min. 02.03.2019 Cet article est archivé

Picorer parmi les cultures à Luxexpo

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Le 36e Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté offre un brassage d'us et coutumes du monde entier à travers des livres, de la musique, de l'artisanat et des saveurs. Il est encore temps de le découvrir ce dimanche.

Devant les portes de l'entrée Nord de Luxexpo, une vingtaine de personnes discutent ou fument une cigarette. Dès l'entrée, c'est le 19e Salon du livre et des cultures dont les étals s'enchaînent. Des livres en espagnol, en italien, puis plus loin en russe. Au loin, le brouhaha des migrations. Ici pour le moment, l'épaisseur des pages absorbe cette lointaine agitation. On feuillette, interrogeant une quatrième de couverture sur le conflit israélo-palestinien avant d'échanger quelques mots avec un curieux, un érudit ou un amateur d'interrogations en tout genre. 

Des éditeurs, libraires ou associations vendent leurs livres, certains stands ont invité un écrivain et plusieurs rencontres sont encore programmées pour dimanche avec des auteurs portugais, français, espagnols ou luxembourgeois, dont Lambert Schlechter. Des rendez-vous pour enfants sont aussi annoncés. 

Vient ensuite l'espace consacré à l'art et à l'artisanat ou des artistes, sculpteurs, photographes exposent leurs travaux. Quelques pas de plus et c'est un hall plein de sons, de couleurs et de parfums qui se découvre. 

Beaucoup de familles déambulent dans les allées, entre la Guinée et le Pérou, le Cap-Vert et la Thaïlande, l'Afghanistan et le Brésil. Dans des recoins plus dégagés, des enfants courent, crient et s'amusent. C'est un extrait, un concentré de planète, tous ces pays représentés dans les halls de Luxexpo. L'italien se mêle au portugais, à l'espagnol, au russe ou au grec, à l'arabe, au portugais, les senteurs de cuisines exotiques se succèdent. 

Ouverture d'esprit

Toutefois, le premier stand qui apparaît à cette orée du monde est celui de l'ADR. Ce festival a décidément une ouverture d'esprit phénoménale. Il y règne il est vrai une ambiance paisible et joyeuse, où l'idée que toutes ces cultures et ces histoires si différentes pourraient si bien s'entendre… Mais revenons sur terre, pour des satisfactions plus concrètes. Ce festival des Migrations est aussi l'occasion rêvée de déguster des saveurs inconnues, originales, qui n'existent dans aucun restaurant à proximité. Les bénévoles se sont donné du mal pour faire découvrir une préparation typique de leur pays, et c'est un vrai bon moment que de goûter une «bolani», galette de pomme de terre afghane, ou une consistante «humita», faite de maïs et de fromage au stand équatorien. Après la dégustation d'une humita, vous serez calé pour un bon moment! Un café grec vous permettra de poursuivre votre visite en toute sérénité. 

Le festival est doté de 400 stands. Il est encore ouvert dimanche de 12 heures à 20 heures. L'organisation recommande de privilégier les transports en commun pour s'y rendre. Et elle a raison… Les parkings proches de Luxexpo sont saturés, il est par moment difficiles d'y accéder. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet