Changer d'édition

Pic de plaintes pour violence à l'école
Luxembourg 2 min. 27.05.2019 Cet article est archivé

Pic de plaintes pour violence à l'école

25% des cas soumis au conseil de discipline scolaire sont liés à des faits de violence.

Pic de plaintes pour violence à l'école

25% des cas soumis au conseil de discipline scolaire sont liés à des faits de violence.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 27.05.2019 Cet article est archivé

Pic de plaintes pour violence à l'école

Le nombre de signalements pour agression dans les établissements scolaires a augmenté de 26% en 2018, affirment ce lundi les ministres de la Sécurité intérieure et de l’Education nationale, sans toutefois apporter d'explications précises sur le phénomène.

La violence à l'école aurait-elle explosé l'année dernière? C'est ce que laisse à penser le nombre de cas de violences scolaires signalés à la police. Interrogés sur cette recrudescence, François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Sécurité intérieure  et Claude Meisch (DP), son collègue à l’Education nationale, ont indiqué lundi que le nombre de cas «était passé de 70  en 2014 à 88 en 2018». 

Le phénomène a même connu une hausse de 26% entre 2017 et 2018, à en croire les chiffres cités par les membres du gouvernement. Ces derniers observent toutefois que ces statistiques ne précisent pas si les plaignants sont des élèves, des membres du personnel ou bien des personnes tierces.

Si le nombre de signalements auprès de la police augmente, les données présentées lundi font état d'un phénomène inverse en ce qui concerne les responsables des établissements scolaires. Entre 2014 et 2017, le nombre de conseils de discipline passant de 186 à 144 réunions. Au cours de la période citée, 25% des cas étudiés par ces instances portaient sur des faits de violence.  Aucune donnée pour 2018 n'a toutefois été fournie.

Pour les deux ministres, «les données statistiques sur la violence et les écoles sont difficiles à saisir. Car la violence est un terme vaste, qui englobe la détresse, la pathologie et même la délinquance.» Impossible donc d’avoir des chiffres affinés sur le sujet dans les établissements scolaires. 

Sous la moyenne de l'OCDE

Les services et le centre psycho-sociaux et d'accompagnement scolaires (SePas/Cepas), qui pourraient éventuellement fournir ces données, se concentrent avant tout sur la psychologie des enfants. «Leurs statistiques se rapportent plutôt aux problèmes de comportement et ne fournissent pas d'informations sur les symptômes mêmes des élèves», ont déploré François Bausch et Claude Meisch.

Selon eux cependant, le Luxembourg figurerait dans la bonne moyenne internationale en termes de violence scolaire. Ils citent ainsi l’étude PISA de 2015 sur le bien-être des élèves (de 15 ans), qui note qu'au Grand-Duché, 3,5% des élèves déclaraient avoir été victimes de violence de la part d'autres élèves, contre 4,3% pour la moyenne de l’OCDE.

 


Sur le même sujet