Changer d'édition

Peu visible, l'islam est la 2e religion au Luxembourg

Peu visible, l'islam est la 2e religion au Luxembourg

Photo: Raymond Schmit
Luxembourg 2 min. 06.06.2013

Peu visible, l'islam est la 2e religion au Luxembourg

"L'islam au Luxembourg - l'islam du Luxembourg": l'expo ouverte au grand public à compter de ce jeudi et jusqu'au 28 juillet à Dudelange, montre le visage de l'islam au Luxembourg. Peu visible, c'est pourtant la 2e religion du pays.

L'islam est présent depuis à peine une quarantaine d'années au Luxembourg, compte aujourd'hui dix mosquées et "entre 8.000 et 12.000 musulmans. C'est une estimation qui se base sur une étude des valeurs européennes mais elle ne dit rien sur leur rapport à la religion", précise Lucie Waltzer.

Reste que "l'islam est la 2e religion du Luxembourg", assure la docteure en sciences sociales, spécialiste en sciences des religions et commissaire de l'exposition "L'islam au Luxembourg - l'islam du Luxembourg" qui est présentée à partir de ce jeudi et jusqu'au 28 juillet au Centre de documentation sur les migrations humaines à Dudelange.

Constituée d'un film d'entretiens avec des musulmans installés au Luxembourg qui parlent de leur religion et de panneaux pédagogiques, l'exposition qui se trouve dans la Gare-Usines de Dudelange (ouverte du jeudi au dimanche, de 15 à 18 heures), a aussi bien pour objectif de montrer l'établissement de l'islam au pays que les bases de la religion musulmane.

Le visiteur y découvrira les différentes facettes de l'islam au Luxembourg, les associations musulmanes, les liens entre l'Etat et la communauté musulmane, les lieux de cultes et son histoire au Grand-Duché.

Un "islam européen"

"Ici, nous avons vraiment un islam européen parce qu'essentiellement issus des Balkans. L'islam est issu d'émigrations dans les années 1970 et majoritairement de réfugiés arrivés au cours des années 1990", explique Lucie Waltzer.

Si la religion est peu visible au Luxembourg cela tient "aussi certainement à l'origine balkanique. Il faut se souvenir que c'était une région communiste et que les religions y étaient longtemps réprimées, ce qui a favorisé un vécu plus privé de la religion", explique Lucie Waltzer.

L'exposition met également en avant les stéréotypes qui peuvent exister sur l'islam vécu comme religion, l'islam politique ou l'islam et la subordination des femmes: "Une idée souvent véhiculée par les médias alors que c'est faux!", assure la commissaire de l'expo.

Son but est de "montrer comment l'islam se vit au jour le jour pour changer les idées de l'islam qui peuvent exister dans les têtes", conclue Lucie Waltzer.

Maurice Fick