Pétition

Dudelange veut maintenir sa ligne ferroviaire jusqu'à Luxembourg

Il a en effet été décidé, le 3 mai dernier, que le train direct faisant Luxembourg/Volmerange serait supprimé en 2018, afin de désengorger le trafic toujours plus dense de la gare centrale.
Il a en effet été décidé, le 3 mai dernier, que le train direct faisant Luxembourg/Volmerange serait supprimé en 2018, afin de désengorger le trafic toujours plus dense de la gare centrale.
Photo: LW

(SW) - Suite à la décision du ministre du Développement durable et des Infrastructures et de la direction des CFL de réduire la cadence des trains directs vers Luxembourg-ville aux heures de pointe, le conseil communal de la Ville de Dudelange a décidé à l’unanimité d’adresser une motion à François Bausch.

Une résolution semblable a été adoptée par le conseil communal de la commune de Kayl au sujet de la ligne du Kayldall, tronçon Rumelange-Noertzange et le conseil communal de la Ville de Rumelange s’est également déclaré solidaire avec les deux communes.

Le collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Dudelange lance ainsi une pétition par laquelle les signataires demandent de conserver comme telles les liaisons directes en train entre Volmerange-les-Mines, respectivement Dudelange vers Luxembourg-Ville.

«A savoir en particulier le train au départ de Dudelange-Usines à 7h40, ainsi que celui au départ de Luxembourg-Ville à 16h23», indique le communiqué de la ville de Dudelange.

Cette pétition sera lancée ce lundi 3 juillet à 6h30 sur le quai de la gare Dudelange-Ville, en présence du collège des bourgmestre et échevins.

«Après son lancement, chacun est appelé à se rendre dans le hall de l’Hôtel de Ville pour signer la pétition, et ce jusqu’au 16 septembre, Journée de la Mobilité», détaille la commune de Dudelange.

Il a en effet été décidé, le 3 mai dernier, que le train direct faisant Luxembourg/Volmerange serait supprimé en 2018, afin de désengorger le trafic toujours plus dense de la gare centrale. Mais cette décision ne semble pas faire l'unanimité.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.