Changer d'édition

Paulette Lenert vante le modèle portugais
Luxembourg 6 3 min. 22.06.2022
Dépénalisation des drogues douces

Paulette Lenert vante le modèle portugais

Paulette Lenert avec le médecin portugais João Goulão, ancien président de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, et actuel directeur de l'Institut des drogues et des toxicomanies et responsable de la politique des drogues au Portugal.
Dépénalisation des drogues douces

Paulette Lenert vante le modèle portugais

Paulette Lenert avec le médecin portugais João Goulão, ancien président de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, et actuel directeur de l'Institut des drogues et des toxicomanies et responsable de la politique des drogues au Portugal.
Photo: D.R.
Luxembourg 6 3 min. 22.06.2022
Dépénalisation des drogues douces

Paulette Lenert vante le modèle portugais

Ana TOMÁS
Ana TOMÁS
La ministre luxembourgeoise de la Santé s'est rendue au Portugal pour en savoir plus sur la politique du pays en matière de consommation et de dépénalisation des drogues douces.

La ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), a admis mardi qu'elle envisageait d'importer au Luxembourg le modèle portugais en matière de dépénalisation des drogues douces.


Le projet de loi autorisant le cannabis à domicile adopté
Le Conseil de gouvernement a approuvé ce vendredi le projet de loi qui doit autoriser la culture par des personnes majeures d'un maximum de quatre plants de cannabis dans la sphère privée.

Lors d'une visite d'État au Portugal, qui a débuté lundi et s'est poursuivie toute la journée de mardi, Paulette Lenert a déclaré à RTL qu'elle envisageait de s'inspirer du modèle portugais de dépénalisation, selon lequel, a-t-elle dit, la personne est traitée «comme un patient, comme une personne malade, et se voit offrir des soins et un suivi social». La ministre a ajouté «que cette logique devrait s'appliquer à tous les médicaments» et qu'elle espère que cette question sera abordée au Luxembourg.

Au programme de la ministre figurait une visite de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, basé à Lisbonne, et dont le médecin portugais João Goulão, qui a accompagné Lenert lors de sa visite, a été président.

La ministre s'est entretenue avec ce spécialiste, considéré comme le responsable de la politique des drogues au Portugal et actuellement directeur de l'Institut des drogues et des toxicomanies, et a visité des structures du programme de méthadone et une salle de consommation supervisée de drogues, à Lisbonne.  Lenert a également salué le travail de l'ONG Ares do Pinhal, «qui met en œuvre une approche de santé publique de la consommation de drogues, centrée sur la dignité humaine».

Visite de la plantation qui produit du cannabis pour le Luxembourg

Ce mardi, la ministre de la Santé a aussi visité l'unité de production de cannabis médical de la société allemande Tilray, à Cantanhede. Tilray est l'un des principaux fournisseurs du Grand-Duché et travaille avec une vingtaine de pays. Elle dispose de près de 250.000 m² de surface de culture de cannabis au Portugal et au Canada.   

 

Dans un message sur sa page Twitter, Paulette Lenert s'est dite «satisfaite de la haute qualité du cannabis médical qui est produit» dans cette localité portugaise et vendu au Luxembourg. 

En août de l'année dernière, on a appris que le Luxembourg avait passé une commande de 3 millions d'euros de cannabis à des fins médicales à cette société. La commande a été passée en juin et était la quatrième depuis la légalisation du cannabis en février 2019, ce qui a entraîné une rupture de stock de cette plante au Grand-Duché, aggravée par une consommation croissante de ce produit depuis novembre 2020, avait alors précisé Paulette Lenert en justifiant cette commande dans une réponse parlementaire au Parti pirate.

Paulette Lenert a déclaré qu'elle avait rassemblé avec son équipe du ministère de la Santé «beaucoup d'informations pour les étapes futures concernant une production potentielle de cannabis médical au Luxembourg».  

«Le Portugal et son approche pionnière»

Il convient de rappeler que l'un des objectifs à long terme du gouvernement est de créer une chaîne de production, contrôlée par l'État, qui garantira la qualité du produit utilisé.   


Wirtschaft, Cannabis, PK, Sam Tanson, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Pas de registre de contrôle prévu pour le cannabis récréatif
La ministre de la Justice Sam Tanson (Déi Gréng) a présenté à la presse l’avant-projet de loi concernant le cannabis récréatif, tel que prévu dans l’accord de coalition 2018-2023.

La visite de la ministre de la Santé au Portugal intervient au moment où le Luxembourg prépare une loi autorisant la consommation récréative de cannabis et la culture domestique de cette plante. 

Lors de sa visite de deux jours au Portugal, Paulette Lenert a également rencontré son homologue Marta Temido, avec qui elle a eu «des discussions approfondies sur le Portugal et son approche pionnière en matière de dépénalisation de la consommation de drogues». «La réduction des risques et la prévention sont essentielles», a-t-elle résumé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le ministère de la Santé a confirmé ce vendredi qu'une «chaîne de production et de vente nationale sera instaurée sous contrôle de l'Etat», dans la future loi légalisant le cannabis sur le territoire.