Changer d'édition

Paulette Lenert repousse la vaccination obligatoire
Luxembourg 3 min. 26.08.2021
Lutte anti-covid au Luxembourg

Paulette Lenert repousse la vaccination obligatoire

Le gouvernement compte sur le sens de la responsabilité pour convaincre les soignants de se faire vacciner.
Lutte anti-covid au Luxembourg

Paulette Lenert repousse la vaccination obligatoire

Le gouvernement compte sur le sens de la responsabilité pour convaincre les soignants de se faire vacciner.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 26.08.2021
Lutte anti-covid au Luxembourg

Paulette Lenert repousse la vaccination obligatoire

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Persuader plutôt que forcer : voilà la ligne de conduite que la ministre de la Santé luxembourgeoise compte suivre pour faire progresser la vaccination auprès des salariés du domaine de la santé ou des professionnels en contact avec des personnels vulnérables.

Depuis qu'il a été question d'instaurer une vaccination anti-covid, le gouvernement a fait le choix de baser cette campagne sur le volontariat. Et les Luxembourgeois sont, finalement, peu réticents jusqu'à présent aux injections de l'un ou l'autre des quatre sérums autorisés. Ainsi, en huit mois, 756.000 doses ont pu être injectées, offrant un schéma vaccinal complet à quelque 387.000 personnes. Reste que depuis plusieurs mois la question de la vaccination contrainte des professionnels de santé est dans l'air.


ARCHIV - 25.03.2020, Hamburg: Ein Beatmungsgerät steht in einem Behandlungszimmer des Universitätsklinikums Hamburg-Eppendorf. (zu dpa: «Trotz steigender Inzidenz - nur wenige Covid-19-Patienten in Kliniken») Foto: Axel Heimken/dpa/Pool/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le médecin "corona-sceptique" fait appel
Condamné mi-juillet à un an d'interdiction d'exercice de la médecine, le Dr Benoit Ochs retoque la décision. Avec son avocat, le généraliste de Gonderange a fait appel de la décision du conseil de discipline

Au Grand-Duché, le débat avait notamment fait surface alors que les clusters se multipliaient en maisons de retraite. Il était alors apparu que peu de personnels de ces établissements avaient fait le geste de se protéger. Un trou dans «le bouclier sanitaire» tant désiré...

Officiellement, nul ne sait si les chiffres d'adhésion vaccinale ont augmenté dans ce secteur, ou à l'hôpital. Mais le fait que France d'abord et Belgique depuis peu aient finalement décidé de forcer les blouses blanches à se faire piquer contre le covid-19 relance le sujet.

Mercredi, le Premier ministre avait fait connaître son sentiment. «Ce n'est pas parce que cela se fait ailleurs que cela va se faire ici», avait notamment affirmé Xavier Bettel. Et le chef du gouvernement d'insister sur une nécessaire pédagogie auprès des soignants et des salariés engagés auprès de personnes vulnérables : «Il faut convaincre». Et c'est bien cette voie que vient de confirmer, jeudi, la ministre de la Santé. 

Ainsi, au député Jeff Engelen (ADR) qui l'interrogeait sur l'obligation vaccinale, Paulette Lenert a redit son attachement à la notion de volontariat. L'Etat ne forcera quiconque à recevoir une ou deux doses d'AstraZeneca, Pfizer, Moderna ou Johnson & Johnson. Pour la ministre, «souvent, le refus de se faire vacciner est dû à un manque d'information ou même à des remontées d'informations incorrectes». 

Aussi, une meilleure information devrait donc permettre de persuader plus de monde encore, est convaincue la ministre. Qui rappelle d'ailleurs que si de nombreux personnels de santé et de soins sont originaires des pays limitrophes, l'obligation vaccinale professionnelle faite par leur pays ne s'applique pas dans le cas présent. 

Début août, le ministère avait relancé ses équipes mobiles à l'assaut des établissements de soins et santé. Cette campagne dite de «rattrapage» avait été menée sur deux semaines. Aucune donnée officielle n'a filtré sur son succès. Mais même à l'approche d'une ''quatrième vague" prévisible pour l'automne, le gouvernement ne veut déroger à la liberté de choix.


La vaccination comme devoir de rentrée
Xavier Bettel fait du vaccin la première arme de la lutte anti-covid. Un rappel utile alors que le pays s'apprête à voir certainement repartir les infections, avec le retour en classe, sur les chantiers, au bureau et à l'usine de nombreux vacanciers.

Paradoxalement, aucune voix ministérielle ne s'est élevée devant le choix du CHL d'exiger la vaccination de ses futures recrues. Pas plus qu'aucun politique n'est venu critiquer (ou défendre) la demande du conseil d'administration du domaine thermal de Mondorf d'exiger une preuve de vaccination à une quarantaine de ses salariés (en mai dernier) ou celle d'un cabinet financier de fermer l'accès à ses bureaux à des personnels non vaccinés... 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En l'espace d'une semaine, les nouvelles infections ont augmenté de presque 50% au Luxembourg. Une hausse particulièrement observée parmi les 20-29 ans, que le ministère de la Santé impute majoritairement aux retours de vacances.
Xavier Bettel fait du vaccin la première arme de la lutte anti-covid. Un rappel utile alors que le pays s'apprête à voir certainement repartir les infections, avec le retour en classe, sur les chantiers, au bureau et à l'usine de nombreux vacanciers.
Personnels et résidents des structures pour personnes âgées continueront d'être testés régulièrement «jusqu'en décembre», a indiqué Corinne Cahen. Une prolongation que recommande notamment le Conseil supérieur des maladies infectieuses.
Alors que le pic épidémique pourrait être atteint dans «quelques jours» dans l'Hexagone, le ministre de la Santé Olivier Véran a devancé l'avis de la Haute autorité de santé et lancé l'organisation de cette troisième injection des plus de 65 ans.
L'injection, le 19 août dernier, d'une deuxième dose anti-covid au Premier ministre a soulevé divers questionnements. En effet, aux sujets déjà frappés par le covid, il est souvent dit de ne pratiquer qu'une seule vaccination. Explications
Quatre mois après sa première injection, le Premier ministre présente un schéma vaccinal complet.
Les gendarmes français affectés sur le terrain ou au contact du public devront être complètement vaccinés contre le covid-19 d'ici au 15 septembre. Côté police, aucun ordre n'a été donné.
(FILES) In this file photograph taken on April 4, 2019, a French Gendarme looks through a pair of binoculars during a patrol of the beaches at Tardinghen near the northern port city of Calais. - For a year, these "land" gendarmes have been carrying out surveillance, intelligence and rescue missions in the 300-metre strip along the Opal coast. (Photo by Denis Charlet / AFP)