Changer d'édition

Paulette Lenert optimiste sur les vaccins
Luxembourg 3 min. 01.02.2021

Paulette Lenert optimiste sur les vaccins

La ministre de la Santé a fait le point sur la campagne vaccinale en cours, lundi matin.

Paulette Lenert optimiste sur les vaccins

La ministre de la Santé a fait le point sur la campagne vaccinale en cours, lundi matin.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 01.02.2021

Paulette Lenert optimiste sur les vaccins

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si AstraZeneca livre dans les temps sa première cargaison de sérum anti-covid au Luxembourg, la phase 1 de la campagne vaccinale pourrait s'achever en avance, estime Paulette Lenert.

Jusqu'à présent, le Luxembourg a reçu 23.000 doses de vaccin anti-covid. L'information a été donnée, lundi matin, par la ministre de la Santé au micro de RTL. Et Paulette Lenert (LSAP) de profiter des ondes pour rappeler la stratégie mise en place au Grand-Duché pour assurer la protection de ses citoyens et des personnels soignants : «Pas une invitation à la vaccination n'est lancée sans que nous n'ayons la certitude de pouvoir assurer la piqûre de rappel», a-t-elle réaffirmé. 

Et pour l'heure ce choix est majeur car les trois formules validées par l'Agence européenne des médicaments impose une double injection. Aussi bien donc la version Pfizer/BioNTech, Moderna ou AstraZeneca/Université d'Oxford qui vient tout juste de recevoir l'agrément des autorités sanitaires de l'UE. Sur ce dernier vaccin, et suite à des études allemandes indiquant que la formule n'était pas recommandée pour les seniors, la ministre a précisé que rien n'avait été décidé au niveau national. Le Conseil supérieur des maladies infectieuses devant rendre son avis dans les jours à venir.

A priori, AstraZeneca devrait livrer la semaine prochaine 11.700 doses de son vaccin (sur les 415.000 attendues). Si tel devait être le cas, Paulette Lenert assure que la campagne de vaccination des soignants (lancée en priorité pour constituer un «bouclier sanitaire») et des seniors pris en charge en maisons pourrait s'achever plus tôt que prévu. Sachant qu'à l'heure actuelle, le pays aurait déjà pu administrer le vaccin (1ère et 2ème dose cumulée) à environ 11.000 personnes. Que ce soit des médecins, des infirmiers, les personnels des maisons de soin et santé mais aussi les agents hospitaliers volontaires.

Il semble que 48% des invitations à se faire vacciner aient reçu une réponse favorable, pour le moment (50% des personnels à l'hôpital). Un taux d'engagement assez faible et qui fait dire à la ministre qu'il convient d'engager un travail pour donner confiance aux gens dans cette protection. A noter que dans les résidences senior, le taux d'approbation est lui impressionnant, aux dires de la ministre, approchant les 86%.

La phase 2 de la campagne de vaccination pourrait donc démarrer en avance, «en principe au début du mois de mars». Elle se concentrera alors sur les 75 ans et plus. C'est en effet le choix retenu par le gouvernement après avis du Comité d'éthique. Une phase qui verra aussi les personnes dites vulnérables, femmes enceintes comprises, être invitées à venir recevoir le sérum dans l'un ou l'autre des centres de vaccination en place alors. Pour l'heure, seul le Hall Victor-Hugo dans la capitale a été activé. 

La ministre de la Santé, entrée en poste voilà bientôt un an, espère que l'Agence européenne des médicaments ne tardera pas à donner son autorisation de mise sur le marché de vaccins moins complexes à conserver que les trois retenus pour l'instant. Dès lors, la vaccination directement chez son médecin habituel pourrait alors avoir lieu. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bien que le vaccin aide à réduire le risque de contagion, le ministère de la Santé n'entend pas lever les mesures d'isolement pour les personnes ayant été en contact avec un cas covid+. La mesure devrait courir tant que le taux de vaccination restera faible.
Le vaccin anti-covid du laboratoire suédo-britannique est-il dangereux? De nombreux pays (Luxembourg, France et Allemagne notamment) l'ont suspendu après de graves problèmes sanguins chez quelques vaccinés en Europe.
ARCHIV - 10.03.2021, Sachsen-Anhalt, Magdeburg: Eine Ärztin präpariert eine Spritze mit dem Impfstoff AstraZeneca im Impfzentrum des polizeiärztlichen Dienstes Sachsen-Anhalt. Auch Deutschland setzt Corona-Impfungen mit dem Präparat des Herstellers Astrazeneca vorsorglich aus. Das teilte das Bundesgesundheitsministerium am Montag mit und verwies auf eine aktuelle Empfehlung des Paul-Ehrlich-Instituts zu notwendigen weiteren Untersuchungen. Foto: Ronny Hartmann/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Déjà 6.897 doses anti-covid ont été injectées dans le pays. La campagne s'adaptant au jour le jour, selon les stocks mis à disposition par Pfizer, Moderna et -qui sait- bientôt AstraZeneca.
A health worker prepares a Moderna Covid-19 vaccine at the vaccination centre Hall Victor Hugo in Luxembourg, on January 21, 2021, during a vaccination campaign aimed at curbing the spread of the Covid-19 pandemic. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
Le pays entend rester lié à la commande de doses anti-covid passée par la Commission européenne, sans signer d'autres contrats d'approvisionnement avec l'un ou l'autre des laboratoires pharmaceutiques.
04.01.2021, Sachsen, Dresden: Eine Mitarbeiterin im Städtischen Klinikum Dresden hält im Impfzentrum für Mitarbeiter ein Injektionsfläschchen mit dem Impfstoff gegen Corona in den Händen. Am Montag haben die Corona-Impfungen mit dem Impfstoff von Biontech/Pfizer im Städtischen Klinikum für medizinisches Personal in den Hochrisikobereichen und den Covid-19-Stationen begonnen. Foto: Robert Michael/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++