Changer d'édition

Pas plus de quatre invités à la maison
Luxembourg 3 min. 23.10.2020

Pas plus de quatre invités à la maison

Paulette Lenert et Xavier Bettel l'ont reconnu : ce n'est pas de gaieté de cœur qu'ils ont dû adopter des mesures plus fermes.

Pas plus de quatre invités à la maison

Paulette Lenert et Xavier Bettel l'ont reconnu : ce n'est pas de gaieté de cœur qu'ils ont dû adopter des mesures plus fermes.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 23.10.2020

Pas plus de quatre invités à la maison

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le nombre d'hôtes possibles divisé de moitié, le couvre-feu décrété (de 23h à 6h), l'annulation de toute compétition sportive amateur : voilà les trois principales mesures devant faire barrage à la recrudescence virale au Luxembourg. Elles seront prises pour un mois.

C'est un violent coup de barre à la stratégie sanitaire que viennent de donner Xavier Bettel et Paulette Lenert ce vendredi. Si depuis une semaine, le Premier ministre et la ministre de la Santé maintenaient le cap en espérant des jours meilleurs, cette fois les remous de la seconde vague de covid-19 ne leur laissent plus le choix : «Ces dernières 72 heures, la situation a évolué d'une manière préoccupante», s'accorde l'exécutif. Sachant que le point de départ évoqué mercredi était déjà... «une situation alarmante».

Ainsi le pays s'approche dangereusement des récifs : plus de 1.500 contaminations depuis mercredi, désormais 86 malades du covid hospitalisés, des tests positifs en plus grand nombre. Et il y a d'autres périls encore qui menacent de dégénérer : le nombre de +65 ans atteints par le virus a triplé ces derniers jours; les effectifs en maisons de soins, de retraite ou dans les centres hospitaliers diminuent sévèrement (clusters découverts maintenant aussi bien au CHL, au CHEM qu'aux hôpitaux Robert-Schuman), etc. Il y a aussi la présence de plus en plus marquée du virus dans les eaux usées des stations d'épuration. A un seuil tel que la direction de la Santé craint que l'épidémie ne soit en effet plus importante que ce qu'ont pu révéler les statistiques de dépistage.

«Nous sommes donc dans l'obligation de réagir», note donc Xavier Bettel après une période d'attentisme.   

Et la première étape vers des jours meilleurs, le Premier ministre prévient d'emblée qu'elle durera un mois. Quatre semaines durant lesquels le pays va devoir apprendre à vivre, comme son voisin français, au rythme du couvre-feu. Impossible d'être à l'extérieur entre 23h et 6h. Et si le texte n'aura force de loi qu'après son passage devant les députés (la semaine prochaine), le gouvernement insiste pour que chacun s'applique cette règle d'ores et déjà.

Nous évitons le confinement, alors que c'était une alternative possible

Xavier Bettel

Concernant la «bulle sociale», il faut maintenant la réduire à quatre personnes. Autrement dit, plus question d'inviter dans la limite de dix convives comme ces dernières semaines. A la maison, mais aussi en club, en comité, au restaurant, au bar...  Enfin, le gouvernement siffle l'arrêt de toutes les compétitions de sport amateur. «Tous les championnats sont annulés, à l'exception de la BGL Ligue et des équipes nationales.»


Metz, Place Saint Louis, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Metz fermera ses restaurants à 22h
La capitale de la Moselle et 44 communes des environs devront se soumettre à ce couvre-feu à compter de samedi. La Meurthe-et-Moselle, elle, doit se plier à des mesures plus strictes encore.

Pour l'heure, toutes ces mesures ne sont que des souhaits, des encouragements. Durant tout le weekend, le gouvernement va travailler sur les textes pour qu'ils fassent bien l'objet d'un vote de la Chambre dans les meilleurs délais. Devant l'urgence, une commission de la Santé a déjà été programmée lundi. A elle d'analyser la teneur de la proposition de loi. Si rien ne heurte alors, le texte pourrait être envoyé au Conseil d'Etat pour avis, «pour une entrée en vigueur en milieu ou fin de semaine», espère le Premier ministre.

Dans les prochaines heures, les différents ministères impliqués vont donc cogiter sur la juste détermination des mesures à prendre. La Justice fixant, par exemple, le montant des pénalités en cas de non-respect du couvre-feu. La Famille réfléchissant aux conditions de visites aux seniors accueillis en maisons de retraite. Mais déjà, Paulette Lenert pointe un horizon sanitaire plutôt sombre. Même après la fermeté en place pour un mois, la ministre de la Santé l'assure «la vie encore avec le virus sera encore dure cet hiver». Ce n'est donc pas le dernier changement de cap auquel il faille s'attendre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Malgré le covid, l'hôpital doit retrouver du souffle
Les infections d'aujourd'hui entraîneront immanquablement des hospitalisations par la suite. Face à des services de santé déjà sous pression, le gouvernement n'avait d'autres choix que de réagir. C'est fait, maintenant... patience.
ARCHIV - 10.11.2020, Berlin: Krankenpfleger schieben einen Patienten am frühen Morgen durch einen Gang auf der Covid-19-Station des Krankenhauses Bethel Berlin. Auf dieser Station werden Patienten behandelt, die Corona-positiv getestet wurden und nicht beatmet werden müssen oder einen dringenden Verdacht auf Corona zeigen. (zu dpa: "Vor Corona-Beratungen: Kaum Chancen für Lockerungen") Foto: Kay Nietfeld/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le covid pousse le gouvernement dans les cordes
Le «wait and see» adopté depuis samedi par le ministère de la Santé a sans doute vécu. Ce vendredi, à 16h, un point presse se tiendra à l'issue du Conseil de gouvernement. Difficile d'imaginer qu'aucune nouvelle décision sanitaire ne soit prise face à la recrudescence des contaminations et hospitalisations.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Maintenant, à chacun de s'auto-isoler...
Débordée, la cellule de traçage des personnes contact? Comment ne le serait-elle pas alors que le Luxembourg bat tous ses records de cas positifs au covid. Aussi, le ministère de la Santé invite la population à déterminer par elle-même si elle doit se placer en retrait.
Lokales, Contact Tracing, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort