Changer d'édition

Pas de stockage temporaire sur le crassier de Differdange
Luxembourg 26.02.2020

Pas de stockage temporaire sur le crassier de Differdange

Il n'y aura pas de dépôt sur le crassier de Differdange avant le terme des évaluations des incidences sur l'environnement.

Pas de stockage temporaire sur le crassier de Differdange

Il n'y aura pas de dépôt sur le crassier de Differdange avant le terme des évaluations des incidences sur l'environnement.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 26.02.2020

Pas de stockage temporaire sur le crassier de Differdange

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Carole Dieschbourg, la ministre de l’Environnement, a réaffirmé la volonté du gouvernement. Il n'y aura pas d’autorisation de nouveaux dépôts de matières sidérurgiques ou inertes sur le site avant le terme des évaluations des incidences sur l'environnement.

(DH) - Le député Gusty Graas avait interpellé Carole Dieschbourg (Déi Gréng)  en qualifiant le crassier de Differdange de décharge qui serait «utilisée pour éliminer des déchets toxiques de manière illicite». Le député DP est revenu à la charge en ce début d'année. Et en réponse à sa question parlementaire, la ministre de l'Environnement a indiqué qu'elle avait invité ArcelorMittal à effectuer des analyses d'eau. En outre, aucun nouveau dépôt ne serait autorisé sur le site de Differdange et Sanem avant le terme des évaluations des incidences sur l'environnement.

La ministre a précisé que concernant les projets d'ArcelorMittal Luxembourg S.A., concernant la décharge de déchets sidérurgiques, une évaluation des incidences sur l'environnement (EIE) est entamée depuis 2017. Et ce n'est qu'à la suite de ces conclusions qu'une autorisation de dépôt sera délivrée.


Réunion au sommet autour du crassier de Differdange
Désormais, le ministère de l'Environnement, ArcelorMittal et les représentants des communes de Sanem et Differdange se retrouveront au moins tous les quatre mois pour évoquer le site potentiellement source de pollutions.

Concernant la sécurité et la salubrité de cette zone de 150 hectares, la création d'un comité d'accompagnement a été décidé au début du mois de février. C'est ainsi que le ministère de l'Environnement, ArcelorMittal et les représentants des communes de Sanem et Differdange ont convenu de se retrouver tous les quatre mois.

Pour rappel, le site de Differdange - Sanem est subdivisé en plusieurs parties et certaines entreprises disposent déjà d'un agrément. C'est le cas de la décharge Pafewee exploitée jusqu'en 2008 (Recyma), du remblai Gadderscheier (Recysan) et de la décharge historique ArcelorMittal. Par contre, le remblai Aleweier ne dispose pas encore de l'autorisation qui doit être délivrée par la commune de Differdange. Concernant ce dernier, la société Cloos a confirmé cette semaine que les études d'impact des poussières, du bruit, de l'hydrogéologie et sur la biodiversité avaient été entamées.


Sur le même sujet

Réunion au sommet autour du crassier de Differdange
Désormais, le ministère de l'Environnement, ArcelorMittal et les représentants des communes de Sanem et Differdange se retrouveront au moins tous les quatre mois pour évoquer le site potentiellement source de pollutions.
Differdange attend des explications sur le crassier
Le 10 février, la bourgmestre differdangeoise a rendez-vous avec ArcelorMittal et le ministère de l'Environnement pour en savoir plus sur les matériaux entreposés, avec ou sans autorisations, sur la décharge à ciel ouvert.
Lokales,Déponie Crassier Differdange, Arbed,Arcelor. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Tempête au-dessus du crassier de Differdange
La ministre de l'Environnement a choisi de répondre à cette question, mercredi, en commission parlementaire. Si ArcelorMittal se défend de tout déversement illicite, d'autres observateurs ont des doutes sur la nature des déchets stockés.
Industriebrachen Süden -   Crassier Differdange - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort