Changer d'édition

Pas de distributeurs pour les produits de parapharmacie
Luxembourg 09.04.2020 Cet article est archivé

Pas de distributeurs pour les produits de parapharmacie

La vente de produits de parapharmacie n'est pas réservée uniquement aux officines.

Pas de distributeurs pour les produits de parapharmacie

La vente de produits de parapharmacie n'est pas réservée uniquement aux officines.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 09.04.2020 Cet article est archivé

Pas de distributeurs pour les produits de parapharmacie

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Paulette Lenert (LSAP) a marqué son opposition à l'idée de placer des appareils automatiques à proximité des officines. La ministre de la Santé motive sa décision par le fait que les produits ne nécessitant pas d'ordonnance se retrouvent déjà en vente libre ailleurs.

En Belgique, par exemple, des distributeurs automatiques de parapharmacie permettent aux passants d'acheter des produits aussi divers que du dentifrice, des préservatifs ou encore du lait pour bébé. Mais pas question de généraliser ce type d'appareils au Grand-Duché «L'installation et l'exploitation de distributeurs automatiques de parapharmacie ne sont pas réglementées au niveau national» a fait savoir la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP). 

Comme ces appareils se situent généralement à proximité d'une pharmacie, il est possible, dans certains cas, de retirer aussi un médicament au distributeur en dehors des heures d'ouverture de la boutique avec l'accord d'un pharmacien. Un système que le député socialiste Claude Haagen aurait aimé voir s'étendre à travers le Luxembourg. «Les distributeurs automatiques de parapharmacie pourraient améliorer l'accessibilité des médicaments», estimait-il en sollicitant l'avis de la ministre. 


Sylviane Haufroid a été la première, au Grand-Duché, à s'être lancée dans la vente en ligne de médicaments.  (Photo: Guy Jallay)
Les nouveaux enjeux du métier de pharmacien: «Un rapport de proximité avec le patient»
La vente en ligne de médicaments reste fortement encadrée au Grand-Duché. Entretien avec Sylviane Haufroid, «cyber-pharmacienne» à Steinfort.

Une approche que ne partage donc pas sa collègue de parti. Et Paulette Lenert de s'en expliquer simplement : «Contrairement aux médicaments, la vente de produits de parapharmacie n'est pas réservée aux seules officines ouvertes au public». 

Du coup, ce type de produits se trouve largement diffusé à travers d'autres commerces et il n'y a aucun intérêt à les «rendre accessibles» via un distributeur, estime celle qui a succédé à Etienne Schneider voilà tout juste deux mois. La ministre fait aussi clairement le choix que les pharmaciens doivent conserver la main sur la distribution des médicaments. Pas de possibilité donc de se ravitailler en dehors des officines ouvertes. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet