Changer d'édition

Pas de directeur médical au Rehazenter? «Pas un problème»
Luxembourg 2 min. 16.08.2022
Depuis mars 2021

Pas de directeur médical au Rehazenter? «Pas un problème»

Légalement parlant, le centre national de rééducation n'a pas d'obligation de nommer un directeur médical.
Depuis mars 2021

Pas de directeur médical au Rehazenter? «Pas un problème»

Légalement parlant, le centre national de rééducation n'a pas d'obligation de nommer un directeur médical.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 16.08.2022
Depuis mars 2021

Pas de directeur médical au Rehazenter? «Pas un problème»

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La ministre de la Santé a confirmé que le poste de directeur médical est vacant depuis près d'un an et demi, tout en précisant que cela ne perturbe pas le bon fonctionnement du Rehazenter.

Y a-t-il de l'eau dans le gaz au sein du centre national de rééducation fonctionnelle et de réadaptation (Rehazenter)? Il existerait en tout cas des tensions à l'heure actuelle entre le conseil médical et la direction générale. Le motif de la discorde? Le corps médical se plaint de l'absence d'un directeur médical. En effet, le poste est vacant depuis maintenant... un an et demi! Celui-ci étant responsable de la coordination entre les médecins traitants et les thérapeutes, d'aucuns semblent trouver cette situation difficile à gérer d'un point de vue organisationnel.


A healthcare worker treating patients at a hospital
Déjà 567 patients suivis en raison d'un covid long
Ils sont plusieurs centaines de Luxembourgeois à avoir été pris en charge en raison de symptômes persistants.

Une situation qui a poussé les députés Laurent Mosar et Max Hengel (CSV) à interroger la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) sur le sujet. Cette dernière a d'abord confirmé que le poste de directeur médical est vacant depuis le mois de mars 2021. C'est là que Gaston Schütz est entré en fonction en tant que directeur général, en remplacement de Thomas Henkels. Si ce dernier assurait les fonctions de directeur général et de directeur médical, ce ne fut pas le cas de son successeur. Chose que confirme également Paulette Lenert. «Au moment de la désignation du nouveau directeur général, il a été retenu que la vacance de poste du directeur médical serait discutée ultérieurement», dit-elle.

Le sujet abordé en septembre prochain

Toujours est-il qu'un an et demi plus tard, personne n'a repris la casquette laissée par Thomas Henkels. De quoi s'interroger sur de possibles dysfonctionnements au sein du Rehazenter. Toutefois, pour la ministre de la Santé, il n'en est rien. 


Pour résoudre le problème de la maternité d'Ettelbruck, une collaboration avec le CHL a été mise en place.
Les hôpitaux luxembourgeois attirent davantage de frontaliers
Les 2.667 lits hospitaliers que compte le Grand-Duché ont majoritairement été occupés par des résidents en 2019. C'est ce qui ressort de la carte sanitaire luxembourgeoise, présentée ce lundi.

Tout d'abord car, légalement parlant, le centre national de rééducation n'a pas d'obligation de nommer un directeur médical. «L'absence d'un directeur médical en soi ne perturbe pas le bon fonctionnement du Rehazenter, car d'une part le directeur général préside la réunion hebdomadaire des médecins et d'autre part l'organigramme prévoit deux coordinateurs médicaux dont la mission est de concevoir, coordonner, développer et garantir le bon fonctionnement de l'activité médicale au sein de leur secteur respectif», assure Paulette Lenert.

Toutefois, cette dernière assure que la question de pourvoir le poste du directeur médical a déjà été abordée à plusieurs reprises lors de réunions du conseil d'administration et sera formellement inscrite à l'ordre du jour du conseil d'administration de septembre prochain.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le 28 juillet marque la Journée mondiale contre l’hépatite. Au Luxembourg, entre 5.000 et 10.000 personnes souffriraient de cette maladie. La ministre de la Santé veut aider plus particulièrement les usagers de drogue, les plus vulnérables face à ce virus.
Le secteur hospitalier se dote d’un outil de gestion des équipements de protection individuelle et des dispositifs médicaux grâce au «Groupement des hôpitaux aigus».
Lokales, CHL Centre, Centre Hospitalier de Luxembourg, Coronavirus, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort