Changer d'édition

Pas de chiens pisteurs de covid au Grand-Duché
Luxembourg 2 min. 24.08.2020 Cet article est archivé

Pas de chiens pisteurs de covid au Grand-Duché

Les chiens gardent toutefois bien leur rôle dans le secours à personnes pour les pompiers et les interventions musclées de la police.

Pas de chiens pisteurs de covid au Grand-Duché

Les chiens gardent toutefois bien leur rôle dans le secours à personnes pour les pompiers et les interventions musclées de la police.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 24.08.2020 Cet article est archivé

Pas de chiens pisteurs de covid au Grand-Duché

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Pour l'heure, rien ne remplacera les tests PCR au Luxembourg. Et certainement pas la truffe d'un chien dressé à renifler la présence du coronavirus. Mais l'expérimentation se fait ailleurs.

Les députés Claude Lamberty  et Gustry Graas (DP) font confiance aux tests PCR pour dépister le covid-19. Mais les deux parlementaires ont dernièrement interrogé le gouvernement sur la possibilité pour le Luxembourg d'avoir recours à des chiens spécialement dressés à flairer le coronavirus. Ne leur déplaise, ce ne sera pas pour demain. Car, à en croire la réponse formulée lundi par le ministre de la Sécurité intérieure et son homologue de la Santé «la détection d'un virus ne fait pas partie des missions» des quadrupèdes actuellement en service.

Pour l'heure, les chiens membres de l'administration ne mettront donc à disposition leur truffe qu'au service des policiers (en cas d'intervention) et des pompiers (pour les missions de sauvetage). Le dépistage restera confié aux hommes et femmes en charge du Large Scale Testing qui, à compter de septembre, adopteront certes un nouveau mode de fonctionnement. Mais sans chien... 

N'empêche l'interpellation des deux parlementaires était fondée. Ainsi, en Allemagne, dans le cadre d'un projet pilote, les chiens d’un groupe canin de la Bundeswehr sont entraînés à reconnaître les personnes contaminées par le SARS-CoV-2. En France, «des expérimentations similaires ont également été lancées à l’École nationale vétérinaire d’Alfort, dans le Val-de-Marne», indique aussi le duo. Pour autant, ni Paulette Lenert (LSAP), ni Henri Kox (Déi Gréng) ne voient comment faire écho à ces exemples dans le cadre des brigades canines luxembourgeoises.

D'ailleurs, les deux ministres rappellent que les deux opérations en place dans les pays voisins sont d'une part un projet universitaire mené au sein de l'armée allemande, et d'autre part une mission confiée à une unité vétérinaire française. Rien de comparable avec la situation nationale. 

Tant pis donc pour Gusty Graas et Claude Lamberty qui estimaient que cette méthode de détection aurait pu être «surtout utile dans les espaces publics, tels que l’aéroport ou la gare centrale, afin de limiter davantage la propagation du virus». Il faudra se contenter des tests PCR dans les semaines à venir et non compter sur les chiens. Après tout, ces tests il s'en est déjà pratiqués près de 713.000 au Grand-Duché en six mois, et leur efficacité a été défendue il y a peu encore.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg bénéficiera des doses achetées via l'Union européenne et n'a entamé aucun contact avec des laboratoires pour disposer de ses propres sérums anti-covid.
(FILES) In this file photo taken on January 31, 2020, a man gets a flu shot at a health facility in Washington, DC. - Global influenza vaccine makers have produced a record number of doses for the coming flu season, as authorities try to ease the burden on hospitals ahead of an expected COVID-19 resurgence. In the US, pharmaceutical companies plan to make around 196 million doses to serve the population of 330 million, according to the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). (Photo by EVA HAMBACH / AFP)