Changer d'édition

Pas de bon d'achat en échange d'un vaccin
Luxembourg 3 min. 22.11.2021
Catastrophes naturelles

Pas de bon d'achat en échange d'un vaccin

Les généralistes et pédiatres du Luxembourg ont déjà administré 22.300 doses de vaccin depuis le mois d'août.
Catastrophes naturelles

Pas de bon d'achat en échange d'un vaccin

Les généralistes et pédiatres du Luxembourg ont déjà administré 22.300 doses de vaccin depuis le mois d'août.
Photo : dpa
Luxembourg 3 min. 22.11.2021
Catastrophes naturelles

Pas de bon d'achat en échange d'un vaccin

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Certains Etats organisent des loteries, distribuent des cadeaux voire offrent des primes à celles et ceux qui se font vacciner sur le tard. Ce n'est pas l'intention du Luxembourg, a réaffirmé la ministre de la Santé.

Une maison close de Vienne propose 30 minutes avec l’hôtesse de son choix en cas de vaccination anti-covid sur place. Et, même si le phénomène est souvent plus anecdotique que massif, bien d'autres initiatives visant à encourager à l'administration d'une dose ont vu le jour un peu partout dans le monde. Des relances (de plus ou moins bon goût) pour redynamiser des campagnes vaccinales qui patinent. Mais c'est là une voie que Paulette Lenert (LSAP) a repoussée, ce lundi : «Le gouvernement n’entend pas mettre en place d’autres mesures incitatives, sous forme de bons d’achat ou autre, afin d’augmenter le taux de vaccination», a-t-elle tranché.


dpatopbilder - PRODUKTION - 17.11.2021, Baden-Württemberg, Stuttgart: Krankenpflegerin Meryl Meister (l) steht in einem Patientenzimmer eines abgetrennten Bereichs für Covid-19 Patienten einer Intensivstation des Klinikum Stuttgart, mit einer Kollegin in einem Patientenzimmer eines Covid-19-Patienten.      (zu dpa "Auf der Corona-Intensivstation") Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Grand-Duché reste exempté de vaccination obligatoire
Le gouvernement n'entend toujours contraindre ni les soignants, ni les habitants à une injection anti-covid de rigueur. Enfin, «pour l'heure», ne manque pas d'instiller la ministre de la Santé.

Il est vrai qu'outre l'exemple autrichien cité, le député Marc Hansen (Déi Gréng) venait de signifier à la ministre de la Santé que d'autres «encouragements» avaient été organisés. Mais n'en déplaise au parlementaire, le pays ne suivra pas l'exemple du Land de Thuringe (qui paye un verre aux primo-injections); ni celui de la Croix-Rouge de Saxe (distribuant des bons d'achat valables auprès d'un demi-millier d'entreprises partenaires) à celles et ceux qui tendent l'épaule pour recevoir la piqûre.

Pour le gouvernement luxembourgeois, la dynamique doit s'appuyer sur d'autres types de persuasion. Des pistes moins ''vénales'' pour séduire au-delà des 74% de vaccinés actuels parmi les 12 ans et plus. «Nous ne pourrons réussir sans un comportement solidaire» a encore rappelé Paulette Lenert vendredi, à l'heure de déclarer la dose complémentaire anti-covid accessible dès 18 ans. Et puis, pourquoi distribuer  cadeaux ou euros quand certains tours de vis suffisent à eux seuls à ramener vers les points de vaccination plus de volontaires? C'est ainsi le cas depuis que le régime CovidCheck a été durci ou que les tests sont devenus payants, témoigne la ministre.

Et la ministre la plus populaire de poser des chiffres pour conforter  sa démonstration. Entre le 14 septembre et le 14 octobre, 10.431 premières doses avaient été administrées. Les quatre semaines suivantes, le total était en augmentation de 64% sitôt la nouvelle loi covid votée! 18.444 primo-injections sur un mois, le chiffre est appréciable. «Même s'il reste des marges à conquérir.»


Le Luxembourg attend aussi la pilule anti-covid
Le laboratoire Merck a développé ce qui semble être le premier médicament contre l'infection liée au coronavirus. Et si la France a déjà passé commande, le Grand-Duché compte s'appuyer sur l'Europe pour bénéficier de ce possible traitement.

Des non-vaccinés que le ministère ira notamment rechercher dans les galeries commerciales du pays. Dans les premiers jours de décembre, des équipes mobiles partiront à la conquête des derniers obstinés, des retardataires, des méfiants «à convaincre avec des informations objectives». Par ailleurs, le Vacci-bus multipliera les arrêts et un quatrième centre d'injection (gratuit et sans rendez-vous) a ouvert ses portes dans la capitale, Grand-Rue. De quoi, espèrent les autorités, prendre de vitesse la courbe des infections covid qui a repris de la vigueur avec les froides journées d'automne. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.
26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pandémie au Luxembourg
La direction de la Santé annonce 51 hospitalisations en lien avec le virus. Pour enrayer l'épidémie, le gouvernement lance un nouvel appel à la vaccination.
09.11.2021, Niedersachsen, Hannover: Passanten laufen an einem Testzentrum für das Corona-Virus vorbei. Die bundesweite Sieben-Tage-Inzidenz ist erneut angestiegen und hat den zweiten Tag in Folge einen Höchstwert erreicht. Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Vaccination anti-covid au Luxembourg
La bataille pour l'immunisation collective est encore loin d'être gagnée dans la guerre au covid menée au Luxembourg. Le ministère de la Santé estime à 76,3% le taux de vaccination chez les 12 ans et plus. Pas de doute : il faut relancer l'offensive pour atteindre les 85% désirés.
18.11.2021, Hessen, Wiesbaden: Ein Mann bekommt in der DKD Helios Klinik in Wiesbaden seine Booster-Impfung gegen das Corona-Virus in den Oberarm gespritzt. In einem Obergeschoss der Klinik läuft derzeit der Probebetrieb für das künftige neue Impfzentrum der Landeshauptstadt. Foto: Boris Roessler/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Suivant les recommandations du Conseil supérieur des maladies infectieuses, le Conseil de gouvernement recommande ce mardi l'administration d'une nouvelle injection aux plus de 65 ans, aux professionnels de santé et aux assistants médicaux.
ARCHIV - 30.12.2020, Bayern, Gauting: Ein Mitarbeiter der Asklepios Klinik wird von einem Kollegen mit dem Corona-Impfstoff von Biontech/Pfizer geimpft. Drei Prozent der Bevölkerung sind nach Expertenschätzungen über die gesamte Lebensspanne gesehen von einer sogenannten Blut-Spritzen-Verletzungsphobie betroffen. (zu dpa "Corona-Impfung trotz Spritzen-Phobie: Kurz-Programm für Betroffene" und "Spritzen-Phobie - Wenn Impfen von extremen Ängsten begleitet wird") Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Suite à la recommandation du Conseil d'Etat sur l'extension à venir du régime CovidCheck, la ministre de la Santé indique jeudi que des bons gratuits seront mis à disposition des personnes qui auront reçu une première injection avant le 18 octobre.