Changer d'édition

«Pas de vaccination forcée avec ce gouvernement»
Luxembourg 4 min. 13.07.2022
Déclaration à la Chambre des députés

«Pas de vaccination forcée avec ce gouvernement»

Pour le Premier ministre Xavier Bettel, il existe actuellement trop d'hypothèses différentes pour justifier une vaccination obligatoire.
Déclaration à la Chambre des députés

«Pas de vaccination forcée avec ce gouvernement»

Pour le Premier ministre Xavier Bettel, il existe actuellement trop d'hypothèses différentes pour justifier une vaccination obligatoire.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 13.07.2022
Déclaration à la Chambre des députés

«Pas de vaccination forcée avec ce gouvernement»

Simone MOLITOR
Simone MOLITOR
Le Premier ministre Xavier Bettel a expliqué, ce mercredi, pourquoi une vaccination obligatoire n'a pas de sens aujourd'hui et pourquoi le gouvernement travaille malgré tout sur un texte de loi.

Un petit quart d'heure a suffi au Premier ministre Xavier Bettel (DP) pour s'expliquer mercredi sur l'obligation vaccinale, à laquelle le gouvernement s'est notoirement opposé. Non seulement les scientifiques, mais aussi les acteurs de la société ont été invités à donner leur avis au préalable, a-t-il expliqué. «Une vaccination obligatoire ne devrait être introduite que si elle est portée, et pas seulement ici dans l'hémicycle, mais aussi à l'extérieur», a-t-il fait remarquer.


Eine Polizeibeamtin wird mit dem Corona-Impfstoff von AstraZeneca geimpft. Bayern beginnt ab dem 02.03.2021 mit der Impfung aller Beschäftigten der Polizei im Freistaat.
Les partis se montrent réticents à la vaccination obligatoire
Ce vendredi après-midi, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) a indiqué que le gouvernement renonçait à l'heure actuelle à une vaccination vaccinale, alors que la plupart des partis s'opposent aussi pour le moment à une telle mesure.

L'obligation vaccinale sectorielle n'est plus d'actualité

Alors que le groupe d'experts constitué ad hoc par le gouvernement s'était encore prononcé en janvier, dans un premier avis, en faveur d'une obligation vaccinale sectorielle pour le personnel soignant et de santé, il ne recommandait plus une telle obligation que pour les personnes de 50 ans et plus. «Il ne s'est pas seulement écoulé beaucoup de temps entre les deux expertises, mais aussi beaucoup de nouvelles connaissances scientifiques», a déclaré le Premier ministre. Toutes les questions encore en suspens ont été clarifiées la semaine dernière lors d'un échange avec les experts, a-t-il ajouté.

En ce moment, les chiffres sont très élevés, mais personne n'est aux soins intensifs.

Xavier Bettel, Premier ministre

En raison des nouvelles connaissances sur la variante Omicron, l'analyse a été plus nuancée et différents scénarios ont été élaborés. «Omicron se propage beaucoup plus vite, il y a plus de malades, mais l'impact sur la santé est différent de celui que nous avions avec la variante Delta. Pour le moment, les chiffres sont très élevés : plus de 1.200 infections aujourd'hui, 29 personnes sont hospitalisées, mais aucun patient n'est aux soins intensifs», a informé Bettel.

Le virus n'a certes pas disparu, mais le processus de contamination est différent. «En outre, il existe aujourd'hui des possibilités de traitement que nous n'avions pas encore en janvier, et surtout des médicaments qui empêchent une évolution grave», a-t-il poursuivi. Selon lui, les nouvelles connaissances et les derniers chiffres au Luxembourg et à l'étranger remettent en question l'utilité d'une vaccination obligatoire.

Recommandée seulement dans un des sept scénarios

«Dans son expertise, le groupe d'experts a analysé sept scénarios possibles et n'a suggéré une vaccination obligatoire que dans un seul, le pire des scénarios. Il serait donc trop simple de dire que les experts sont d'avis qu'une vaccination obligatoire doit venir. Non, ils ne la conseillent que dans un seul des sept scénarios : si un variant du virus plus contagieux, aux conséquences plus graves, apparaît. En outre, il faudrait alors s'assurer que le vaccin est efficace. Pour l'instant, il est impossible de le prévoir, car nous n'avons pas encore de tels variants. Il y a donc beaucoup d'hypothèses», a déclaré Bettel, qui a encore fait remarquer que même avec une vaccination obligatoire, on n'atteindrait jamais un taux de vaccination de 100 pour cent. «Nous devons rester réalistes. Cela reviendrait à rendre la vaccination obligatoire, ce qui n'arrivera jamais avec ce gouvernement de manière forcée», a-t-il souligné.


IPO , PK Experten zur Corona Impfpflicht , , Gerard Schockmel , , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le Dr Schockmel appelle à plus de reconnaissance
Lors de la conférence de presse sur l'avis des experts, Gérard Schockmel avait vivement critiqué le manque de reconnaissance du gouvernement pour le travail scientifique. Le médecin lance un appel pour un meilleur encadrement.

«Nous n'avons pas tout fait à la perfection. Nous avons proposé beaucoup de choses, mais personne n'avait de formule magique à proposer. Nous avons toujours impliqué la Chambre, de sorte que nous avons toujours réussi à maintenir le bon équilibre», a déclaré le Premier ministre avec conviction.

La proportionnalité et les conditions qui justifieraient une vaccination obligatoire ne sont pas réunies pour le moment. Le gouvernement ne veut pas prendre une décision dans ce contexte avec 31 voix contre 29. «Ce serait une erreur politique. Comment pourrions-nous défendre une obligation de vaccination à l'extérieur si nous nous disputons à ce sujet ici» ?

Nous n'avons pas tout fait à la perfection. Nous avons proposé beaucoup de choses, mais personne n'avait de formule magique à proposer.

Xavier Bettel, Premier ministre

Prêt pour les situations d'urgence 

Selon lui, il est important de trouver un consensus et d'être prêt en cas d'urgence. «Nous ne voulons pas perdre de temps en cas d'urgence et c'est pourquoi nous avons lancé de manière informelle un texte de loi correspondant sur le chemin des instances afin de pouvoir le faire passer le plus rapidement possible s'il devait être voté», a déclaré M. Bettel.


Am Dienstag legt die Expertengruppe ihr Gutachten zu einer möglichen Impfpflicht offen.
L'UE recommande la quatrième dose pour les plus de 60 ans
L'Union européenne a recommandé lundi un deuxième rappel de vaccin contre le covid à tous les plus de 60 ans, au lieu de 80 ans jusqu'ici, face à une vaste «vague» estivale qui s'annonce en Europe.

L'introduction éventuelle d'un registre de vaccination pour le personnel des maisons de soins et de retraite sera entre-temps examinée sur le plan juridique. L'avis de l'EMA sur une nouvelle vaccination de rappel pour les personnes de plus de 60 ans sera également analysé.

«Même si nous n'introduisons pas d'obligation de vaccination, cela ne signifie pas que les gens ne doivent plus se faire vacciner. La vaccination reste la meilleure solution pour éviter une évolution grave», a souligné Bettel avant de remercier une nouvelle fois le groupe d'experts pour son précieux travail sur la situation actuelle. «Nous soutenons la science». Le débat des parlementaires suivra jeudi matin.

Cet article a été publié initialement sur wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ce vendredi après-midi, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) a indiqué que le gouvernement renonçait à l'heure actuelle à une vaccination vaccinale, alors que la plupart des partis s'opposent aussi pour le moment à une telle mesure.
Eine Polizeibeamtin wird mit dem Corona-Impfstoff von AstraZeneca geimpft. Bayern beginnt ab dem 02.03.2021 mit der Impfung aller Beschäftigten der Polizei im Freistaat.
Les députés luxembourgeois évoqueront l'épineux sujet de l'obligation vaccinale, à l'occasion d'un débat de concertation ce mercredi à 14h. Tour d'horizon sur la mise en œuvre de cette mesure.
18.01.2022, Brandenburg, Potsdam: Ursula Nonnemacher (2.v.l, Bündnis90/Die Grünen), Brandenburgs Gesundheitsministerin, sieht dabei zu, wie die Apothekerin Barbara Oberüber (2.v.r) einer Frau in der Impfstelle Metropolishalle eine Corona-Impfung erklärt, während die Ärztin Bushra Malik ihr beratend zur Seite steht. In Brandenburg starten in dieser Woche die Schulungen von Apothekerinnen und Apotheker zur Corona-Impfung. Foto: Joerg Carstensen/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Xavier Bettel fait du vaccin la première arme de la lutte anti-covid. Un rappel utile alors que le pays s'apprête à voir certainement repartir les infections, avec le retour en classe, sur les chantiers, au bureau et à l'usine de nombreux vacanciers.
Pas question pour le Luxembourg de se priver du vaccin AstraZeneca. Xavier Bettel estime toujours que la balance bénéfice/risques plaide en faveur du sérum. A compter de la semaine prochaine, ce vaccin sera d'ailleurs proposé aux 30-54 ans qui en feront la demande.
15.04.2021, Rheinland-Pfalz, Ludwigshafen: Zwei Mitarbeiter sind im BASF-Impfzentrum mit der Aufbereitung des Corona-Impfstoffs beschäftigt. Foto: Uwe Anspach/dpa +++ dpa-Bildfunk +++