Changer d'édition

Panne géante au poste directeur: Bettembourg: «Toute l'installation sera testée ce jeudi»
Panne électrique et électronique géante dans la salle technique au sous-sol du poste directeur de Bettembourg où l'eau avait atteint 1,80 mètre lundi soir!

Panne géante au poste directeur: Bettembourg: «Toute l'installation sera testée ce jeudi»

Photo:Gerry Huberty
Panne électrique et électronique géante dans la salle technique au sous-sol du poste directeur de Bettembourg où l'eau avait atteint 1,80 mètre lundi soir!
Luxembourg 14 2 min. 01.06.2016

Panne géante au poste directeur: Bettembourg: «Toute l'installation sera testée ce jeudi»

Maurice FICK
Maurice FICK
En proie à une inondation exceptionnelle lundi, le poste directeur de Bettembourg est toujours muet. «Nos experts internes travaillent 24/24 heures et toute l'installation doit être testée ce jeudi», assurent les CFL. Mais comment des trains peuvent-ils circuler entre Bettembourg et Thionville alors que les aiguillages ne peuvent plus être commandés depuis le poste directeur?

Par Maurice Fick

En proie à une inondation d'une ampleur exceptionnelle lundi, la salle technique du poste directeur de Bettembourg est toujours muette ce mercredi soir. «Nos experts internes travaillent 24/24 heures et toute l'installation doit être testée ce jeudi», assure le porte-parole des CFL, mercredi soir. Mais comment des trains peuvent-ils circuler entre Bettembourg et Thionville alors que les aiguillages ne peuvent plus être commandés depuis le poste directeur?

C'est bien connu, toute installation électrique est sensible à l'eau. Alors imaginez ce que peut donner une inondation d'1,80 mètre dans une pièce en sous-sol remplie d'armoires électriques, elles-mêmes pleines de relais électromécaniques! Ce sont ces systèmes qui connectent les ordinateurs du poste-directeur -depuis lequel sont gérés la circulation et la sécurité des trains- avec les aiguillages et les signaux sur les voies ferrées. Sans ces centaines de «connecteurs», les trains ne peuvent pas circuler.

Sans doute dans le courant de l'après-midi de jeudi, nous communiquerons sur le délai de la reprise du trafic normal

«Jusqu'ici il a d'abord fallu sécher tout cela avant de tester linéairement ce qui marche ou pas. Et comme c'était encore très humide, il a fallu encore attendre. Nos experts internes du service maintenance et infrastructures  travaillent 24/24 heures et ont recours à nos fournisseurs pour remplacer le matériel défaillant. Ce sont plusieurs dizaines de personnes qui sont à l'oeuvre à tous les niveaux. Nous travaillons jour et nuit», explique le porte-parole des CFL.

Encore une journée à patienter pour les usagers

Et il assure: «Ce jeudi toute l'installation sera testée pour savoir si elle est à nouveau opérationnelle. A ce moment-là, sans doute dans le courant de l'après-midi, nous communiquerons sur le délai de la reprise du trafic normal». Sur le carreau depuis lundi soir, les près de 10.000 frontaliers qui comptent quotidiennement sur le train pour faire la navette entre la France et le Luxembourg, devront encore patienter ce jeudi.

Malgré la panne géante, des trains circulent toutefois au compte-gouttes entre les deux pays, depuis mardi soir. Comment ça marche? «Pour garder un service minimum nous avons bloqué manuellement les aiguillages sur les voies. De sorte qu'un train peut circuler dans un sens sur une voie. Et un autre, dans l'autre sens, sur la 2e voie sur tout le tronçon concerné, entre Bettembourg et Hettange-Grande», résume le porte-parole des CFL.

Cette astuce prévue dans la procédure CFL fait rouler les trains «en marche à vue». C'est-à-dire qu'il ne passe qu'un train à l'heure et à une vitesse vraiment réduite. Question de sécurité. «Ce système est extrêmement règlementé et programmé. Mais pour nous la sécurité demeure toujours la condition prioritaire», pose le porte-parole des CFL.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet