Changer d'édition

«Ouni» cartonne et poursuit son expansion
Luxembourg 34 3 min. 25.06.2019 Cet article est archivé

«Ouni» cartonne et poursuit son expansion

«Ouni» cartonne et poursuit son expansion

Photo:Gerry Huberty
Luxembourg 34 3 min. 25.06.2019 Cet article est archivé

«Ouni» cartonne et poursuit son expansion

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Face à une demande toujours plus croissante, l'épicerie bio «sans emballage», qui a ouvert ses portes fin 2016 dans la capitale, va ouvrir une seconde structure du côté de Dudelange.

Presque trois ans après avoir ouvert son premier local dans le quartier de la Gare à Luxembourg-Ville, l'épicerie «Ouni», 100% bio, local et sans emballage, poursuit son expansion et va se lancer du côté du sud du pays, à Dudelange.

Il faut dire que le concept cartonne, selon Anne-Claire Delval, en charge des relations presse du magasin. Ecoles, entreprises ou même communes se bousculent au portillon pour travailler avec cette toute première épicerie bio sans emballage du pays.

Un concept qui paie

«Nous tirons un bilan très positif de ces deux ans et demi. Le nombre de passages en caisse a considérablement augmenté et nous avons à présent 900 membres au sein de la coopérative. Le pari est réussi», glisse Anne-Claire Delval, le sourire aux lèvres.

Il faut dire qu'il était osé, ce pari. Sept copines, un crowdfunding, 180.000 euros et deux années de travail, pour proposer aux résidents luxembourgeois de faire leurs courses différemment. Si aujourd'hui, le concept paie, les membres d'«Ouni» ont tout de même un gros travail de sensibilisation à fournir, notamment auprès des fournisseurs de produits.

«C'est un vrai casse-tête, de trouver des fournisseurs locaux qui entrent dans nos critères. Surtout, on ne pèse pas aussi lourd qu'un Auchan ou un Cactus par exemple. Mais cela va changer avec cette seconde boutique à Dudelange», explique Anne-Claire Delval.

En effet, à l'heure des rapports du Giec alarmants, des manifestations des jeunes pour le climat ou des stratégies «zéro déchet» mises en place par le gouvernement, le concept intéresse: «les gens se rendent compte de l'urgence, ils veulent revenir aux sources», appuie Anne-Claire Delval.

Un succès qui pousse ainsi les jeunes femmes, à l'initiative de ce projet, à lancer une seconde succursale du côté de Dudelange. Un choix qui n'est pas totalement dû au hasard, pour celles qui ont déjà des demandes aux quatre coins du pays. En effet, pour développer un tel projet, «Ouni» a besoin de deux choses: un local et une communauté.

«Mêmes valeurs»

«Même si nous devons encore rechercher un local, nous avons des contributeurs très impliqués à Dudelange, qui ont déjà recueilli des promesses de dons sur les marchés de la ville. Nous avons également eu un bel appel du pied du bourgmestre de la ville et Dudelange entame un processus qui va dans le même sens que nous, avec nos valeurs», explique Anne-Claire Delval.

La ville du sud planche notamment sur la création d'un «éco-quartier» sur sa friche industrielle, qui intéressent beaucoup les membres de «Ouni». «C'est une ville jeune, dynamique, où le pouvoir d'achat est plus élevé que chez ses voisins», soutient Anne-Claire Delval.

«Notre mission est remplie»

Pour l'heure, aucune date exacte ne peut être communiquée quant à l'ouverture d'une telle structure dans le sud du pays. Les membres de la coopérative ont en effet des exigences très précises en matière de local, qui risquent de prendre un peu de temps. «Mais nous allons trouver chaussure à notre pied», ironise Anne-Claire Delval.

Une chose est sûre, la demande est là et la sensibilisation voulue par les membres d'«Ouni» a fait mouche. «Les gens veulent retrouver du sens à ce qu'ils mangent, ce qu'ils vivent: notre mission est remplie», se réjouissent les créatrices.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Ouni reste d'abord un lieu de vie et de rencontres»
Forte d'un succès fulgurant dans le quartier de la Gare, à Luxembourg-Ville, et d'un chiffre d’affaires «hallucinant» de 750.000 euros, la coopérative bio et sans emballage s’apprête à ouvrir une deuxième épicerie à Dudelange. Mais toujours avec le même esprit et le sourire aux lèvres.
Lokales, OUNI, Gespräch mit Dan Biancalana, Myriam Schütz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Objectif «zéro déchet»
Alors que la chasse au plastique prend de l'ampleur dans le monde, le Luxembourg lance ce lundi une nouvelle stratégie. La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, invite ainsi la population à proposer ses idées, concrètes, pour lutter contre ce fléau.
Gaspillage: Ouni: fini les emballages, fini le plastique!
La toute première épicerie bio sans emballage luxembourgeoise va ouvrir ses portes en ce début du mois de décembre. «Ouni», créé par sept femmes se veut être un nouveau moyen de consommer, sans produire de déchets. On vous explique le concept.
Nearly 40 members volunteered at OUNI's stand at the Oekofoire over the course of the weekend.