Changer d'édition

OpenLux sur la piste de 12 profils plus que douteux
Luxembourg 4 min. 11.02.2021 Cet article est archivé

OpenLux sur la piste de 12 profils plus que douteux

Depuis décembre, les reporters en charge de l'enquête OpenLux ont échangé des questions et des informations avec la ministre de la Justice, Sam Tanson (Déi Gréng).

OpenLux sur la piste de 12 profils plus que douteux

Depuis décembre, les reporters en charge de l'enquête OpenLux ont échangé des questions et des informations avec la ministre de la Justice, Sam Tanson (Déi Gréng).
Luxembourg 4 min. 11.02.2021 Cet article est archivé

OpenLux sur la piste de 12 profils plus que douteux

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'enquête sur l'attrait de l'abri fiscal offert par le Luxembourg à de nombreuses personnalités et firmes a aussi mis en lumière des investisseurs peu scrupuleux. Des identités immédiatement transmises à la Justice.

L'optimisation fiscale n'est pas un délit. En tout cas, dans la mesure où elle se fait en toute transparence. Depuis lundi, et les premières révélations de l'enquête OpenLux, c'est la petite musique qui revient dans nombre des propos de politiques interrogés. Et preuve que le Luxembourg n'aurait rien à se reprocher dans l'hébergement de quelque 140.000 sociétés, c'est grâce à l'accès total aux données rentrées dans son Registre des bénéficiaires effectifs que les reporters du Monde et d'une quinzaine d'autres médias révèlent les noms des entreprises ou investisseurs ayant fait du Grand-Duché la base de leurs affaires.


Lokales, Kirchberg ist leer, Place de l’Europe, Avenue J-F Kennedy, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La criminalité en col blanc dans le viseur de l'UE
L'Union européenne ambitionne prochainement de mettre sur pied une agence de lutte contre le banditisme financier. Les chances de voir cet organisme rejoindre le Luxembourg sont peu élevées d'autant que le pays a d'autres dossiers à traiter avec la Commission.

Reste que les investigations menées ne visent pas seulement à pointer du doigt les relents de paradis fiscal qui collent encore aux basques de la Place. Il y est aussi question d'établissements, de holdings dont les actionnaires ont bien des choses à se reprocher. Ainsi, la ministre de la Justice a-t-elle reconnu que les échanges avec les journalistes d'OpenLux lui avaient permis de transmettre à la Cellule de renseignements financiers (CRF) une liste d'actionnaires «avec un passé plus ou moins lugubre».

Et le rôle même de la CRF suffit à comprendre dans quelles malversations peuvent baigner les douze identités transmises par Sam Tanson (Déi Gréng). En effet, les trente personnels de cette cellule n'ont d'autre but que de lutter contre le blanchiment d'argent et de financement du terrorisme. D'ailleurs, en guise de derniers articles, vendredi, Le Monde a annoncé vouloir indiquer quelles sociétés abritées au Luxembourg faisaient fructifier l'argent de mafieux italiens, de la pègre russe ou proches du pouvoir vénézuélien qui auraient détourné des sommes importantes via des marchés publics truqués. Notamment...

Pour une Place mieux régulée  

Ainsi, le croisement des données du Registre des bénéficiaires et du Registre du commerce et des sociétés a-t-il révélé la présence de criminels ou délinquants de haut rang, bien loin des sages profils des 37 des 50 familles françaises les plus riches que l'on retrouve dans les montages financiers mis en cause par l'enquête. Cette fois, il est question d'organisations criminelles. 

Pour Sam Tanson, la mise en alerte immédiate «la semaine dernière» des magistrats et analystes de la Cellule de renseignements financiers prouve à nouveau la volonté du Luxembourg d'agir pour une Place mieux régulée. Tout comme sa démarche de soumettre, d'ici peu, un projet de loi à la Chambre pour que CRF et section d'enquête financière et économique soient dotées de plus de moyens, humains et matériels.

Ces derniers jours, la ministre de la Justice n'a d'ailleurs cessé de vanter le rôle des gatekeepers (vigies) dans la lutte contre la délinquance financière au pays. Banques, fiduciaires, avocats mais aussi notaires ou experts-comptables se montrant de plus en plus enclins à désigner tout profil ou opération douteuse aux autorités luxembourgeoises. Ainsi, l'an passé, les seuls avocats luxembourgeois auraient ainsi été à l'origine de 120 signalements à la Cellule de renseignements. 

Mais la petite entité est-elle aujourd'hui en capacité de dénouer les montages de l'ensemble des dossiers qui lui sont remontés? Rien de moins sûr au vu du peu d'affaires aboutissant par une condamnation. En 2019, la CRF avait ainsi vu affluer 51.390 déclarations de soupçon de blanchiment d'argent et 444 pour  financement du terrorisme, mais pour quelle efficacité au final?

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Du milliardaire Bernard Arnault en passant par les chanteuses Shakira, Lara Fabian ou le footballeur Lukaku : ce ne sont pas les célébrités qui manquent parmi les actionnaires des 55.000 sociétés offshore pointées dans l'enquête sur la Place luxembourgeoise.
Face aux accusations de l'enquête journalistique pointant le rôle trouble du Luxembourg en matière d'accueil de capitaux étrangers, la ministre de la Justice bombe le torse. «Nous sommes plus transparents que d'autres Etats», plaide Sam Tanson.
Kultur,Sam Tanson gibt Auskunft über Öffnung Kultur.PK,Sam Tanson.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Après LuxLeaks et les Panama Papers, une nouvelle enquête de la presse met en lumière la présence de fonds douteux, pouvant provenir d'activités illicites ou liés à des criminels. Le gouvernement luxembourgeois se défend.
Interview avec Gabriel Seixas au Parquet Européen, Fotos: Julian Pierrot/ Luxemburger Wort / Foto: Julian PIERROT
Le dernier rapport du groupe d'Etats contre la corruption du Conseil de l'Europe met en avant les faiblesses du pays en matière notamment de code de conduite au sein du Parlement. Sans oublier des lacunes au sein de la Constitution.