Changer d'édition

On s'était dit rendez-vous le 15 décembre...
Luxembourg 4 min. 07.12.2020 Cet article est archivé

On s'était dit rendez-vous le 15 décembre...

Xavier Bettel n'a pas voulu donner de faux espoirs sur ce qu'il annoncera pour la période des fêtes lors de sa dernière intervention, vendredi.

On s'était dit rendez-vous le 15 décembre...

Xavier Bettel n'a pas voulu donner de faux espoirs sur ce qu'il annoncera pour la période des fêtes lors de sa dernière intervention, vendredi.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 07.12.2020 Cet article est archivé

On s'était dit rendez-vous le 15 décembre...

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Premier ministre a promis de faire un point, vendredi 11 décembre, sur la possible levée des mesures de confinement en vigueur. Une prise de parole qui devrait aussi donner la ligne à suivre pour les fêtes de fin d'année.

«Si quelque chose marque cette crise, c'est bien l'attente.» Paulette Lenert a raison en évoquant le trait distinctif de cette année d'épidémie covid. Depuis mars, au Luxembourg comme ailleurs, tout n'est que question de patience. Attendre du matériel de protection, puis des tests pour dépister le virus à grande échelle, ensuite des capacités médicales nouvelles et maintenant... un vaccin. Celui-ci va finir par arriver. Mais là encore, du calme, demande la ministre de la Santé.


03.12.2020, Berlin: Projektleiter Albrecht Broemme (l) und Dilek Kalayci (SPD, M), Berliner Gesundheitssenatorin, erläutern in Anwesenheit von Oliver Igel (SPD), Bezirksbürgermeister von Treptow-Köpenick, die Funktionalität der Impfkabinen im zukünftigen Impfzentrum in der Arena Berlin in Treptow. In Berlin entstehen derzeit sechs Impfzentren. Die Zulassung von Corona-Impfstoffen in Europa steht allerdings noch aus. Foto: Bernd von Jutrczenka/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Cinq centres de vaccination à mettre en place
Dans une première phase, le gouvernement n'ouvrira qu'un seul site de vaccination anti-covid, au Limpertsberg. Mais l'ensemble du pays sera couvert à terme, avec en plus six équipes mobiles engagées

Même appel à prendre son mal en patience du côté de Xavier Bettel. Vendredi, le chef du gouvernement l'a dit sans détour : «Mieux vaut attendre deux semaines de plus et attendre un vaccin sûr que de laisser planer un doute». 

La Russie peut bien avoir débuté ses injections de Spoutnik, le Royaume-Uni commencer cette semaine à vacciner avec les dosettes BioNTech/Pfizer : le Luxembourg s'accorde encore un délai, par «devoir de précaution».

Mais ces prochains jours ne constitueront pas un temps mort pour autant. Dans la longue course qu'est la lutte contre le covid, il va s'agir, pour l'Agence européenne du médicament (EMA), de valider ou non les différentes compositions proposées par les laboratoires pharmaceutiques. Qui d'AstraZeneca, Sanofi GSK, Johnson&Johnson, BioNTech/Pfizer, CureVac ou Moderna recevra en premier l'aval de l'autorité sanitaire? Suspense (attente donc).

Mais au-delà de la vaccination de masse, dont le gouvernement luxembourgeois a défini l'organisation, cette deuxième semaine de décembre est aussi celle de l'impatience des restaurateurs, des cafés, des lieux culturels, des clubs sportifs et autres structures privées d'activité depuis le 26 novembre et dont une possible réouverture au 15 décembre pourrait être décidée bientôt. Vendredi dernier, le Premier ministre s'est bien gardé de lever un coin du voile sur cette question. Ou sur la fin du couvre-feu. «Encore trop tôt», a-t-il rétorqué à la presse. «Trop tôt pour spéculer sur les réouvertures comme sur l'organisation des fêtes».

Il ne faut pas croire que le virus fera une pause à Noël

Xavier Bettel

Attendre donc, mais plus longtemps. En effet, Xavier Bettel a promis de parler à l'issue du prochain conseil de gouvernement. Vendredi 11 probablement. Quatre jours avant la date fatidique... Bien entendu que le Premier ministre et ses ministres scruteront à nouveau la foule des indicateurs en leur possession (nouvelles infections, mortalité, hospitalisations, présence du virus dans les eaux usées, âge des contaminés et des décédés...). Mais il leur faudra ne pas se contenter de lire ces chiffres, il leur faudra écouter surtout.


Flowers are laid on funeral urns in Pere Lachaise cemetery, in Paris on June 7, 2020, as the cemeteries reopened from June 2, during the second phase of the easing of lockdown measures taken to curb the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. (Photo by FRANCOIS GUILLOT / AFP)
Dix mois impactés par une mortalité forte
Alors que la mortalité avait tendance à diminuer au cours des dernières années, la pandémie a fait grimper le nombre de décès durant les dix premiers mois de l'année. En novembre, ce chiffre a même presque doublé par rapport à 2019.

Ecouter la fatigue et le désespoir des professionnels de l'HORECA, la colère qui grimpe dans les milieux professionnels, l'agitation qui gagne les familles à l'approche des congés et des retrouvailles de Noël et du réveillon : tous espèrent un «retour à la normalité». Celle promise depuis le printemps déjà.

Mais, à demi-mots, le Premier ministre a déjà préparé le terrain. «Il ne faut pas croire que le virus fera une pause à Noël ou qu'il partira en vacances», a lancé Xavier Bettel. Car il sera tout aussi essentiel pour les décideurs politiques d'entendre les scientifiques ou les hospitaliers. Et eux tremblent déjà à l'idée que possibles banquets et relâchement de cette fin 2020 ne se payent cash pour commencer 2021.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si des vouchers de 50€ ont été proposés pour aider le secteur du tourisme, le ministre des Classes moyennes n'entend pas renouveler l'opération pour assurer le chiffre d'affaires des boutiques du pays.
Lok , Esch/Alzette , PopUpStore Esch/Alzette , Geschäft Denicheuse , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
A première vue, ce sont des caissons ordinaires. Mais ceux-là renferment un bijou de technologie: les conteneurs de l'entreprise allemande Va-Q-Tec, spécialiste de l'isolation thermique, vont transporter les antidotes contre le covid-19 dans leur voyage réfrigéré à travers la planète.
An employee of German company Va-Q-Tec carries a vacuum-insulated cooling container at the company's headquarters in Wurzburg, south-central Germany, on December 1, 2020. - Despite their unflashy appearance, Bavaria-based Va-Q-Tec's rectangular white containers could play a major role in the transportation of Covid-19 vaccines around the world. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
L'institut statistique prévoit une année 2021 marquée par une inflation et un coût salarial stables mais un chômage en augmentation. Un scénario qui ne tient qu'à un fil : la courbe d'évolution du covid-19.
An employee of Cryonomic, a Belgium's company producing dry ice machines and containers which will be used for Covid-19 vaccines transportation, pushes a medical dry ice container in Ghent on December 2, 2020. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Si le coronavirus peut être repéré dans les eaux usées des ménages, il ne passerait pas l'obstacle des stations d'épuration. Du coup, le virus ne se retrouverait pas dans les cours d'eau du pays.
Scientist examining toxic water samples