Changer d'édition

Objectif 20.000 tests par jour au Luxembourg
Luxembourg 3 min. 22.05.2020

Objectif 20.000 tests par jour au Luxembourg

En deux jours, les résultats des tests diagnostic ou tests dits PCR seront connus

Objectif 20.000 tests par jour au Luxembourg

En deux jours, les résultats des tests diagnostic ou tests dits PCR seront connus
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 22.05.2020

Objectif 20.000 tests par jour au Luxembourg

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Du 27 mai au 28 juillet, 20 stations de dépistage du coronavirus fonctionneront sur l'ensemble du Grand-Duché. Comme ces tests reposent sur une base volontaire, le gouvernement lance un appel à la solidarité tant chez les résidents que parmi les frontaliers.

Le gouvernement a décidé de passer la vitesse supérieure en matière de dépistage du covid-19. Si à ce jour, près de 65.000 personnes ont été testées depuis le début de la crise, dès le 27 mai et jusqu'au 28 juillet, les autorités vont étendre la capacité maximale à 20.000 tests quotidiens. Pour atteindre cet objectif, 20 stations de dépistage (17 drive-in, deux stations à pied et à vélo et une à pied) seront mises en place dès ce lundi.

Ce dépistage à grande échelle représente «un pilier majeur de la stratégie du gouvernement dans la lutte contre l'épidémie», selon Claude Meisch (DP), ministre de l'Éducation nationale et de la Recherche. Vu que ce dépistage s'effectuera sur une base strictement volontaire, Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé lance ce vendredi «un appel général à la solidarité» et à «la collaboration de toutes et tous» afin de pouvoir recueillir des échantillons les plus larges possible

Claude Meisch voit dans cette participation «un signe de responsabilité collective». Les personnes seront «réparties en trois catégories», précise Paul Wilmes, porte-parole de la Task force covid-19 Research Luxembourg. Le premier groupe comprend ceux et celles qui encourent les risques les plus importants d'exposition au virus (personnels de la santé, policiers, coiffeurs, le secteur de l'Horesca ou le personnel des maisons de soins. Ils seront invités à se faire tester toutes les deux semaines.

La deuxième catégorie rassemble les personnes travaillant ou s'apprêtant à retrouver leur lieu de travail habituel. Ces tests de salariés permettront d'établir la prévalence par cluster d'activité. Ils font office d'avertissements précoces afin d'isoler rapidement les cas positifs et de retracer leurs contacts. Enfin, l'ensemble de la population représente le troisième ensemble. «Nous n'allons pas tester tout le monde, indique Paul Wilmes, mais des échantillons représentatifs choisis par secteurs d'activité et par régions du pays.»

Grâce au système de dépistage à large échelle, Paul Wilmes espère pouvoir identifier «dès la fin juillet» toutes les personnes asymptomatiques porteuses du virus
Grâce au système de dépistage à large échelle, Paul Wilmes espère pouvoir identifier «dès la fin juillet» toutes les personnes asymptomatiques porteuses du virus
Photo: SIP / Emmanuel Claude

En pratique, les particuliers concernés (luxembourgeois, résidents étrangers, français, belges et allemands) recevront d'ici peu par voie postale une invitation à se faire dépister. Sur base volontaire, ils prendront ensuite un rendez-vous via un portail en ligne pour effectuer un frottis de la gorge dans une des stations de dépistage.

Dans les deux jours, ils recevront un SMS avec le résultat de leur test. Dans le cas où celui-ci se révèle positif, ils seront contactés par l'Inspection sanitaire qui veillera à leur mise en quarantaine et procédera au traçage de leurs contacts. Comme l'explique la ministre de la Santé, ce traçage fait l'objet d'«une définition précise dans une directive européenne», qui parle «d'une présence à moins de deux mètres durant 15 minutes sans le port du masque».

Un délai rallongé

Le but de cette opération d'envergure est de dresser un maillage aussi vaste et précis que possible à travers tout le pays en vue d'identifier «dès la fin juillet» toutes les personnes asymptomatiques porteuses du virus pour ensuite les isoler et éviter ainsi la propagation.

A noter, durant la présentation, de cette opération, la ministre de la Santé s'est montrée muette sur le retard au démarrage de cette opération. Tout comme elle n'a dit mot sur la durée de cette observation à grande échelle qui, initialement, avait été annoncée sur un mois. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Deux centres de soins bientôt fermés
Ettelbruck et Grevenmacher seront les deux premiers CSA à cesser leur activité, à compter du 29 mai. Une annonce faite par la ministre de la Santé, signe que l'épidémie au covid-19 ralentit.
ze4z4e
Le flou persiste autour du dépistage généralisé
Prévu à l’origine le 19 mai, le dépistage de l’ensemble de la population du Luxembourg continue de soulever des questions. Aux grands maux, les grands remèdes : les laboratoires d'analyses médicales ont décidé d'interpeller la ministre de la Santé en ce début de semaine pour obtenir - enfin - des réponses.
A picture taken on April 20, 2020, in Lieges, shows a technician carrying out a COVID-19 (novel coronavirus) serological test with a kit produced by Belgian biotechnical company ZenTech. (Photo by kenzo tribouillard / AFP)
Un senior sur cinq déjà testé en maison de soins
Comme annoncé, le test de dépistage au covid-19 est en cours dans les maisons de soins au Luxembourg. Jusqu'ici révèle la ministre de la Santé, un peu plus de 1.500 pensionnaires et plus de 2.700 salariés ont déjà été testés. Très peu étaient positifs.
La stratégie de dépistage du gouvernement à la loupe
Le Luxembourg a débloqué un budget de 4,7 millions d'euros pour tester l'ensemble de sa population. Avec l'objectif d'éviter une seconde vague. Mais comment s'y prennent concrètement les autorités sanitaires ? Explications.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Scanner , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'éthique sur la route du déconfinement
Le gouvernement a invité Erny Gillen dans le groupe chargé de réfléchir à la sortie de crise covid-19. A charge pour lui d'éclairer les décideurs au-delà des questions médicales, sociales ou financières.
NEW YORK, NY - MAY 4: A woman, wearing personal protective equipment, bikes down Clinton Street with her dog on May 4, 2020 in New York City. As the rest of the country prepares to reopen, New York City continues its shutdown to mitigate the spread of Covid-19.   Bryan Thomas/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
L'Horesca bout mais anticipe déjà la relance
Le Premier ministre n'a pas clairement annoncé de date fixe pour la réouverture des restaurants et cafés. Le secteur est à bout de nerf et réclame que soit jouée carte sur table. Dans «une semaine au plus tard», l'Horesca veut lancer sa grande campagne de reprise.
Lokales, Corona-Virus, Restautrants und Cafés müssen schliessen, Gastronomie, Horesca, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Dix fois plus de personnes contaminées au Luxembourg ?
La capacité de dépistage va passer progressivement de 1.500 à 20.000 tests quotidiens. La stratégie est de tester des secteurs d'activité pour «isoler les cas positifs et leurs contacts» et ne pas dépasser un seuil supportable par le système de santé, explique Paul Wilmes.
Wiedereröffnung Baumarkt  Batiself - COVID-19 - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le secteur de la construction souffre de la pandémie
Si la très grande majorité des chantiers ont effectivement repris au Luxembourg, «nous travaillons malheureusement avec des marges négatives aujourd'hui», révèle ce lundi Jean-Marc Kieffer, président du groupement des entrepreneurs, et explique pourquoi.
Corona-Virus, Wiedereröffnung der Baustellen, Bau, Baustellen , Ban de Gasperich, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort