Changer d'édition

Où l'on reparle de l'escroquerie à l'Adem
Luxembourg 3 min. 14.02.2020

Où l'on reparle de l'escroquerie à l'Adem

Au final, le détournement a été révélé par une simple erreur de numéro de compte de versement.

Où l'on reparle de l'escroquerie à l'Adem

Au final, le détournement a été révélé par une simple erreur de numéro de compte de versement.
Photo : Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 14.02.2020

Où l'on reparle de l'escroquerie à l'Adem

Employé à l'Agence pour le développement de l'emploi, Patrick A. a-t-il profité d'une faille du système pour détourner des sommes dues à des chômeurs. Deux complices auraient aussi bénéficié de la ruse mise en place pour un préjudice estimé à 95.000 euros.

(pj avec Maximilian RICHARD) - L'affaire n'a pas un an, et déjà l'heure du procès a sonné. En avril 2019, il était révélé que des fonds publics de l'ADEM avaient été détournés. Un préjudice dont le montant, au fil des inspections, n'a cessé de croître pour être désormais estimé à 95.000 euros. Désormais, trois hommes sont jugés pour cette fraude aussi rapide qu'impressionnante. Justement à l'heure où une autre enquête pour fraude avance, mais à la Caisse nationale de santé cette fois.

D'après les enquêtes, Patrick A. sera le cerveau de l'affaire. Agé de 46 ans, l'homme travaillait depuis 2013 auprès de l'ADEM. «Emprunté» au secteur privé, il était chargé de gérer une partie des demandes d'allocations de chômage reçues par l'organisme public. Pendant plusieurs mois, il aurait manipulé les dossiers de façon à ce que les paiements lui soient directement versés, ou à deux complices présumés : Davide M. et Edin A.


Adem
Le détournement de fonds à l'ADEM en cinq questions
24 heures après l'annonce d'un détournement de fonds par un agent de l'administration pour l'emploi, de nouveaux éléments émergent sur l'affaire et son contexte.

Aujourd'hui, l'accusation est convaincue que le trio était de mèche. Sinon, comment expliquer que les deux adultes aient transmis une partie de l'argent à Patrick A? 

Les enquêteurs ont réussi à déterminer le mode opératoire mis en place pendant moins d'un trimestre. Seules les anciennes demandes - bloquées depuis longtemps en raison d'une erreur formelle - faisaient l'objet d'une manipulation. Ainsi, la probabilité que les demandeurs se plaignent de paiements manquants était très faible. Une cinquantaine de cas auraient ainsi pu être détournés.

Je ne l'ai pas fait pour m'enrichir

Si l'affaire a été découverte, c'est en raison d'une erreur idiote de l'accusé. L'un des paiements n'est pas arrivé sur son compte et a été retourné à l'ADEM. Un mécanisme de contrôle a alors révélé ce dysfonctionnement, ce qui allait aboutir à la mise au ban de Patrick A. Ce dernier admettant alors sa faute à ses supérieurs. Aveux renouvelés, jeudi, devant le tribunal de Luxembourg. 

«Je ne l'ai pas fait pour m'enrichir», a cependant déclaré l'individu, appuyant sa défense sur la traversée d'une mauvaise passe, après un divorce. Edin A., qu'il connaissait en privé et dont il gérait le dossier à l'ADEM, aurait alors fait pression sur lui pendant plusieurs mois pour obtenir plus d'argent de l'Agence. Et l'homme aurait alors cédé. 


Lokales, Suivi Veruntreuung Gemeindeverwaltung, Gemeindehaus, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les failles de la comptabilité d'Hesperange confirmées
PwC a rendu son rapport suite au détournement de fonds découvert au mois de juin denier. Des manquements dans le système de la comptabilité de la commune auraient permis à deux fonctionnaires d’empocher près de 3 millions d’euros.

Mais cette version soulève des doutes. En effet, pourquoi alors la plus grande partie de l'argent est revenue directement à Patrick A? Les deux complices ont reçu des montants relativement faibles, respectivement d'environ 14.500 et 19.000 euros. Sommes dont ils ont en plus rétrocédé une part à Patrick A...  

Si Edin A. semble dédouaner son ami, Davide M. a avoué la complicité dans le dispositif. Patrick A. lui aurait donné des instructions qu'il aurait simplement suivies. Le procès de cette arnaque trouvera sa conclusion dans une prochaine audience, le 3 mars 2020 avec, entre autres, les déclarations du ministère public et des avocats de la défense.


Sur le même sujet

«L'enquête avance» autour de l'escroquerie à la CNS
Un an après les soupçons de détournement de fonds à la mutuelle de santé, l'instruction concernant deux employées qui auraient détourné plus de deux millions d'euros en dix ans devrait toucher à sa fin, selon le Parquet.
Assurances Sociales-CNS, Krankenkasse, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«L'enquête avance» autour de l'escroquerie à la CNS
Un an après les soupçons de détournement de fonds à la mutuelle de santé, l'instruction concernant deux employées qui auraient détourné plus de deux millions d'euros en dix ans devrait toucher à sa fin, selon le Parquet.
Assurances Sociales-CNS, Krankenkasse, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Surveillance à revoir sur la gestion des communes
Après la révélation d'un vaste détournement de fonds dans les caisses d'Hesperange, le renforcement du système de vérification de la comptabilité des collectivités sera étudié dans le cadre de la future loi communale.
Pour le cas d'Hesperange, une enquête est toujours ouverte pour déterminer l'organisation du détournement de fonds.