Changer d'édition

Nouveaux bus à Luxembourg-ville: Bus hybrides électriques: quels changements?
Deux stations de recharge ont été installées: une à la gare et une autre au Cents-Wasertuerm.

Nouveaux bus à Luxembourg-ville: Bus hybrides électriques: quels changements?

Anne Fourney
Deux stations de recharge ont été installées: une à la gare et une autre au Cents-Wasertuerm.
Luxembourg 5 4 min. 10.02.2017

Nouveaux bus à Luxembourg-ville: Bus hybrides électriques: quels changements?

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Leurs déplacements sont plus confortables, ils se déplacent avec souplesse, sans bruit sur le plat, et polluent trois fois moins que les bus qui ne roulent qu'au diesel.

(AF) - Leurs déplacements sont plus confortables, ils se déplacent avec souplesse, sans bruit sur le plat, et polluent trois fois moins que les bus qui ne roulent qu'au diesel.

Cinq bus hybrides électriques ont été mis en service le 1er février sur les lignes 9, 13 et 14 de la ville de Luxembourg. Ces bus hybrides électriques se rechargent en 6 minutes et ont une autonomie de 7 kilomètres en mode électrique pur. Un moteur diesel prend le relais lorsque le bus a besoin de plus de puissance (en montée). La batterie se recharge aussi en route et grâce à l'énergie libérée au freinage.

75% de rejets en moins

La pollution, ce fléau de plus en plus alarmant, nous fait culpabiliser à chaque déplacement en voiture. Certains d'entre vous en ont assez d'entendre les sempiternelles mauvaises nouvelles sur la qualité de l'air. Nous avons peur pour notre santé, pour nos enfants, pour l'avenir, avec ces particules fines qui s'immiscent partout sans que l'on puisse les voir. D'un sujet abstrait, cette pollution est devenue un poison quasi invisible, présent en permanence dans nos vies.

Du coup, cette présentation de bus «hybrides électriques» par la Ville de Luxembourg prend du sens et de l'importance. Un petit tour à bord de l'un de ces engins a achevé de me convaincre.

Ma culpabilité me taraude aussi à chaque fois que je tourne la clé pour lancer mon moteur diesel. Donc j'emprunte de plus en plus les transports en commun. Pour les courts trajets urbains, il vaut mieux s'accrocher aux barres à chaque départ et arrêt! Et si vous êtes assis à l'arrière de l'engin, vous entendez le gros diesel rugir à chaque changement de régime.

Un petit tour à bord

Chauffeur de bus, Myriam trouve la conduite très agréable.
Chauffeur de bus, Myriam trouve la conduite très agréable.
AF

La Ville nous a offert un petit tour à bord de l'un de ces nouveaux engins: en effet les déplacements sont plus souples et silencieux. «Ce bus est très agréable à conduire», résume Myriam, chauffeur de bus depuis huit ans. «Il ne fait pas d'à-coups, et comme il est silencieux en mode électrique, on entend mieux les bruits environnants comme les ambulances».

Les chauffeurs qui conduiront ces nouveaux modèles ont simplement reçu une formation d'une heure trente, notamment pour apprendre à positionner le véhicule pour la recharge des batteries.

Comment ça marche?

L'engin est «intelligent»: un logiciel le fait automatiquement ralentir dans les zones 30, par exemple. Le chauffeur peut bien sûr intervenir en cas d'urgence. Le mode électrique se met en fonctionnement dès que le bus entre dans une zone résidentielle, à proximité d'un hôpital, afin que son déplacement soit silencieux.

L'entretien est moins exigeant que pour les autres bus: la partie électrique ne nécessite pas d'entretien particulier. Les batteries doivent simplement être maintenues à une température constante en toute saison et sont donc équipées d'un circuit de refroidissement par air.

Combien ça coûte?

La question qui fait souvent tiquer les élus. Oui, un bus hybride électrique, c'est cher. Le principe est le même que pour la voiture d'un particulier. Mais il faut raisonner en termes d'investissements, souligne l'échevine Sam Tanson. «C'est plus cher à l'achat, mais ces bus permettent de faire des économies de carburant, préservent la santé des habitants et l'environnement.»

La première phase, qui comprend l'achat des véhicules et l'installation des stations de recharge, représente un coût… pardon, un investissement de 5,67 millions d'euros. La phase deux atteint 13 millions. «Le coût est amorti en 10 ans», ajoute Lex Bentner, chef du service Autobus de la Ville, en tenant compte des diverses économies que le bus permet de réaliser, notamment en consommation de carburant.

Quelle est la différence avec les bus hybrides?

Des bus hybrides circulent à Luxembourg-ville depuis 2012. Seul le démarrage se fait grâce à un moteur électrique, puis le diesel prend le relais. Le démarrage est une phase qui consomme plus de carburant et pollue donc davantage que le reste du trajet.

D'où l'intérêt d'un tel système. La batterie se recharge en utilisant l'énergie rejetée lors du freinage, selon le principe d'une dynamo (en gros, comme sur un vélo pour faire fonctionner la lumière, sauf que là, cette énergie est renvoyée vers la batterie et non vers la lumière).

L'hybride électrique peut rouler à l'électrique uniquement sur du plat ou de faibles montées. Lorsqu'il a besoin de plus de puissance, le moteur diesel prend le relais.

100% des bus hybrides électriques en 2018

La Ville de Luxembourg mise sur ces bus plus écologiques et s'est fixé l'objectif d'avoir la totalité des bus de son réseau en hybride électrique.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Autofestival 2018: Faut-il encore acheter des voitures diesel?
L'Autofestival démarre ce samedi 27 janvier au Luxembourg. Mais une question hante cette année les automobilistes: faut-il encore acheter des moteurs diesel? Nous avons posé la question au président de l'ADAL - l'Association des Distributeurs Automobiles Luxembourgeois -, Benji Kontz, et au ministre des Infrastructures, François Bausch. Et ils ne sont pas du même avis...
Nach dem Dieselskandal gibt es jetzt strengere Regeln und schärfere Kontrollen.
Mobilité: «Il faut trouver rapidement des alternatives à la voiture»
Une première enquête sur la mobilité dans la ville de Luxembourg a été dévoilée ce mardi par TNS Ilres. Sans surprise, c'est la voiture qui reste le moyen de transport le plus utilisé par les résidents. un vrai défi pour la Ville qui veut continuer à promouvoir la mobilité douce et les transports en commun.
La voiture reste le moyen privilégié par les Luxembourgeois pour se rendre à Luxembourg-Ville.