Changer d'édition

«Nous visons toujours l'obligation vaccinale»
Luxembourg 3 min. 28.05.2022
Covid-19 au Luxembourg

«Nous visons toujours l'obligation vaccinale»

473.329 personnes présentent aujourd'hui un schéma vaccinal complet, ce qui correspond à un taux de vaccination de 78,7% par rapport à la population vaccinable.
Covid-19 au Luxembourg

«Nous visons toujours l'obligation vaccinale»

473.329 personnes présentent aujourd'hui un schéma vaccinal complet, ce qui correspond à un taux de vaccination de 78,7% par rapport à la population vaccinable.
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 28.05.2022
Covid-19 au Luxembourg

«Nous visons toujours l'obligation vaccinale»

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Malgré la levée des dernières restrictions et une situation sanitaire favorable, il s'agit du meilleur moyen, pour le groupe d'experts, de passer l'automne de la manière la plus sereine possible.

261, c'est le nombre de nouveaux cas de covid-19 détectés mardi dernier au Luxembourg. D'aucuns diront que c'est encore beaucoup, force est de constater que nous sommes loin, très loin du pic de janvier dernier avec plus de 2.000 contaminations quotidiennes. Cette baisse considérable du nombre de personnes testées positives a plusieurs explications, mais les autorités s'accordent sur le fait que la campagne massive de vaccination initiée au Luxembourg il y a plus d'un an a joué un grand rôle dans le contrôle de l'épidémie. 


Mom holds her son as medical worker takes sample from his nose during coronavirus pandemic testing.
La pandémie s'essouffle au Luxembourg
Nouvelles contaminations, hospitalisations, décès,... Tous les indicateurs continuent de baisser, selon la dernière rétrospective de la Santé.

La grande majorité de la population a d'ailleurs joué son rôle puisque aujourd'hui, 473.329 personnes présentent un schéma vaccinal complet, ce qui correspond à un taux de vaccination de 78,7% par rapport à la population vaccinable. Si bien que la question qui se pose désormais est de savoir si l'obligation vaccinale tant voulue par les experts et le gouvernement a-t-elle encore du sens? Pour le Dr Gérard Schockmel, médecin spécialiste en maladies infectieuses et membre du groupe d'experts chargé par le gouvernement luxembourgeois de rendre un avis sur le sujet, c'est le cas.

Ce dernier, tout comme les autres experts du groupe, garde toujours la même ligne de conduite malgré la situation sanitaire favorable et la levée des dernières restrictions sanitaires. «Oui, nous sommes toujours pour l'obligation vaccinale», dit-il. Toutefois, comme nous l'avons déjà écrit à plusieurs reprises, cette décision ne s'appliquerait pas à l'ensemble de la population. «Il s'agit des personnes de plus de 50 ans, plus touchées par des complications liées à la maladie, et les soignants travaillant au contact de ces personnes, que cela soit à domicile ou dans les structures de soin. Je pense également aux femmes de ménage qui sont davantage exposées aux risques», insiste le spécialiste.

Environ 70.000 personnes concernées

Le Dr Gérard Schockmel indique que le groupe d'experts planche toujours sur le texte et que celui-ci pourrait être rendu dans les prochaines semaines. Ce dernier estime il y a peu à 70.000 le nombre de non-vaccinés âgés de plus de 50 ans dans le pays. «Certes, nous constatons que les chiffres sont bas en raison du variant Omicron qui se montre moins dangereux. Cela dit, on remarque que les personnes hospitalisées et se trouvant aux soins intensifs font partie des publics les plus à risque et bon nombre d'entre elles ne sont pas vaccinées.»  


A compter de vendredi, les personnes ayant reçu une première dose d'AstraZeneca pourront décider si elles souhaitent recevoir une deuxième dose issue de Pfizer/BioNTech ou Moderna.
Le vaccin d'AstraZeneca approuvé en 3e dose dans l'UE
Le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca a annoncé lundi que son vaccin anti-Covid-19 Vaxzevria avait été approuvé en 3e dose pour les adultes dans l'Union européenne (UE).

Pour le spécialiste, il faut à tout prix éviter une nouvelle vague dévastatrice à l'automne prochain qui pourrait à nouveau surcharger le système de santé. «Nous ne sommes pas à l'abri d'un variant plus dangereux. Il va par ailleurs falloir regarder comment mute le variant Omicron. C'est comme le virus de la grippe qui mute plusieurs fois et dont la dangerosité est donc variable en fonction des mutations.»

Ainsi, le groupe d'experts souhaitent voir la recommandation appliquée durant l'été pour «que nous soyons prêts pour l'automne prochain». Est-ce réaliste pour autant? Début avril dernier, la ministre de la Justice Sam Tanson (déi Gréng) expliquait que les textes de loi visant à introduire une vaccination obligatoire étaient pratiquement prêts. Les récalcitrants à la mesure s'exposeront donc à des sanctions.

«Il faut rester vigilant»

Et en ce qui concerne de nouvelles doses «booster»? Le directeur de la Santé Jean-Claude Schmit explique qu'il ne devrait pas y avoir de nouvelles doses de rappel anti-covid avant septembre. Un choix qui s'explique par le fait que les personnes perdraient progressivement leur immunité avant l'automne si une dose de rappel devait être administrée à la population dans un futur proche. Cela dit, la cellule de crise dit rester vigilante et se tenir prête en cas de nouvelle campagne massive. «Nous étudions tous les scénarios possibles comme la remise en place des centres de vaccination», confie Luc Feller, Haut-Commissaire à la protection nationale.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pratiquer une activité physique régulière pourrait diminuer les symptômes d'une infection au coronavirus. Voilà ce que dévoilent les derniers résultats d'une étude du LIH publiés ce lundi.
La situation dans les hôpitaux est stable. Le directeur de la Santé, le Dr Jean-Claude Schmit, s'attend à de nouveaux assouplissements.
Lokales,Interview mit Dr. Jean Claude Schmit - Update zur Corona-Pandemie.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Alors que la fin du port du masque dans les avions a été annoncée à l'échelle du Vieux continent par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), Luxair annonce ce vendredi abandonner aussi cette restriction sanitaire sur presque tous ses vols.
Depuis le début de la pandémie de covid, Luxair a toujours prôné l’allégement des lourdes mesures et restrictions appliquées au transport aérien.
Depuis plusieurs semaines, circulent sur internet de prétendues révélations sur la «dangerosité» du vaccin anti-covid, qui seraient issues des «Pfizer documents». Si ces documents existent bien, ils ont été déformés et décontextualisés.