Changer d'édition

«Nous ne devons pas répéter les erreurs du passé»
Luxembourg 4 min. 23.10.2019

«Nous ne devons pas répéter les erreurs du passé»

«Nous ne devons pas répéter les erreurs du passé»

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 23.10.2019

«Nous ne devons pas répéter les erreurs du passé»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Nouveau ministre du Logement, Henri Kox (Déi Gréng) connaît bien la thématique en tant qu'ancien président de la commission Logement. En poste depuis la mi-octobre, en remplacement de Sam Tanson, il détaille son ambition qui vise à «adapter les lois» à la réalité du pays.

Comme Sam Tanson (Déi Gréng) avant lui, Henri Kox (Déi Gréng), se veut un nouveau ministre du Logement réaliste. Face une flambée continue des prix des logements et un risque de surchauffe du secteur, l'ancien président de la commission Logement entend «adapter les lois» pour permettre «de créer plus de logements abordables». Via notamment la mise en place d'un «effort national» associant municipalités et des acteurs privés.


La construction de logements, un «effort national»
En présence de nombreux politiciens et du Grand-Duc héritier et son épouse, la foire «Home and Living» a débuté samedi, jusqu'au 20 octobre prochain. Henri Kox, récemment nommé ministre du Logement, a donné le coup d'envoi.

Interrogé par le Luxemburger Wort, Henri Kox estime que «le logement constitue clairement une priorité» puisque «de nombreux crédits dans le budget pour le logement sont illimités, qu'il s'agisse de projets de logements subventionnés ou de l'achat de terrains à bâtir pour l'État». Pour l'ancien bourgmestre de Remich, la problématique ne relève clairement «pas d'une question d'argent» mais bel et bien de changements dans les pratiques en place depuis plusieurs décennies. 

Quota de 10% de logements sociaux

Constatant que «le pacte logement 1.0 n'a pas donné les résultats escomptés», le ministre entend booster le développement des logements abordables en jouant sur plusieurs tableaux. Dans les communes, l'effort se concrétisera dans  la prise en charge financière du poste de conseiller en logement que les municipalités sont censées engager ou le soutien au développement de plans individuels pour l'habitat abordable. 


Les chantiers se multiplient dans le pays, mais les prix à l'achat et à la location poursuivent leur envolée.
Les députés calent face à la crise de l'immobilier
Confrontés jeudi aux chiffres des chercheurs du LISER, les députés peinent à trouver des alternatives pour enrayer l'envolée des prix de l'immobilier.

Pour les promoteurs privés, le nouveau ministre entend «permettre à un plus grand nombre de personnes d'accéder à des logements subventionnés» en appliquant un quota de 10% des logements construits vendus en dehors des montants en vigueur sur le marché privé. Et ce, «dans tout le pays». 

Une disposition déjà inscrite dans la loi mais «très vague» dans le texte actuel, de l'aveu même de l'ingénieur de formation qui plaide pour le nouveau Pacte logement pour une part atteignant 30%, «dans le cadre du plan sectoriel logement» dans un premier temps. «Lorsque la pression augmentera et que la volonté politique sera là, nous pourrons discuter d'un pourcentage plus élevé» pour l'ensemble du secteur, estime le ministre Déi Gréng.


Près de 15.000 logements seraient vides de tout occupant au Luxembourg alors que la pression pour louer ou acheter est forte
Les logements vides détestent les taxes
En fixant un impôt spécifique aux propriétaires d'appartements vacants ou de terrains constructibles non bâtis, les communes ont la possibilité d'inciter la remise de biens sur le marché immobilier. Elles ne sont pourtant que huit actuellement à avoir saisi cette opportunité.

Interrogé sur les critiques émises par les acteurs privés quant aux normes environnementales en vigueur qui ralentiraient la réalisation de nouveaux logements, Henri Kox assure «ne pas vouloir jouer l'un contre l'autre» et plaide pour une approche «de qualité» destinée à «éviter de complètement négliger l'environnement comme nous l'avons fait par le passé» et empêcher l'émergence de «blocs de béton». 

Les promoteurs immobiliers ont aussi une responsabilité envers le grand public

Sur la question des 940 hectares de terrains disponibles en Baulücken, le locataire du ministère de la place de l'Europe assure que «cette question sera abordée dans le cadre de la réforme fiscale majeure» qui doit voir le jour à partir de 2020. Idem en ce qui concerne la réforme de l'impôt foncier, évoquée par Xavier Bettel (DP) lors de son discours sur l'état de la Nation. À noter également que le ministère «examine également les mesures fiscales qui ont été introduites dans le passé» afin de déterminer si ces dernières «sont en partie responsables de la hausse des prix» observée. 


Le Premier ministre Xavier Bettel a livré sa vision pour le Luxembourg de demain, le 8 octobre devant la Chambre.
Le discours sur l'état de la Nation passé au crible
Encensée par la majorité et critiquée par l'opposition, la sixième déclaration de politique générale prononcée par Xavier Bettel le 8 octobre dernier a été publiée dans son intégralité en français. L'occasion d'analyser en détail les propos du Premier ministre.

Dans le viseur, notamment, le fameux quart taux, mesure abaissant l'imposition sur les plus-values immobilières en vigueur entre le 1er juillet 2016 et le 31 décembre 2018. Et qui, de l'aveu d'Henri Kox, a «stimulé le marché mais n'a pas permis la réalisation de plus de logements sociaux et une meilleure maîtrise des prix». Une mesure qui aura donc profité aux acteurs privés, notamment les promoteurs immobiliers «qui s'attendent à des profits élevés», or ces derniers «ont eux aussi une responsabilité envers le grand public», juge le ministre.


Sur le même sujet

La SNHBM fête son centenaire au pied du mur
Critiqué pour son manque de productivité et alors que les rapports alarmants sortent sur le marché immobilier, le deuxième bailleur social du pays fête son anniversaire dans un Grand-Duché radicalement différent de celui qui l'a vu naître.
Wachstum,Logement,Habitation,Wohnungsbau.Foto:Gerry Huberty
L'État se donne les moyens d'acquérir du foncier
Le ministère du Logement disposera l'an prochain d'une ligne financière de trois millions d'euros pour acheter des terrains. Ces parcelles étant destinées à la construction publique de logements à loyer modeste.
L'emploi du nouveau fonds spécial Logement fera l'objet d'un rapport auprès des députés.
Les logements vides détestent les taxes
En fixant un impôt spécifique aux propriétaires d'appartements vacants ou de terrains constructibles non bâtis, les communes ont la possibilité d'inciter la remise de biens sur le marché immobilier. Elles ne sont pourtant que huit actuellement à avoir saisi cette opportunité.
Près de 15.000 logements seraient vides de tout occupant au Luxembourg alors que la pression pour louer ou acheter est forte
La construction de logements, un «effort national»
En présence de nombreux politiciens et du Grand-Duc héritier et son épouse, la foire «Home and Living» a débuté samedi, jusqu'au 20 octobre prochain. Henri Kox, récemment nommé ministre du Logement, a donné le coup d'envoi.
Le locatif social se bâtira sur une nouvelle loi
L'État soutient les promoteurs dans la construction de logements sociaux. Toutefois, la loi est discriminatoire à l'égard des bâtisseurs publics. Pour la ministre Sam Tanson (Déi Gréng), il est temps de réformer le système.
1.06.2015 Luxembourg, Luxembourg, Wohnungssuche, Mietwohnung, Mieter, Vermieten, Immo, à louer photo Anouk Antony