Changer d'édition

«Nous espérons rassembler 10.000 jeunes au Glacis»
Luxembourg 3 min. 11.03.2019 Cet article est archivé

«Nous espérons rassembler 10.000 jeunes au Glacis»

«Nous espérons rassembler 10.000 jeunes au Glacis»

Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 11.03.2019 Cet article est archivé

«Nous espérons rassembler 10.000 jeunes au Glacis»

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Une vingtaine de lycées, aux quatre coins du pays, participeront à la marche pour le climat qui aura lieu à Luxembourg, le vendredi 15 mars prochain. En attendant le grand jour, les troupes se mobilisent, notamment sur les réseaux sociaux. Et espèrent faire sensation.

«Vous verrez, il y aura beaucoup de monde pour cette manifestation», s'enthousiaste Zélie, jeune lycéenne de 17 ans. Depuis plusieurs semaines, l'étudiante se mobilise avec des centaines d'autres jeunes, pour préparer la marche pour le climat qui aura lieu vendredi 15 mars prochain.


La marche pour le climat est partie à 14h du Glacis pour se diriger vers la Chambre des députés.
Au Luxembourg, les jeunes en grève pour le climat le 15 mars
La jeune Suédoise de 16 ans qui avait interpellé les responsables politiques lors de la COP24 et récemment à Davos, a appelé les jeunes du monde entier à faire grève pour sensibiliser les adultes au réchauffement climatique.

Leur motivation? Les discours «très inspirants» de Greta Thunberg, cette jeune Suédoise de 16 ans qui a interpellé les chefs d'Etat et ministres sur l'urgence climatique.

«Elle a joué un grand rôle, c'est certain. C'est motivant! Mais nous sommes surtout nombreux à être inquiets face à cette crise climatique», précise Zelie, tout en soulignant que les manifestations ayant eu lieu dans d'autres pays européens ont également été des «sources d'inspiration». 

Des groupes de travail en ligne  

En attendant le grand jour, c'est l'effervescence en coulisses pour la vingtaine de lycées qui participe à l'événement. Nouvelle génération oblige, ce sont les réseaux sociaux qui mobilisent les troupes.

«Nous avons créé des groupes de travail en ligne où nous échangeons des liens, des idées... Nous organisons un meeting par semaine pour ensuite échanger de vive voix et avancer», explique Zélie.

Deux réunions ont déjà eu lieu depuis le début de l'année et ont été très instructives; elles auront duré chacune plus de 5 heures. «Il y a un million de sujets à discuter aussi!», souligne Virginie, membre de l'association «Youth for Climate Luxembourg», qui supervisait les écoliers un premier temps.

«Le climat affecte tout le monde»

D'abord encadrés par cette association et le mouvement «Frères des Hommes», les jeunes lycéens se sont finalement émancipés. «Nous les laissons gérer eux-mêmes leur mouvement. C'est compliqué à organiser vu le nombre de participants mais ils y parviennent très bien», explique Virginie. 

Flyers, banderoles, slogans, tout y passe, pour faire sensation le jour J. «On fait tout nous-mêmes. Bien évidemment, nous sommes ouverts aux propositions des autres générations; le climat affecte tout le monde», reconnaît Zélie. 

L'encadrement des écoliers pas encore assuré

Sur la page Facebook de l'événement, quasiment 3.000 personnes se sont déjà mobilisées. Mais «nous espérons rassembler 10.000 jeunes au Glacis», annonce Zélie, ajoutant: «Nous sommes en discussion avec les autorités pour assurer un suivi des écoliers de leur lycée respectif vers le Glacis; mais ça s'annonce plus compliqué que prévu».

En effet, si la police grand-ducale assurera la sécurité de la marche, qui amènera la foule vers la place Guillaume II, «l'encadrement du transport des écoliers n'est pas encore tout à fait assuré»; «il y a un manque d'intérêt des autorités à ce sujet mais nous allons trouver une solution», rassure Zélie.

Des autorités qui ont pourtant apporté leur soutien à cette marche, par la voix notamment du ministre de l'Education nationale, Claude Meisch, qui avait annoncé fin février que les lycéens seraient autorisés à manifester, contre une autorisation écrite de leurs parents ou tuteurs.

Le rassemblement est fixé au vendredi 15 mars à 12h30 au Glacis.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«La jeunesse n'accepte pas l'inaction politique»
Alors que les étudiants luxembourgeois se lancent ce vendredi dans une troisième grève pour le climat, de multiples événements auront lieu tout au long de la semaine du 22 septembre. Avec une manifestation monstre prévue vendredi prochain. Explications.
Klima Demo, Schüler demonstrieren für eine bessere Klimapolitik,  Place de l'Europe, Foto: Guy Wolff/Luxemburg
Nouvelle manifestation pour le climat à la rentrée
Après avoir remis un rapport complet de 40 pages comprenant des demandes et propositions concrètes pour sauver le climat, les étudiants de «Youth for Climate» ont annoncé une nouvelle mobilisation dans les rues de la capitale le 20 septembre prochain.
Klima Demo, Schüler demonstrieren für eine bessere Klimapolitik,  Place de l'Europe, Foto: Guy Wolff/Luxemburg
Les lycéens pourront bien manifester pour le climat
Claude Meisch, ministre de l'Education nationale, a donné son feu vert aux lycéens pour qu'ils puissent participer le 15 mars à la grande manifestation en faveur du climat au Glacis. Mais sous certaines conditions.
TOPSHOT - Students take part in a march for the environment and the climate o, in Brussels, on February 21, 2019. - Greta Thunberg, the 16-year-old Swedish climate activist who has inspired pupils worldwide to boycott classes, urged the European Union on February 21, 2019 to double its ambition for greenhouse gas cuts. (Photo by EMMANUEL DUNAND / AFP)
«L'UE doit réduire ses émissions de gaz de 80%»
Greta Thunberg, militante suédoise de 16 ans, a une nouvelle fois interpellé les politiques sur l'urgence climatique, jeudi matin à Bruxelles. Elle appelle l'UE à doubler ses objectifs de réductions de gaz à effet de serre, tout en prônant une refonte du système économique.
Swedish 16-years-old climate activist Greta Thunberg delivers a speech during a meeting at the Civil Society For rEUnaissance at the EU Charlemagne Building in Brussels on February 21, 2018. (Photo by Aris Oikonomou / AFP)