Changer d'édition

«Nous détruisons notre gagne-pain»
Luxembourg 20.05.2019

«Nous détruisons notre gagne-pain»

«Nous détruisons notre gagne-pain»

Archives LW
Luxembourg 20.05.2019

«Nous détruisons notre gagne-pain»

Les scientifiques et les lobbyistes de l'environnement mettent vigoureusement en garde contre la destruction de la biodiversité.

(jag) - Naturalistes, scientifiques et lobbyistes de l'environnement ont décidé de s'unir pour former une coalition sans précédent. Leur message: exhorter les dirigeants politiques à agir pour lutter contre la perte de biodiversité. Sur la base d'un rapport international concernant la destruction des écosystèmes, auquel ont participé plus de 145 experts renommés de 50 pays, des représentants de Naturmusée, du Mouvement écologique, de l'Association des biologistes ABIOL, de la Société des Naturalistes et de Nature et Environnement ont mis en garde contre les conséquences dramatiques de cette destruction.

«L'humanité est en train de détruire ses propres moyens de subsistance. Le Luxembourg n'est pas innocent à l'extinction de différentes espèces et il n'est pas épargné», estime Blanche Weber du Mouvement écologique.

Ce rapport se base principalement sur des faits scientifiques. Au Luxembourg, 1.323 espèces de plantes vasculaires sont déjà éteintes et 439 autres sont menacées. Sur 143 oiseaux nicheurs, 13 espèces sont déjà éteintes, 24 autres sont en voie de disparition. Cette liste est non exhaustive, on pourrait évoquer également les mousses et les fougères.

Dans le monde entier, plus d'un million d'espèces sont menacées d'extinction, 150 espèces disparaissent chaque jour de manière irrévocable. «Toute espèce disparue est comme une carte que l'on retire d'un château de cartes. Au final, tout le système s’effondre», estime Jacques Pir, chercheur à Naturmusée. Les causes de ce bouleversement sont connues: la croissance et l'utilisation des ressources détruisent les moyens de subsistance de l'espèce. «Nous devons repenser complètement la société et l'économie si nous voulons toujours sauver ce qui peut l'être», précise encore Blanche Weber.

Au Luxembourg, on peut agir sur des éléments concrets comme la protection des sols agricoles et la fragmentation des habitats. Ainsi, une mise en œuvre cohérente du plan national sur les pesticides, la conversion à l'agriculture biologique et la création d'aires protégées à grande échelle sont nécessaires. Les programmes de protection des espèces et des biotopes doivent être prioritaires pour au moins 30% des terres.




Sur le même sujet

Le G7 à Metz adopte une charte non contraignante
Les ministres de l'Environnement du G7 réunis deux jours à Metz ont adopté lundi une charte pour la biodiversité, non contraignante. Au moment même où un groupe d'experts de l'ONU lance un vrai cri d'alarme sur l'état catastrophique de la nature.
French Environment Minister Francois de Rugy (3rd L) and  French Junior Minister for Environment Brune Poirson (4th R) hold a certificate for a AFNOR-normalization label "Egalite grand evenement" (Equality Grand Event) and a certificat 20121 iso standard for the implementation of a sustainable development policy flanked by (from L to R) Britain's Parliamentary Under Secretary of State at the Department for Environment, Food and Rural Affairs (Defra) Therese Coffey, US' Andrew Wheeler, Environmental Protection Agency (EPA) admistrator, Canada's Anne Dubuc, Associate Deputy Minister, Japan's Environment, Nuclear Disaster Minister Yoshiaki Harada, Giovanni Brunelli, director at the Italian Ministry for the Environment, Land and Sea Protection at the end of a G7 Environment ministers' meeting on May 6, 2019, in Metz, eastern France. - Environment ministers of the G7 nations gathered for the two-day meeting to prepare for a G7 summit in Biarritz from August 24, to 26, 2019. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
Décadence accélérée des richesses de la nature
Écosystèmes ravagés, eau polluée, air vicié, un million d'espèces menacées d'extinction... La nature nécessaire à l'humanité «décline plus vite que jamais dans l'histoire humaine», selon le rapport du groupe d'experts de l'ONU sur la biodiversité publié ce lundi.