Changer d'édition

«Nous avons peur, mais nous sommes là»
Luxembourg 1 22.04.2020

«Nous avons peur, mais nous sommes là»

Plongée dans le quotidien difficile du personnel soignant du CHL.

«Nous avons peur, mais nous sommes là»

Plongée dans le quotidien difficile du personnel soignant du CHL.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 1 22.04.2020

«Nous avons peur, mais nous sommes là»

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
La crise du covid-19 amène le personnel hospitalier au bord de l'épuisement. Chaque jour, chaque minute, ces professionnels de santé se battent et rassemblent tout leur courage pour lutter contre le virus et ne pas perdre espoir. Aperçu, en vidéo, de ce combat en première ligne, au cœur des unités covid-19 du CHL.

(ASdN avec Sibila Lind) - Sous les masques et les combinaisons blanches se trouvent des personnes qui s'exposent tous les jours au danger du virus, avec un seul objectif, celui de sauver des vies. Mais malgré les soins apportés, 78 malades ont rendu leur dernier souffle, selon les dernières données de la direction de la Santé. 

Et si appréhender la mort d'un patient n'est jamais chose facile, cela prend une ampleur encore différente en ces temps de pandémie. Tel est du moins le sentiment des médecins et infirmiers du Centre hospitalier de Luxembourg (CHL). Car leurs patients meurent seuls, sans famille et sans amis autour d'eux. C'est donc au personnel soignant de l'unité de prendre le relai et leur tenir la main dans leurs derniers moments. 

Aperçu émouvant en vidéo du quotidien de ces hommes et ces femmes de l'unité de soins intensifs du CHL.    


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Qui veut travailler 60 heures par semaine?
Déjà 19 entreprises ont déposé une demande auprès du ministère du Travail pour que leurs salariés puissent allonger leur temps de travail hebdomadaire. Une mesure temporaire durant l'état de crise.
Quatre scanners pour prendre l'épidémie de court
Les nouveaux appareils achetés en urgence sont aujourd'hui installés au sein des quatre groupes hospitaliers luxembourgeois. Actuellement, ils ne sont utilisés que pour le diagnostic et l'observation des patients atteints de covid-19.
Mit dem CT-Scanner lassen sich sogenannte Milchglastrübungen auf der Lunge erkennen, die typisch für Covid-19 sind.
Encore de la place dans les hôpitaux du Grand-Duché
Depuis la première infection au covid-19, le paysage hospitalier a radicalement changé. A commencer par l’augmentation des capacités d'accueil. Sur le terrain, personne ne fait preuve de triomphalisme, mais jusqu'ici le système encaisse le choc.
Lokales, Corona-Virus Covid 19, CHEM Esch Alzette, Die Kantine des CHEM wurde in eine Pflegestation umgebaut, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La cantine du CHEM transformée en unité de soins
Pour répondre à des arrivées plus massives de patients, le centre hospitalier Emile Mayrisch a considérablement augmenté sa capacité de lits. Au lieu de deux, l'hôpital disposera bientôt de quatre unités de soins intensifs.
Lokales, Corona-Virus Covid 19, CHEM Esch Alzette, Die Kantine des CHEM wurde in eine Pflegestation umgebaut, Fiebermessung, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le CHL et le CHEM veulent vous simplifier la vie
Les patients des hôpitaux du Grand-Duché devraient bientôt profiter de services plus rapides et efficaces, sans procédures supplémentaires. D'ici 2022, le nouveau Dossier Patient Mutualisé Informatisé (Dop@min) permettra de centraliser en ligne les données médicales des malades.