Changer d'édition

«Nous avons besoin de plus de justice sociale»
Luxembourg 1 2 min. 01.05.2020

«Nous avons besoin de plus de justice sociale»

Confinement oblige, c'est en vidéo que Patrick Dury a prononcé vendredi son discours du 1er Mai.

«Nous avons besoin de plus de justice sociale»

Confinement oblige, c'est en vidéo que Patrick Dury a prononcé vendredi son discours du 1er Mai.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 1 2 min. 01.05.2020

«Nous avons besoin de plus de justice sociale»

Dans son discours du 1er Mai, Patrick Dury, président du syndicat chrétien-social, appelle à de nouvelles mesures destinées à protéger les salariés des conséquences négatives de la crise sanitaire et économique actuelle.

(Jmh avec Danielle Schumacher) - Confinement oblige, c'est une fête du Travail d'un nouveau genre qui s'est déroulée ce vendredi. Aussi bien sur la forme que sur le fond. Si le traditionnel discours du 1er Mai du président du LCGB s'est tenu face à une caméra et non devant les adhérents, les revendications de Patrick Dury se sont aussi adaptées aux circonstances. 

En ces temps de pandémie, deux priorités émergent: la santé des salariés et le maintien de leurs moyens de subsistance dans un contexte économique compliqué. Car «les premiers signes» d'une crise sont déjà visibles assure Patrick Dury en référence à la rapide hausse du chômage enregistrée depuis le début du confinement. Un phénomène qui ne devrait pas s'arrêter dès la reprise complète de l'économie puisque «toute une série d'entreprises ne survivront pas», avertit le syndicaliste.


Les chiffres du chômage marquent une hausse sur un an, selon l'ADEM.
Le virus fatal pour le niveau du chômage
Avec 18.398 demandeurs d'emploi recensés au 31 mars, le chômage enregistre une hausse de 17,5% sur un an. Mais c'est bien sûr depuis quelques semaines, et en lien avec l'épidémie de covid-19, que le nombre de demandeurs d'emploi a grimpé en flèche.

Pour éviter que la crise sanitaire et économique en cours ne se transforme en crise sociale, le chef de file du syndicat chrétien-social demande de nouvelles actions de la part du gouvernement. Que ce soit «l'extension, l'amélioration et la prolongation du chômage partiel au-delà de la fin de la crise sanitaire», la revalorisation de l'indemnité des salariés concernés «à 90% de leur revenu jusqu'à un plafond de cinq fois le salaire minimum» ou «le versement immédiat des allocations chômage» aux salariés des entreprises amenées à mettre la clé sous la porte. Objectif: éviter au maximum le glissement vers le chômage de longue durée.

Pour Patrick Dury, la pandémie a également mis en valeur l'importance de certaines professions, telles que les personnels des supermarchés, payés à des niveau bas. Raison pour laquelle il plaide pour un ajustement du salaire social minimum afin que «les travailleurs aient enfin un revenu bien supérieur au seuil de pauvreté». Autre phénomène valorisé depuis la mi-mars, le télétravail. Une réalité qui doit désormais aboutir à «une adaptation du droit du travail» et «la création de règles fiscales réalistes», notamment pour les frontaliers.


Baustelle Tram und geschlossene Geschäfter im Garer Viertel, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le chômage partiel, un outil de plus en plus utilisé
Depuis la mi-avril, le nombre des sociétés qui ont eu recours à ce dispositif est passé de près de 10.000 à environ 15.000. La réduction des activités, due à la crise du coronavirus, a eu pour effet le déblocage de fonds supplémentaires du gouvernement.

Si le syndicat chrétien-social estime que le patronat ne doit pas utiliser la crise «comme une occasion d'allonger le temps de travail» ou «mettre à mal les congés collectifs comme dans le secteur de la construction», il voit également l'apparition d'opportunités. Notamment dans l'instauration de nouvelles mesures destinées à améliorer le fonctionnement futur de la société et du monde du travail. Ce qui pousse Patrick Dury à demander «un effort de solidarité» car «nous avons besoin de plus de justice sociale afin de sortir plus forts de la crise.»

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les syndicats parlent, Bettel écoute et... à mardi
OGBL, CGFP et LCGB ont pu exposer, jeudi, leurs attentes concernant la sortie de crise à un Premier ministre jusque-là sourd à leurs revendications. Mais écouter n'est pas accepter. Et pour la loi covid-19, chacun en rediscute le 19 mai prochain.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le coronavirus créera un déficit de «plusieurs milliards»
Mercredi prochain le gouvernement disposera du recul nécessaire pour annoncer de nouvelles mesures de déconfinement le 11 mai. Mais on «ne changera pas le calendrier scolaire», assure le Premier ministre qui a aussi parlé des effets de la crise sur le budget de l'Etat.
Premier Xavier Bettel: Die erste Etappe raus dem Stillstand beginnt am 20. April.
La Place en télétravail jusqu'au 25 mai «au moins»
Une grande majorité des salariés du secteur-clef de l'économie luxembourgeoise continueront à travailler depuis chez eux jusqu'à la date prévue de réouverture des crèches préconise la CSSF. Syndicats et patronat ne veulent surtout pas de déconfinement précipité.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge
Le «oui, mais» syndical à la semaine de 60 heures
OGBL et LCGB ont été surpris en écoutant le ministre du Travail, vendredi soir. Les syndicats n'avaient pas vraiment discuté de l'augmentation du temps de travail à douze heures par jour (ou 60h/semaine) avec Dan Kersch.
Employees produce protective masks and parts for artificial lung ventilation devices at the Asomedica factory in the "Great Stone" China-Belarus industrial park near the village Bykachyna, some 25 km east of Minsk, on March 24, 2020. (Photo by Sergei GAPON / AFP)
Le LCGB serein pour les élections sociales
Fort d'un programme d'action sur la digitalisation et d'un nouveau record du nombre d'adhérents, le LCGB s'estime être prêt pour les prochaines élections sociales mais pas seulement.