Changer d'édition

«Nous allons continuer à vous servir»
Luxembourg 2 min. 27.01.2020 Cet article est archivé

«Nous allons continuer à vous servir»

Le dévouement de la Grande-Duchesse «pour servir notre pays à mes côtés depuis 39 ans est exemplaire» et «il est essentiel pour moi».

«Nous allons continuer à vous servir»

Le dévouement de la Grande-Duchesse «pour servir notre pays à mes côtés depuis 39 ans est exemplaire» et «il est essentiel pour moi».
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 2 min. 27.01.2020 Cet article est archivé

«Nous allons continuer à vous servir»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que le rapport Waringo sur le fonctionnement interne de la Cour aurait été remis au Premier ministre, le grand-duc Henri assure, ce lundi, qu'il n'abdiquera pas. «Surtout en ce moment crucial où nos enfants commencent une vie familiale», assure le chef de l'État.

«Nous allons continuer à vous servir, à être là pour vous et pour le Luxembourg». Dix jours après la publication d'indiscrétions sur le contenu du rapport Waringo, le grand-duc Henri sort de son silence. Un acte rare pour le chef de l'État qui écrit depuis «le chevet de mon beau-frère aux soins intensifs à Genève».

Dans un communiqué officiel publié ce lundi, le chef de l'État assure qu'il n'abdiquera pas, «surtout en ce moment crucial où nos enfants commencent une vie familiale». Indiquant être «dans l'attente du rapport» commandité par le Premier ministre auprès de Jeannot Waringo et qu'il a accepté «dans un esprit d'ouverture , de transparence et de modernité», le grand-duc Henri adopte une ligne claire. Celle de la défense assumée de son épouse, la grande-duchesse Maria Teresa. 


La grande-duchesse Maria Teresa serait dans le collimateur du rapport Waringo
La Grande-Duchesse en ligne de mire du rapport Waringo
Le document d'audit de la Cour grand-ducale conclurait à une totale liberté d'action de l'épouse du chef de l'État, selon nos confrères du d'Lëtzebuerger Land. Cette dernière serait en effet «hors de contrôle.»

Sur un ton résolument offensif, le chef d'État assure que «des articles ont été publiés dans les médias mettant en cause injustement mon épouse» et pose une série de questions ouvertes: «Pourquoi attaquer une femme? Une femme qui défend les autres femmes? Une femme à qui on ne donne même pas le droit de se défendre?» 

Une référence directe aux accusations portées contre la Grande-Duchesse sur laquelle «personne n'a d'emprise sur la grande-duchesse Maria Teresa, ni le maréchal de la Cour, ni le Grand-Duc, ni le personnel de la Cour», selon nos confrères du Land. Après 20 ans de règne, le grand-duc Henri assure avoir toujours, avec son épouse, «voulu contribuer à la modernisation de notre monarchie constitutionnelle» et entend «continuer dans cette voie». 


CGDL SAR le Grand-Duc Henri - Luxembourg - Ville - Palais Grand-Ducal - 19/12/2019 - photo: claude piscitelli
«Le Grand-Duc ne peut être contraint de démissionner»
Alors que Jeannot Waringo observe le fonctionnement de la Cour jusqu'à la fin janvier, la question d'une éventuelle abdication du chef de l'État a été récemment évoquée. Une option qui, selon le constitutionnaliste Luc Heuschling, «ne permettrait pas de répondre à la vraie question» sur le fonctionnement de la monarchie.

«Je suis fier de l’engagement, de l’intelligence et de l’énergie que mon épouse met dans toutes ses actions», souligne le Grand-Duc en référence aux initiatives prises par la grande-duchesse Maria Teresa à la lutte «contre la dyslexie», «contre les violences sexuelles», «le statut des enfants emprisonnés en Afrique», «le développement de la microfinance» ou bien encore «l'éducation des jeunes filles et des femmes». Et ce dernier d'assurer que «son dévouement pour servir notre pays à mes côtés depuis 39 ans est exemplaire» et qu'«il est essentiel pour moi». 

À noter que ce communiqué, envoyé au nom de la Cour, mais signé uniquement par le Grand-Duc Henri, contredit en partie la stratégie de communication habituellement adoptée par la Cour grand-ducale, généralement adepte de la discrétion. Pour rappel, le Grand-Duc ne peut être contraint de démissionner, ni par le gouvernement, ni par la Cour. Cette décision relevant «strictement d'une décision personnelle», comme l'indiquait Luc Heuschling, constitutionnaliste à l'Uni.

Découvrez l'intégralité du message publié par le grand-duc Henri dans le document ci-dessous



Sur le même sujet

L'interview du Grand-Duc vient semer le trouble
Alors que le Premier ministre Bettel informait, mardi, les députés de l'avancement des réformes à la Cour grand-ducale, les déclarations du Grand-Duc Henri dans «Paris Match» sur le rôle de la Grande-Duchesse créent la confusion.
LL.AA.RR. le Grand-Duc et la Grande-Duchesse, réalisés à l’occasion de leur 40e anniversaire de mariage.
Les vacances du Grand-Duc à Biarritz passent mal
Présent dans la station balnéaire française en cette fin d'année alors que le pays se trouve soumis à de nouvelles restrictions sanitaires, le chef de l'Etat se trouve au centre d'une polémique. En cause, une éventuelle absence d'exemplarité.
Télécran, Grand Duc Henri, 20 ans de reigne, Schloss Berg, Foto, Guy Wolff/Télécran
Quelles suites pour le rapport Waringo?
Six jours après la publication de la mission sur le fonctionnement de la Cour grand-ducale, Xavier Bettel la présente ce mercredi aux députés. Le résumé des enjeux politiques du document et des pistes de réflexion qu'il suggère.
Le Grand-Duc Henri et la Grande Duchesse Maria Teresa arrivent au Palais de l'Elysée avec le Président Francais Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron, à Paris, France, le 19 Mars 2018 . Photo: Chris Karaba
«Le Grand-Duc ne peut être contraint de démissionner»
Alors que Jeannot Waringo observe le fonctionnement de la Cour jusqu'à la fin janvier, la question d'une éventuelle abdication du chef de l'État a été récemment évoquée. Une option qui, selon le constitutionnaliste Luc Heuschling, «ne permettrait pas de répondre à la vraie question» sur le fonctionnement de la monarchie.
CGDL SAR le Grand-Duc Henri - Luxembourg - Ville - Palais Grand-Ducal - 19/12/2019 - photo: claude piscitelli