Changer d'édition

«Notre pays donne une nouvelle chance à ces personnes»
Luxembourg 2 min. 09.12.2019 Cet article est archivé

«Notre pays donne une nouvelle chance à ces personnes»

Jeudi, Jean Asselborn a visité le lieu d'accueil des réfugiés dans la capitale. La photo publiée sur Facebook par après n'a pas été du goût de Sylvie Mischel, la présidente des ADR-Fraen.

«Notre pays donne une nouvelle chance à ces personnes»

Jeudi, Jean Asselborn a visité le lieu d'accueil des réfugiés dans la capitale. La photo publiée sur Facebook par après n'a pas été du goût de Sylvie Mischel, la présidente des ADR-Fraen.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 09.12.2019 Cet article est archivé

«Notre pays donne une nouvelle chance à ces personnes»

En commentant samedi une publication du chef de la diplomatie luxembourgeoise entouré de réfugiés accueillis au Luxembourg, la présidente des ADR-Fraen a suscité une multitude de commentaires. Le ministre des Affaires étrangères, quant à lui, a tenu à rappeler les engagements du pays.

(DH) - Sylvie Mischel, la présidente des ADR-Fraen, a mis les réseaux sociaux en émoi à la suite d’une publication postée samedi. Une publication qui fait elle-même suite à une photo publiée, un peu plus tôt, par Jean Asselborn (LSAP). Sur cette dernière, on y voit le ministre des Affaires étrangères prendre la pose entouré d'une vingtaine de réfugiés qui ont reçu une protection internationale au Luxembourg.

En réponse à la publication qui a fait polémique et suscité une centaine de commentaires, Jean Asselborn a tenu à s'exprimer. Il a d'abord rappelé que l'Union européenne s’était engagée à accueillir 10.000 réfugiés qui ont transité par des camps en Libye.

«Jeudi dernier, j'ai visité le lieu d'accueil dans la rue de Muhlenbach, à Luxembourg-Ville. Ceci pour souhaiter la bienvenue aux femmes et hommes, mères, pères et enfants. Ainsi notre pays donne une nouvelle chance à toutes ces personnes pour être en mesure de reconstruire une nouvelle vie et le Luxembourg montre qu'il sait épauler une petite part de misère de notre époque parfois si inhumaine.»

48 réfugiés, d’origine érythréenne, somalienne ou soudanaise, seront accueillis au Luxembourg. 40 sont déjà arrivés. Entre le 7 et le 20 octobre, «des entretiens menés par les forces de sécurité luxembourgeoises, des travailleurs sociaux et des responsables de l'immigration pour savoir qui pourrait venir au Luxembourg ont eu lieu», a expliqué le chef de la diplomatie luxembourgeoise. «Si le Luxembourg ne les aide pas, qui le fera?», a-t-il ajouté

Une entrevue à l'ADR

Interrogé par nos confrères de RTL, le président de l’ADR Jean Schoos n'a pas condamné le post qui a fait polémique, mais il a indiqué qu'il organiserait une entrevue avec Sylvie Mischel, Fernand Kartheiser et Gast Gibéryen.

Selon Franz Fayot, qui a réagi en tant que président du LSAP, la photo partagée par Jean Asselborn sur les réseaux sociaux montre «de la générosité, de l'empathie et de la solidarité avec les personnes dans le besoin».




Sur le même sujet

Des titres de séjour plus rapidement accessibles
En 2018, la direction de l'Immigration a émis au total près de 14.000 documents. Pour réduire les délais du traitement des demandes, le ministère a assoupli certains critères. Il mise sur les informations en ligne et compte sur la digitalisation pour accélérer les divers processus.
Le pari du Limpertsberg réussit au «Chiche!»
Le défi n'était pas gagné d'avance pour l'équipe mais les chiffres sont sur la table. Cinq semaines après son déménagement de Hollerich vers le quartier huppé de la capitale, le restaurant social emploie beaucoup plus de réfugiés que prévu. Succès oblige.
Wort.fr, Le “Chiche!“ cartonne au Limpertsberg, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
A la découverte des néo-résidents
Si quelque 12.600 nouveaux venus changent chaque année le visage du pays, leur identité reste floue pour l'Etat. Ce qui complique leur intégration. Pour combler ce vide, le ministère de la Famille lance un appel à projets pour 2020.
Les chiffres de la démographie grimpent, mais les détails sur les nouveaux venus manquent.
«Le Luxembourg nous a offert une nouvelle vie»
Quatre ans et demi après leur arrivée au Grand-Duché, Bilal et Mamo coulent des jours heureux avec leur famille, à Schuttrange. Fuyant la Syrie en guerre, à l'image de milliers d'autres réfugiés, ils ont pris un nouveau départ et ne regrettent rien.
Flüchtlinge in Luxemburg: was ist aus ihnen geworden, drei Jahre später?, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort