Changer d'édition

Des bénévoles racontent la fête offerte aux plus démunis
Luxembourg 11 3 min. 22.12.2016 Cet article est archivé
Noël de la Stëmm vun der Strooss

Des bénévoles racontent la fête offerte aux plus démunis

Luxembourg 11 3 min. 22.12.2016 Cet article est archivé
Noël de la Stëmm vun der Strooss

Des bénévoles racontent la fête offerte aux plus démunis

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Ils étaient une centaine de bénévoles au rendez-vous jeudi pour assurer le bon déroulement de la fête de Noël, au centre culturel de Bonnevoie. 400 invités étaient présents à ce rendez-vous annuel destiné aux plus démunis, organisé par la Stëmm vun der Strooss depuis 18 ans.

(AF) - Ils étaient une centaine de bénévoles au rendez-vous jeudi pour assurer le bon déroulement de la fête de Noël, au centre culturel de Bonnevoie. 400 invités étaient présents à ce rendez-vous annuel que la Stëmm vun der Strooss organise chaque année depuis 18 ans: un repas et une après-midi de fête, en musique.

Pour ces invités, la période de Noël est particulièrement difficile. «Ils voient les gens faire plein d'achats et eux ne le peuvent pas», résume Alexandra Oxacelay, directrice de la Stëmm vun der Strooss. Pour certaines personnes, Noël peut représenter un cruel rappel de la difficulté, du manque de moyens et de l'absence de relations sociales.

Cette fête de Noël veut changer les idées, apporter un peu de chaleur humaine.

De nombreuses entreprises y contribuent sous différentes formes: offrir les repas, la bûche de Noël, des petits cadeaux… D'autres ont un partenariat pour venir aider le jour J: certains de leurs employés viennent mettre la main à la pâte pour accueillir les invités, servir les repas, animer la journée.

L'importance d'un sourire

Véronique et Magali sont bénévoles pour la troisième année consécutive. C'est elles qui ont porté ce projet au sein de leur entreprise, Allen & Overy, pour «contribuer et donner quelque chose à ceux qui sont défavorisés». «Ils nous le rendent bien parce que l'on reçoit beaucoup de sourires en retour!», s'enthousiasme Magali. «Certains nous reconnaissent d'une année à l'autre. D'un côté ça fait plaisir et de l'autre c'est triste de les voir encore dans une situation difficile.»

Toni travaille à la Bank of New York Mellon. Lui aussi participe en tant que bénévole depuis trois ans. Plein d'énergie d'après d'autres bénévoles, il danse et échange des blagues avec les bénéficiaires du repas de Noël. «Le plus agréable c'est de voir des gens avec le sourire», note-t-il. Pour lui aussi, c'est le sourire qui marque, comme pour Magali et Véronique.

L'ambiance est très chaleureuse ici. On peut dire qu'il existe un espoir dans l'humanité. C'est important. Surtout en ce moment, avec ce qui s'est passé à Berlin.

Ce qui peut sembler banal au quotidien prend ici une toute autre ampleur. Il passe de table en table pour «distraire ceux dont le regard se perd». «Des enfants qui viennent avec leurs parents ne veulent pas manger parfois. Je vais les voir, je fais l'avion, je parle avec eux, on plaisante. Je pense qu'ils sentent que leur famille traverse des moments durs, ils s'en rendent compte.»

Après le repas, Toni incite les gens à se lever et à aller danser pour se défouler, se changer les idées, s'amuser. «On ne parle jamais de leur vie ni de leurs problèmes.»

Julie travaille à la Banque de Luxembourg. Elle aime l'ambiance qui règne à cette fête. Après avoir aidé à servir les repas, elle va de table en table pour discuter avec les invités. «On s'amuse aussi! J'étais la mère Noël aujourd'hui», dit-elle, un bonnet rouge et blanc dans les mains. «L'ambiance est très chaleureuse ici. On peut dire qu'il existe un espoir dans l'humanité. C'est important. Surtout en ce moment, avec ce qui s'est passé à Berlin.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet