Changer d'édition

Ni ambulances, ni hôpitaux ne refusent les non-vaccinés
Luxembourg 2 min. 07.12.2021
Crise covid au Luxembourg

Ni ambulances, ni hôpitaux ne refusent les non-vaccinés

71% des 885 décès en lien avec une infection covid ont eu lieu à l'hôpital au Luxembourg.
Crise covid au Luxembourg

Ni ambulances, ni hôpitaux ne refusent les non-vaccinés

71% des 885 décès en lien avec une infection covid ont eu lieu à l'hôpital au Luxembourg.
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 07.12.2021
Crise covid au Luxembourg

Ni ambulances, ni hôpitaux ne refusent les non-vaccinés

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Voilà encore une information qui a nécessité une mise au point de la ministre de la Santé luxembourgeoise. La prise en charge de tous les malades, à jour de vaccination ou non, reste assurée.

Des fake news, des rumeurs, cette crise sanitaire en aura vu naître bon nombre. A commencer par l'efficacité réelle des vaccins employés pour contrer les effets graves d'une éventuelle infection. Mais en ce début décembre, Paulette Lenert (LSAP) a dû apporter une réponse à une préoccupation nouvelle soulevée par les deux députés ADR, Jeff Engelen et Fernand Kartheiser : une personne non vaccinée peut-elle se voir refuser l'accès à une prise en charge en ambulance ou aux soins hospitaliers? La réponse est : non.


Dans la tête des soignants
Alors qu’une nouvelle vague d’infections au covid remet la pression sur les hôpitaux, rencontre avec cinq personnels d’une unité de réanimation du CHEM. Entre abnégation, doute et lassitude après 20 mois de pandémie.

Soulevant l'exemple d'un homme qui se serait vu refuser un brancardage et l'entrée à un hôpital, les deux parlementaires ont ainsi vu la ministre de la Santé clarifier ce type de situation (dont elle n'a pas eu connaissance a priori). Ainsi, depuis mars 2020 et donc le début de la crise Covid, les personnels du CGDIS respectent une note interne précisant le protocole sanitaire à suivre désormais avant de faire entrer un patient dans une ambulance : systématiquement, «un masque chirurgical est appliqué». Et cela que l'homme ou la femme fasse partie des 433.000 personnes présentant un schéma vaccinal complet ou non.

En ce qui concerne l'entrée à l'hôpital, il convient de distinguer deux cas de figure, rappelle celle qui vient d'être désignée vice-Première ministre. Pour les visiteurs (de plus de 12 ans) qui viennent saluer un proche hospitalisé, la règle 3G s'impose à l'entrée des établissements de santé. Il faut donc justifier d'un statut ''testé, guéri ou vacciné'' pour entrer. Par contre, pas question de passer par l'étape CovidCheck, pour quiconque nécessite une prise en charge d'urgence. 

Noir sur blanc, Paulette Lenert le rappelle donc : «Il n'est pas vrai que les malades non vaccinés se voient refuser l'accès aux hôpitaux». Ce n'est qu'ensuite, en fonction du bilan covid réalisé par les professionnels de santé, que les patients vaccinés ou pas peuvent être orientés dans des filières de soins différentes. Le but étant d'éviter toute intrusion difficilement maitrisable du virus au cœur des services.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Face au déni de certains sur la dangerosité du virus, face aux reproches des autres sur la vaccination, face à tous les "anti-" mais aussi face à leur fatigue après quatre vagues d'infections, les personnels de santé du pays ont marqué, ce jeudi, une minute de silence.
La minute de silence des blouses blanches - Hôpital Kirchberg
photo: Steve Eastwood
La hausse du nombre de patients soignés dans les services de réanimation du CHEM ne laisse pas indifférents les personnels. Des soignants qui se retrouvent le plus souvent au chevet de personnes non vaccinées.
Les infections d'aujourd'hui entraîneront immanquablement des hospitalisations par la suite. Face à des services de santé déjà sous pression, le gouvernement n'avait d'autres choix que de réagir. C'est fait, maintenant... patience.
ARCHIV - 10.11.2020, Berlin: Krankenpfleger schieben einen Patienten am frühen Morgen durch einen Gang auf der Covid-19-Station des Krankenhauses Bethel Berlin. Auf dieser Station werden Patienten behandelt, die Corona-positiv getestet wurden und nicht beatmet werden müssen oder einen dringenden Verdacht auf Corona zeigen. (zu dpa: "Vor Corona-Beratungen: Kaum Chancen für Lockerungen") Foto: Kay Nietfeld/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pour répondre aux besoins en lits et personnels pour la prise en charge des patients covid, les centres hospitaliers doivent reporter le plus d'opérations ou de prises en charge non essentielles.
Medical personnel attend a Covid-19 patient at the intensive care unit of the clinic of Occitanie in Muret, near Toulouse, southern France on November 16, 2020. - Government officials have indicated they hope to ease the lockdown from next month if the health crisis eases, in particular for hospitals dealing with a surge in intensive care patients. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)
Alors que la sortie de l'état de crise se profile, le Dr Philippe Turk, directeur médical de la clinique Zitha évoque la situation du secteur hospitalier au Luxembourg. Le praticien tire les premières leçons de la pandémie et esquisse des pistes pour l'avenir.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Dankeschön an die Helfer  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Les deux projets de loi «covid-19» passaient ce mardi leur examen devant la commission de la Santé. Les députés ont demandé des éclaircissements sur les règles de quarantaine et des rassemblements dans les lieux publics, la fermeture des aires de jeux et le traçage de la population.
Corona-Virus, Spielplatz Galgebierg,Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort