Changer d'édition

Neuf milliards d'euros pour sauver Lufthansa
Luxembourg 3 min. 25.06.2020

Neuf milliards d'euros pour sauver Lufthansa

Neuf milliards d'euros sont prévus pour faire redécoller le groupe aérien.

Neuf milliards d'euros pour sauver Lufthansa

Neuf milliards d'euros sont prévus pour faire redécoller le groupe aérien.
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 25.06.2020

Neuf milliards d'euros pour sauver Lufthansa

La Commission européenne a validé jeudi le projet de l’Allemagne visant à recapitaliser le premier groupe de transport aérien européen. Celui-ci évite ainsi la cessation de paiement. Un coup de pouce toutefois contesté par la compagnie low cost Ryanair.

(ASdN avec AFP) - Après l'orage vient le beau temps. Du moins, voilà un ciel dégagé pour le plan de sauvetage de Lufthansa. Pour surmonter les difficultés engendrées par la crise sanitaire, la Commission européenne a validé jeudi le projet de l’Allemagne visant à recapitaliser Lufthansa d'un montant total de neuf milliards d’euros. 

Un accord toutefois pas dénué de conditions. Le plan prévoit en effet le retour de l'Etat allemand dans le capital du groupe à hauteur «d'au moins 20%». Une première fois depuis la privatisation complète de la compagnie en 1997. Lufthansa s'est par ailleurs engagée «à mettre à disposition des créneaux horaires [...] dans ses aéroports pivots de Francfort et de Munich», où la compagnie dispose d'un «pouvoir de marché important», précise la vice-présidente de la Commission, Magrethe Vestager.   

Dans l'attente de l'accord des actionnaires

Des conditions insuffisantes pour Ryanair, l'un des grands rivaux du groupe en Europe. La compagnie low cost a ainsi annoncé qu'elle déposerait un recours en justice contre ce plan de sauvetage, estimant qu'il allait fausser la concurrence.  

Mais pour pouvoir profiter du chèque de neuf milliards d'euros promis par les autorités allemandes face à l'impact de la pandémie de covid-19, Lufthansa doit encore obtenir un vote favorable de ses actionnaires. Et si tel est le cas, «il n'y aura pas de cessation de paiement», a déclaré jeudi le président du conseil de surveillance du groupe, Karl-Ludwig Kley. 

Comme l'ensemble du secteur, Lufthansa se trouve en effet confronté à une crise sans précédent. La pandémie sanitaire a en effet cloué au sol la quasi-totalité de la flotte pendant près de deux mois. Au pic de la crise, le groupe aurait même perdu 1 million d'euros par heure. Même en bénéficiant de l'aide publique, les prochaines années s'annoncent donc compliquées pour le groupe aérien. 

Accord avec les syndicats

Le redémarrage ne devrait d'ailleurs être que très progressif. En septembre, l'offre pourrait toujours être de 60% inférieure à la normale. A terme, le groupe aura une centaine d'avions de moins sur ses 763 d'avant la crise. 

Pour s'adapter à cette baisse prolongée, Lufthansa compte déjà supprimer 22.000 emplois équivalent temps plein, soit 16% des effectifs mondiaux, dont la moitié en Allemagne. Un accord a également été signé mercredi soir entre direction et syndicat du personnel navigant prévoyant diverses mesures, telles que les gels des rémunérations, des départs à la retraite anticipés et des périodes de chômage technique pour les stewards et hôtesses de l'air. 


Lufthansa négocie un rachat d'une part de TAP
Selon le quotidien économique portugais Jornal de Negocios, la compagnie aérienne allemande a entamé des négociations pour racheter 45% du capital de sa concurrente portugaise à son principal actionnaire privé. Lufthansa se serait allié avec United Airlines.

Quant aux filiales du groupe, elles pourraient elles aussi bénéficier d'un coup de pouce. L'Autriche a prévu d'aider Austria Airlines à hauteur de 450 millions d'euros, sans pour autant monter au capital. En Suisse, Berne va garantir 1,2 milliard de prêts aux filiales Swiss et Edelweiss, tandis que les négociations se poursuivent en Belgique, où Brussels Airlines est en passe de supprimer un millier d'emplois. En revanche, Germanwings et la branche allemande de SunExpress, détenue en commun avec Turkish Airlines, devraient elles fermer.   

Au Luxembourg, le secteur aérien est lui aussi particulièrement touché, à l'instar de la compagnie nationale. Si aucun plan de sauvetage d'une ampleur similaire à Lufthansa n'a été annoncé, Gilles Feith, à la tête de Luxair Group depuis le 1er juin, entend tout de même faire «redécoller Luxair».


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Lufthansa supprime 22.000 postes
L'impact de la pandémie de coronavirus continue de déstabiliser le secteur aérien: le numéro 1 européen annonce ce jeudi la suppression de 22.000 emplois, soit 16% de ses effectifs mondiaux.
(FILES) In this file photo taken on November 29, 2016 Airplanes of German airline Lufthansa are parked in front of the Lufthansa terminal at the Franz-Josef-Strauss airport in Munich, southern Germany. - Lufthansa said on November 06, 2019 it was scrapping 1,300 flights as German cabin crew pressed ahead with a two-day strike, plunging passengers into travel chaos amid an escalating row over pay and conditions. (Photo by CHRISTOF STACHE / AFP)
«Ne pas prendre de décision serait la pire erreur»
Après 15 années passées sous la direction d'Adrien Ney, Luxair Group change d'ère avec l'arrivée, depuis le 1er juin, de Gilles Feith. Le nouveau directeur général entend «accélérer la digitalisation» et faire évoluer le groupe alors même que le secteur aérien traverse une crise d'ampleur. Interview.
Gilles Feith neuer CEO - Luxair - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'Allemagne s'apprête à subir une récession
Le produit intérieur brut allemand du premier trimestre, publié vendredi, devrait donner un avant-goût du choc infligé par la pandémie de coronavirus à la première économie européenne, avant un plongeon bien plus brutal au printemps.
(FILES) In this file photo taken on March 27, 2020 airplanes of German airline Lufthansa are parked at the "Franz-Josef-Strauss" airport in Munich, southern Germany, amid novel coronavirus COVID-19 pandemic. - Lufthansa says on May 7, 2020 in talks for German govt to take 25% stake in 9 bn-euro rescue (Photo by Christof STACHE / AFP)
Lufthansa négocie un rachat d'une part de TAP
Selon le quotidien économique portugais Jornal de Negocios, la compagnie aérienne allemande a entamé des négociations pour racheter 45% du capital de sa concurrente portugaise à son principal actionnaire privé. Lufthansa se serait allié avec United Airlines.
Grève des pilotes: Lufthansa annule 830 vols vendredi
La compagnie aérienne Lufthansa va encore annuler plus de 800 vols vendredi, au troisième jour de la grève de ses pilotes, un mouvement appelé à s'étendre encore samedi, alors que syndicat et direction campent sur leur position.
Après l'annulation de 876 vols mercredi, ce sont encore 912 vols, dont 82 vols long-courriers qui ne volaient pas jeudi au départ ou à l'arrivée de l'Allemagne.
Lufthansa: Accord salarial pour les 30.000 personnels au sol
Le géant allemand du transport aérien Lufthansa et le puissant syndicat des services Verdi ont validé samedi un accord prévoyant des hausses salariales pour les 30.000 personnels au sol du groupe, ont annoncé la direction et l'organisation syndicale.
File photo of Lufthansa planes standing on the tarmac during a strike at Munich's international airport, Germany, November 9, 2015. Deutsche Lufthansa November 28, 2015, signed an agreement with services union Verdi on pay for about 33,000 ground personnel, the union and the airline said. REUTERS/Michael Dalder/Files