Changer d'édition

«Ne pas rééditer les erreurs en matière de cannabis»
Luxembourg 2 min. 03.03.2020 Cet article est archivé

«Ne pas rééditer les erreurs en matière de cannabis»

Pour Henri Grün, le président du CePT, la légalisation du cannabis récréatif ne doit pas faire croire que sa consommation est sans danger.

«Ne pas rééditer les erreurs en matière de cannabis»

Pour Henri Grün, le président du CePT, la légalisation du cannabis récréatif ne doit pas faire croire que sa consommation est sans danger.
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 03.03.2020 Cet article est archivé

«Ne pas rééditer les erreurs en matière de cannabis»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Le Centre de prévention des toxicomanies (CePT) fête ses 25 ans et s'offre un nouveau nom. Le nouveau Centre national des préventions et des addictions (cnapa) va accompagner le gouvernement dans le processus de légalisation du cannabis.

(DH) - Pour ses 25 années d'existence, le Centre de prévention des toxicomanies (CePT) s'offre un nouveau nom. Dénommé désormais Centre national des préventions et des addictions (cnapa), il a profité de la présentation de son rapport d'activités 2019, ce mardi, pour réaffirmer les dangers liés aux dépendances. 

Et en matière de cannabis récréatif, le centre a rappelé qu'il accompagnera le gouvernement dans sa démarche de légalisation tout en soulignant, par la voix d'Henri Grün, son président, «que la démarche risquait de faire croire qu'il est sans danger».

Le Dr Simone Stein, la vice-présidente, a, quant à elle, rappelé la position de l'association à l'égard du cannabis.


Pour rappel, le rapport de synthèse 2019 sur l'état du phénomène des drogues et des toxicomanies au Luxembourg indique, dans son dernier rapport, que huit consommateurs de drogue à usage récréatif sur dix consomment du cannabis. 

Pour faire face à la nouvelle mission qui devrait lui incomber si le gouvernement ne fait pas marche arrière, le cnapa devrait être renforcé. A ce jour, il est composé d’une équipe de onze personnes (pour un budget de 1,5 million d'euros). «Certes, nous aurons besoin de personnel supplémentaire, mais tout dépendra de la dotation du gouvernement», précise le Dr Stein.

Pour ce qui est du service «Fro No» (infos dépendances - drogues - service d'aide), il a été sollicité à 164 reprises l'année dernière, en grande majorité pour des demandes de renseignements par téléphone qui «garantissent davantage l'anonymat».

A noter que près de la moitié des demandes émanent de femmes qui se renseignent principalement sur des consommations excessives d'alcool ou de cannabis.

Aux côtés de ses services d'information et de prévention, le CePT a procédé à des formations continues. Au total, 33 modules ont été dispensés à des professionnels issus de cadres scolaires ou autres. C'est ainsi que jusqu'à l'année dernière, 380 personnes de 45 écoles secondaires et 35 structures de jeunes, après avoir suivi la formation «Cannabiskoffer 2.0», font office de relais avec le centre de prévention.


Sur le même sujet

Rien de définitif sur le cannabis récréatif
La ministre de la Santé confirme qu'un document de travail provisoire circule entre ses services et les autorités judiciaires. Mais aucun texte définitif n'a pour l'heure été validé par le gouvernement.
L'achat de cannabis limité à 30 grammes par mois
Alors que la légalisation sur la drogue douce est annoncée pour 2021, les contours du futur projet de loi ont été dévoilés. Mise en place de 14 points de vente, quantité limitée autorisée ou création de deux licences nationales figurent dans un document inédit, révélé lundi par nos confrères de la radio 100,7.
L'objectif poursuivi par le législateur n'est pas de normaliser ou de banaliser la consommation de cannabis, mais d'en encadrer la consommation et la vente
Consommation en baisse, saisies en hausse
Le ministère de la Santé publie ce lundi son rapport national sur la consommation de drogues illicites. La baisse de consommation observée ces dernières années semble se confirmer.
Drugs Drogen Fixerstuff
L'appli qui ne vous rendra pas accro
Modernité oblige: trois acteurs de la prévention de la toxicomanie viennent de lancer l'application «Suchtberodung» pour que consommateurs comme proches appréhendent mieux risques et moyens de s'en sortir.