Changer d'édition

Mutation plutôt que suspension pour le directeur régional
Luxembourg 15.06.2020

Mutation plutôt que suspension pour le directeur régional

L'absence de suspension du directeur de la police de la région Nord s'est faite sur proposition de Philippe Schrantz, directeur général de la police grand-ducale, indique lundi François Bausch, ministre de la Sécurité intérieure.

Mutation plutôt que suspension pour le directeur régional

L'absence de suspension du directeur de la police de la région Nord s'est faite sur proposition de Philippe Schrantz, directeur général de la police grand-ducale, indique lundi François Bausch, ministre de la Sécurité intérieure.
Photo: SIP
Luxembourg 15.06.2020

Mutation plutôt que suspension pour le directeur régional

Si l'enquête visant le directeur de la région Nord suit son cours, François Bausch, ministre de la Sécurité intérieure, a annoncé lundi que ce dernier a fait l'objet d'une mutation temporaire. Ce dernier est soupçonné notamment de «prise illégale d’intérêt et de fraude informatique».

(ER) - Alors qu'une information judiciaire est ouverte depuis la fin mai contre le directeur de la direction Nord de la police, ce dernier poursuit son activité, indique lundi François Bausch (Déi Gréng). Dans une réponse parlementaire, le  ministre de la Sécurité intérieure confirme non seulement que le responsable se trouve sous le coup d'une enquête entre autre pour «prise illégale d’intérêt et fraude informatique» mais aussi qu'il fait l'objet d'«une affectation temporaire dans un autre service». Aucune indication sur la nouvelle affectation ou la durée de cette dernière n'a été fournie. 

Justifiée par l'article 14 du statut disciplinaire de la police, la décision a été prise par le ministre «sur proposition du directeur général de la police», précise la réponse parlementaire. Autrement dit, sur demande de Philippe Schrantz, n°1 de la police depuis février 2015 qui a estimé qu'une suspension du directeur de la région Nord n'était pas appropriée. A noter que la décision prise par le ministre de la Sécurité intérieure s'est faite« après que l'intéressé aura été appelé à donner ses explications», selon les obligations formulées dans la loi de juillet 2018.

Pour rappel le 26 mai dernier, le parquet de Diekirch avait annoncé qu'une information judiciaire avait été ouverte contre ce haut responsable de la police. Des perquisitions avaient été menées aussi bien auprès des différents services dépendant de la direction générale qu'à la direction de la région Nord. A noter que ce n'est pas la première fois qu'un haut responsable de la police se trouve sous le coup d'une information judiciaire pour «fraude informatique». Ce fut  notamment le cas en 2005 pour l’ancien directeur général de la circonscription Sud qui avait demandé à effacer de la base de donnée un test d'alcoolémie positif de l'une de ses connaissances. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.