Mondorf-les-Bains

Une baguette fraîche en un clin d'oeil

Et oui, il est désormais possible d'acheter une baguette fraîche au Luxembourg en appuyant sur un bouton. C'est dans l'avenue François Clément, à Mondorf-les-Bains que la boulangerie Scherrer propose ce service.
Et oui, il est désormais possible d'acheter une baguette fraîche au Luxembourg en appuyant sur un bouton. C'est dans l'avenue François Clément, à Mondorf-les-Bains que la boulangerie Scherrer propose ce service.
Photo: Gerry Huberty

(miz trad. sw) - L'odeur de pain chaud vous prend au nez, la pâte encore ferme et chaude croustille sous vos doigts... Non, vous n'êtes pas dans une boulangerie mais bien devant un distributeur automatique de baguettes.

Et oui, il est désormais possible d'acheter une baguette fraîche au Luxembourg en appuyant sur un bouton. C'est à Mondorf-les-Bains, dans l'avenue François Clément, que la boulangerie Scherrer propose ce service.

Un service surtout demandé le soir et le weekend. «De nombreux clients s'arrêtent rapidement sur le chemin du retour après le travail pour prendre une baguette dans la machine», explique Bernard Scherrer, à l'origine de cette initiative.

Le maître boulanger a construit le premier et unique "Kiosque à Baguettes" à Mondorf-les-Bains, là où se situait il y a encore 1 an et demi, sa boulangerie. Il a «dû fermer», lâche-t-il, sans donner davantage d'explications sur cet « abandon ».

De la farine française

Son idée de machine à pain connaît un franc succès depuis deux ans maintenant. En France, mais aussi au Luxembourg. Chez nos voisins, Scherrer exploite plusieurs boulangeries et une dizaine de machines.

«Il arrive que des maires français viennent me voir pour que je construise des kiosques à baguettes dans leur village», explique Bernard Scherrer.

Pour lui, il est clair que la demande est grande. Et il y a de multiples raisons à cela. «Nous préparons nos baguettes selon une recette traditionnelle en utilisant uniquement de la farine française», souligne le boulanger.

«Dans de nombreux villages, il n'y a plus de vrai boulanger ou pâtissier, mais les gens apprécient les produits frais et de qualité. Tout le monde ne veut pas acheter son pain ou sa baguette dans une station-service.»

Du "fait maison"

Les baguettes sont préparées dans la boulangerie avant d'être placées dans la machine: elles sont brièvement pré-cuites. «Tout est fait à la main» assure-t-il.

La machine, intègre une sorte de réfrigérateur, afin de conserver les baguettes. Ce n'est que lorsqu'un client appuie sur le bouton que la baguette est extraite du frigo et amenée dans le four.

Une machine contient 120 baguettes. Elle est rechargée deux à trois fois par jour, selon la demande. Le boulanger est averti grâce à un e-mail automatique lorsque le stock est presque épuisé.

1€10 la baguette

Une baguette coûte 1.10 euro. Ces machines ne rapportent pas assez d’argent pour constituer la seule activité de Bernard Scherrer. «On voit davantage cela comme un service supplémentaire pour nos clients. Tant qu'ils sont satisfaits, nous le sommes aussi», explique le boulanger.

Un permis spécial

Pour que ce kiosque voit le jour, Bernard Scherrer l'a fait construire sur sa propriété privée. Mais il a tout de même dû faire une demande de permis auprès des Ponts et Chaussées et de la municipalité de Mondorf.

«Si vous voulez construire une machine le long d'une route nationale luxembourgeoise, vous devez demander un permis», explique Ralf Di Marco des Ponts et Chaussées. 

Si la machine est approuvée par l'administration, l'opérateur doit payer un petit loyer pour le placement parce que cet appareil est considéré comme une sorte d'entreprise. 

«Nous avons accepté la machine parce que la Boulangerie Scherrer était il y a quelques années encore une partie importante du commerce de Mondorf», explique Claude Mathieu, en charge des autorisations à bâtir de la commune.

Le boulanger lui, est heureux d'avoir réalisé son projet et que les clients de Mondorf, faute de boulangerie, s'arrêtent devant sa machine pour une baguette toute fraîche.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.