Changer d'édition

Monaco ouvre son e-ambassade au Grand-Duché
Luxembourg 2 min. 06.09.2021
Diplomatie électronique

Monaco ouvre son e-ambassade au Grand-Duché

Voilà à quoi peut ressembler une ambassade électronique.
Diplomatie électronique

Monaco ouvre son e-ambassade au Grand-Duché

Voilà à quoi peut ressembler une ambassade électronique.
Luxembourg 2 min. 06.09.2021
Diplomatie électronique

Monaco ouvre son e-ambassade au Grand-Duché

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Après l'Estonie, la Principauté monégasque est le deuxième Etat à confier la protection de ses données au Luxembourg.

C'est acté, c'est signé : les données et systèmes d'information de la Principauté de Monaco seront hébergés à l'avenir dans un centre de données luxembourgeois. Quatre ans après l'Estonie, les datacenters du Grand-Duché viennent donc d'attirer un nouveau client, un nouvel Etat. Sauf que les attentes ne sont sans doute pas les mêmes entre Monaco et Tallinn.


Wi , WO fr , Bissen , Luxconnect , Einweihung MeluXina , Erster Supercomputer in Luxemburg , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le compte est bon pour MeluXina
Ce lundi, l'univers des datas luxembourgeois s'est encore agrandi avec la mise en service d'un premier superordinateur. L'équipement, capable de calculer à des vitesses impressionnantes, doit être un atout pour la recherche et le développement des entreprises.

Certes dans les deux cas, la sauvegarde des données sensibles de l'un ou l'autre pays apporte des garanties d'immunité et de privilèges similaires à celles d'une ambassade. Cette fois, «il était devenu stratégiquement important pour la principauté de trouver une solution pour préserver certaines données contre des risques de cyberattaque ou de catastrophe naturelle, garanties qu'il est impossible de mettre en place sur un territoire de 2 km2». Alors autant faire appel à un ''grand frère" comme le Luxembourg (2.586 km2)... grand en tout cas dans le domaine de l'e-protection.

Des immunités appréciables

Mais aux députés Gilles Roth et Laurent Mosar (CSV) qui l'interrogeaient sur l'arrivée de cette seconde e-ambassade au pays, le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères listent bien d'autres avantages du choix fait par la Principauté. Non, une « ambassade digitale » n’est pas assimilable au terme d’ambassade tel que couvert par la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques. Les immunités accordés n'étant valables «que pour la salle informatique hébergeant les données».

Ainsi, via l'accord trouvé entre les deux Etats, le Luxembourg «s’engage à accorder aux locaux mis à la disposition de la Principauté de Monaco ainsi qu’aux données hébergées un statut leur conférant un caractère inviolable». Les voilà «exempts de toute perquisition, réquisition, saisie ou mesure d’exécution». D'aucuns verront donc dans l'offre d'e-ambassade, l'assurance de disposer d'un havre électronique protecteur pour les données fiscales, par exemple, des quelque 9.500 Monégasques.


Man working in data center Cyber data server
Le pays se dote d'un bouclier face aux cybercriminels
2020 verra la mise en service du centre national de filtrage d'attaques volumétriques DDoS. Un nom savant pour ce qui constitue une arme de défense informatique, voulue par l'Etat et indispensable face à des opérations de piratage de plus en plus audacieuses.

Pour l'Estonie, la principale utilité de retrouver ses données stockées et protégées (au datacenter LuxConnect) consistait surtout à se retrouver à l'abri de cyberattaque venant de son voisin l'Etat russe, plus que de pirates informatiques intéressés par les données administratives de ce pays. 

Avec ce deuxième partenariat, le Luxembourg conforte son ambition de devenir «un centre de confiance». Sachant que certaines données de l'OTAN et de la Commission européenne sont également abritées au Grand-Duché.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2020 verra la mise en service du centre national de filtrage d'attaques volumétriques DDoS. Un nom savant pour ce qui constitue une arme de défense informatique, voulue par l'Etat et indispensable face à des opérations de piratage de plus en plus audacieuses.
Man working in data center Cyber data server
Trois ans après son arrivée à la tête du Centre des technologies de l'information de l'Etat et à la veille des Internet Days du LuCIX, Gilles Feith se félicite de l'arrivée au Luxembourg de l'e-embassy estonienne. Le «directeur des systèmes d'informations» de l'année y voit un signal fort.
9.11.Wi /  ITV Gilles Feith / Centre des Technologies de l`Information de l`Etat / CTIE Foto:Guy Jallay