Changer d'édition

Momo Challenge: aucun cas au Luxembourg
Luxembourg 07.11.2018 Cet article est archivé

Momo Challenge: aucun cas au Luxembourg

L'image utilisée pour incarner le personnage provient en réalité du détournement d’une créature imaginée par Link Factory, une société japonaise spécialisée dans les effets spéciaux.

Momo Challenge: aucun cas au Luxembourg

L'image utilisée pour incarner le personnage provient en réalité du détournement d’une créature imaginée par Link Factory, une société japonaise spécialisée dans les effets spéciaux.
Screenshot: Youtube
Luxembourg 07.11.2018 Cet article est archivé

Momo Challenge: aucun cas au Luxembourg

Un garçon de 13 ans se pend en Belgique, probablement parce qu'il a été victime du "Momo Challenge". Au Luxembourg, aucun cas n'a encore été recensé.

(SH) - Un garçon belge de 13 ans est décédé après être resté dans le coma pendant deux semaines à la suite d'une pendaison.

Selon le parquet belge, le garçon aurait été victime du "Momo Challenge". Dans ce jeu, un personnage de dessin animé effrayant nommé "Momo" demande aux jeunes d'effectuer différentes tâches par le biais des réseaux sociaux ou SMS. Le dernier défi accompagné de menaces est un suicide.

A l'heure actuelle, aucun cas de ce genre n'a été rapporté au Luxembourg. Selon Claude Meisch, ministre de l'Education nationale, le "Momo Challenge" n'est pas un phénomène nouveau.

Bee Secure informe

Bee-Secure, qui promeut la sensibilisation et l'utilisation sûre des technologies de l'information et de la communication, a déjà été contactée par certaines personnes qui souhaitaient en savoir plus sur ce défi.

Selon Claude Meisch, Bee Secure s'efforce d'encourager les jeunes à traiter de manière critique les informations provenant d'Internet et des médias sociaux. Dans ce contexte, environ 900 sessions de formation sont organisées chaque année. Selon le ministre, la diffusion de fausses informations, comme dans le cas du "Momo Challenge", n'est pas une infraction pénale au Luxembourg.

L'image utilisée pour incarner le personnage provient en réalité du détournement d’une créature imaginée par Link Factory, une société japonaise spécialisée dans les effets spéciaux. L’œuvre, qui n’a aucun lien avec le jeu Momo, avait été exposée en 2016 à Tokyo et des visiteurs avaient publié des photos sur les réseaux sociaux.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.