Changer d'édition

Moins de formes graves avec le variant anglais, mais...
Luxembourg 3 min. 13.04.2021

Moins de formes graves avec le variant anglais, mais...

Selon le dernier rapport du LNS, la souche britannique représenterait 74% des infections au Luxembourg.

Moins de formes graves avec le variant anglais, mais...

Selon le dernier rapport du LNS, la souche britannique représenterait 74% des infections au Luxembourg.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 13.04.2021

Moins de formes graves avec le variant anglais, mais...

Deux études publiées mardi affirment que le variant «britannique» du coronavirus n'entraîne pas plus de formes graves de covid-19, à rebours des conclusions de précédents travaux de recherche, mais confirment qu'il est bien plus contagieux que les souches précédentes.

(AFP) - Plus contagieux, moins de formes graves, mais toujours aussi mortel. Telles sont les dernières conclusions des scientifiques dans deux nouvelles études, publiées dans The Lancet Infectious Diseases et dans The Lancet Public Health.


La lutte contre le covid-19 à l'épreuve des mutations
Face à la virulence de certains variants, la vaccination constituerait le meilleur remède, empêchant «très efficacement» de tomber malade, assure la virologue et chercheuse Stéphanie Kreis.

Dans la première étude, les auteurs ont ainsi analysé les données de 341 malades du covid hospitalisés à Londres entre le 9 novembre et le 20 décembre, en pleine émergence du variant 501Y.V1, désormais dominant dans une grande partie de l'Europe. 

58% d'entre eux étaient infectés par ce variant, aussi connu par le nom de sa lignée, B.1.1.7, et 42%, par d'autres souches. 36% des patients du premier groupe sont tombés gravement malades ou sont décédés, contre 38% dans le deuxième groupe, ce qui suggère que le B.1.1.7 n'est pas associé à une plus grande gravité.

Les chercheurs ont en revanche montré que les échantillons provenant de patients infectés par le variant contenaient en moyenne une plus grande quantité de virus, indice d'une transmissibilité plus élevée.


Un variant «un peu particulier» découvert à Niederkorn
Alors que la réouverture des terrasses deviendra réalité mercredi et qu'une enquête indépendante est en cours pour déterminer les causes de la mort de nombreux résidents de la maison de retraite «Um Lauterbann», l'épidémiologiste Joël Mossong fait un point sur la situation sanitaire.

La seconde étude a elle analysé les données de près de 37.000 utilisateurs britanniques d'une application mobile conçue pour signaler ses symptômes du covid, diagnostiqués positifs entre le 28 septembre et le 27 décembre.

A partir du nombre de personnes ayant rapporté des symptômes chaque semaine dans une zone donnée, elle conclut que le variant «britannique» présentait un taux de reproduction 1,35 fois plus élevé, c'est-à-dire que chaque patient contaminé infectait en moyenne 35% de personnes en plus qu'avec les souches du virus qui circulaient auparavant. En revanche le variant n'a pas entraîné de symptômes plus graves ou une plus grande probabilité d'avoir des symptômes prolongés («covid long»).

Un risque plus élevé de mortalité  

Dans un commentaire portant sur la première étude, trois chercheurs du Centre national des maladies infectieuses (NCID) de Singapour soulignent que ses conclusions contrastent avec trois précédents articles, qui associent le variant «britannique» à une probabilité plus élevée de décès et de formes graves de Covid.

Ils notent que l'étude parue dans le Lancet a l'avantage d'avoir utilisé des séquençages complets du virus dans ses analyses mais que sa conclusion «rassurante» doit «être confirmée par des études de plus grande ampleur». «Cette étude se concentre sur les résultats cliniques d'un groupe de personnes déjà hospitalisées avec le Covid-19», observe toutefois l'épidémiologiste Nicholas Davies, cité par le Science Media Centre britannique.


ARCHIV - 01.01.2020, USA, Washington: Die vom National Institute of Allergy and Infectious Diseases zur Verfügung gestellte Elektronenmikroskopaufnahme zeigt das Coronavirus SARS-CoV-2, das von einem Patienten in den USA isoliert wurde und aus der Oberfläche von im Labor kultivierten Zellen austritt. (zu dpa «WHO-Experten bekräftigen These des Corona-Ursprungs beim Tier») Foto: Niaid-Rml/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le variant britannique grimpe toujours
Repérée dans 68% des échantillons analysés par le LNS voilà une semaine, la souche anglaise du covid-19 a encore progressé au Luxembourg. Au point d'atteindre les 74% désormais.

Elle «ne dément pas les éléments déjà rassemblés par de précédentes études, qui tendent à montrer que» l'infection par le B.1.1.7 est globalement associée à un risque plus élevé de mortalité, d'hospitalisation et d'admission aux urgences parmi l'ensemble des individus testés positifs au Sars-CoV-2», ajoute-t-il.

Pour rappel, au Luxembourg, la souche anglaise représenterait 74% des échantillons analysés la semaine dernière, selon le dernier rapport du LNS moins de cinq mois après sa découverte sur le territoire. Au total, 63.650 infections - toutes souches confondues - ont été recensées au Grand-Duché depuis le début de la pandémie.

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le variant brésilien, petit mais en progrès
Le nombre d'infections covid est en baisse. Sous la barre des mille cas détectés par semaine même, selon le dernier bilan hebdomadaire du ministère de la Santé. Mais ce qui ne recule pas, c'est la souche brésilienne du virus.
(FILES) In this file photo an employee makes a chip at a factory of Jiejie Semiconductor Company in Nantong, in eastern China's Jiangsu province on March 17, 2021. - A newly formed coalition of technology firms called on May 11, 2021 for $50 billion in US government aid to boost incentives for domestic semiconductor manufacturing in the face of a deepening chip shortage. The Semiconductors in America Coalition urged Congress to allocate funds for research and manufacturing, calling the effort essential for economic and national security. (Photo by STR / AFP) / China OUT
Le variant britannique grimpe toujours
Repérée dans 68% des échantillons analysés par le LNS voilà une semaine, la souche anglaise du covid-19 a encore progressé au Luxembourg. Au point d'atteindre les 74% désormais.
ARCHIV - 01.01.2020, USA, Washington: Die vom National Institute of Allergy and Infectious Diseases zur Verfügung gestellte Elektronenmikroskopaufnahme zeigt das Coronavirus SARS-CoV-2, das von einem Patienten in den USA isoliert wurde und aus der Oberfläche von im Labor kultivierten Zellen austritt. (zu dpa «WHO-Experten bekräftigen These des Corona-Ursprungs beim Tier») Foto: Niaid-Rml/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un variant «un peu particulier» découvert à Niederkorn
Alors que la réouverture des terrasses deviendra réalité mercredi et qu'une enquête indépendante est en cours pour déterminer les causes de la mort de nombreux résidents de la maison de retraite «Um Lauterbann», l'épidémiologiste Joël Mossong fait un point sur la situation sanitaire.