Changer d'édition

Moins de 2% de refus pour le vaccin AstraZeneca
Luxembourg 3 min. 07.04.2021 Cet article est archivé

Moins de 2% de refus pour le vaccin AstraZeneca

Au Luxembourg , 83.652 soignants ou résidents ont reçu une 1ère injection anti-covid et 25.288 personnes les deux doses préconisées. Chiffres tous vaccins confondus.

Moins de 2% de refus pour le vaccin AstraZeneca

Au Luxembourg , 83.652 soignants ou résidents ont reçu une 1ère injection anti-covid et 25.288 personnes les deux doses préconisées. Chiffres tous vaccins confondus.
Photo : dpa
Luxembourg 3 min. 07.04.2021 Cet article est archivé

Moins de 2% de refus pour le vaccin AstraZeneca

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Au Luxembourg, les invités à la vaccination se montrent jusqu'à présent peu soucieux de recevoir une injection avec la formule développée par l'Université d'Oxford. Mais la donne pourrait changer.

Il a eu beau changer de nom, la défiance entoure encore le vaccin anti-covid développé par AstraZeneca. Et le nouveau revirement de position de l'Agence européenne des médicaments (EMA) sur la corrélation entre cette formule et l'apparition de thromboses chez des patients vaccinés ne devrait rien arranger. Il est vrai que, depuis des mois, ce sérum ne bénéficie guère d'une bonne image. «Mais jusqu'à présent, cela allait au Luxembourg», confie Luc Feller.


(FILES) In this file photo taken on March 5, 2021 registered nurse Florisa N. Lingad holds a Johnson & Johnson Janssen Covid-19 vaccine at a vaccination center established at the Hilton Chicago O'Hare Airport Hotel in Chicago, Illinois. - Up to 400 million doses of Johnson & Johnson's Covid-19 vaccine will be made available to African countries, the US pharmaceutical giant said on March 29, 2021.  The availability of the single-shot vaccine will be subject to national regulatory approvals in the African Union's 55 member states, with the first shipments expected to arrive in the third quarter of 2021. (Photo by KAMIL KRZACZYNSKI / AFP)
Pas de Johnson & Johnson avant mi-avril
Le vaccin anti-covid à injection unique n'arrivera pas au Luxembourg avant deux semaines. Le laboratoire promet la livraison de 4.800 doses en avril.

Actuellement, le Haut-commissaire à la protection nationale chargé d'orchestrer la vaccination sur le territoire, estime d'ailleurs à «moins de 2%» le nombre d'inscrits à la vaccination qui repoussent la piqûre AstraZeneca. «Un chiffre qui approchait les 3% au pic de la méfiance. Un pic atteint lors des quelques jours qui ont précédé l'arrêt des vaccinations avec ce produit au Grand-Duché et ailleurs en Europe», souligne Luc Feller. C'était mi-mars dernier, seulement...

Alors que le Luxembourg a maintenant franchi le cap des 108.000 doses anti-covid administrées, pour l'organisateur de la campagne vaccinale «chaque refus de dose est un refus de trop». S'il comprend les hésitations de certains à l'heure d'être piqués, Luc Feller note aussi que «la plupart du temps, les gens arrivant en centre de vaccination avec un doute et des interrogations sont vite rassurés par le médecin puis l'infirmière qui les prend en charge».

A charge en effet pour les professionnels de santé d'informer les volontaires de l'opportunité de recevoir la première et la seconde dose de la composition produite par le groupe pharmaceutique suédo-britannique. Car si les risques pour la santé peuvent exister, ils sont minimes en comparaison à la protection face au coronavirus et l'infection respiratoire qu'il peut déclencher. La fameuse balance bénéfices/risques.


An employee is at work on the vaccine packing line of the factory of British  pharmaceutical company GlaxoSmithKline (GSK) in Wavre on February 8, 2021 where the Covid-19 CureVac vaccine will be produced. - British pharmaceutical group GlaxoSmithKline (GSK) and German biotech firm CureVac announced plans to jointly develop a coronavirus vaccine with the potential to counter multi-variants of Covid-19. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le Grand-Duché mise aussi sur le vaccin CureVac
Même s'il n'a pas encore reçu d'autorisation de mise sur le marché, le ministère de la Santé a déjà précommandé le sérum anti-covid développé par le laboratoire allemand. Une préemption faite via l'Union européenne.

Et une à une, les autorités sanitaires nationales tentent d'ailleurs de jouer la carte de la transparence pour dégonfler la vague d'appréhension qui semble gagner. Au Royaume-Uni, sept personnes ayant reçu le vaccin en question sont ainsi décédées de caillots sanguins au Royaume-Uni, sur un total de 30 cas identifiés jusqu'ici. Un chiffre à mettre en perspective par rapport aux 18,1 millions de doses administrées par Londres.

Même relativité à prendre en compte dans la communication de l'Institut Paul-Ehrlich. Ainsi, l'Allemagne a-t-elle répertorié 31 cas suspects de thrombose veineuse cérébrale avec neuf décès. Mais là encore sur 2,8 millions de doses AstraZeneca injectées. En France, l'Agence nationale de sécurité du médicament a indiqué le 2 avril que «douze cas» de thrombose étaient survenus, «dont quatre décès» sur 1,9 million d'injections. 

Pour les Etats européens, y compris le Luxembourg, un éventuel arrêt demandé par l'EMA sur le vaccin AstraZeneca serait catastrophique. Tant cette formule est une partie importante de leur plan de vaccination actuel et pour les mois à venir. A l'heure d'ouvrir un cinquième centre d'injection, à Sandweiler, Luc Feller ne s'en cachait pas : «AstraZeneca a promis deux fois plus de vaccins en avril, mai juin qu'au cours du premier trimestre. Mais comme, ils font des annonces souvent à court terme également, s'attendre à plus ne relève pas de l'utopie.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Même si la vaccination a prioritairement visé les personnes âgées résidant en établissement de longs séjours, le ministère de la Famille ne constate pas d'accalmie sur le front des infections collectives.
Eugene, 86 years old, and his wife talk with a firefighter nurse before receiving a dose of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at home on March 30, 2021 in Saint-Bonnet-en-Champsaur, southeastern France. (Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)
La souche infectieuse a été repérée dans 68% des échantillons de tests covid+ analysés par le laboratoire national de santé. Contre 64% la semaine passée. Mais la déclinaison du virus est loin d'être la seule en circulation.
A biologist of the OSE Immunotherapeutics pharmaceutical laboratory works on a program to develop a vaccine against the Covid-19 infection on March 31, 2021 in Nantes, western France. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Contrairement aux mesures actuellement en vigueur, le conseil supérieur des maladies infectieuses recommande aux futures mères de se faire injecter le vaccin. Selon son rapport publié lundi, il n'y aurait aucun risque pour elles ou leur bébé.
Quelques heures après avoir présenté les premières conclusions des experts sur la source du virus, le directeur de l'OMS réclame une nouvelle enquête. Il estime que l'accès limité aux données empêche les scientifiques d'explorer la piste des laboratoires.
A medical worker takes a swab sample from a resident to be tested for the COVID-19 coronavirus in Wuhan in China's central Hubei province on May 14, 2020. - Nervous residents of China's pandemic epicentre of Wuhan queued up across the city to be tested for the coronavirus on May 14 after a new cluster of cases sparked a mass screening campaign. (Photo by STR / AFP) / China OUT