Changer d'édition

Moins d'un tiers des lycéens suivent une «classe iPad»
Luxembourg 2 min. 04.12.2019

Moins d'un tiers des lycéens suivent une «classe iPad»

Les élèves du secondaire doivent rendre leur équipement informatique en cas de changement d'établissement.

Moins d'un tiers des lycéens suivent une «classe iPad»

Les élèves du secondaire doivent rendre leur équipement informatique en cas de changement d'établissement.
Photo : Nico Muller
Luxembourg 2 min. 04.12.2019

Moins d'un tiers des lycéens suivent une «classe iPad»

Quelque 649 classes travaillent avec des tablettes tactiles à travers le pays, à en croire les chiffres du ministère de l'Education nationale publiés mardi. Encore loin des objectifs gouvernementaux. Si la pratique se répand, aucune évaluation du dispositif n'est à l'ordre du jour.

(AA) - Les iPads acquis en nombre par le gouvernement pour digitaliser l'enseignement ne dorment pas dans des étagères. Mieux, ils sont utilisés par 649 classes de l'enseignement secondaire. C'est ce qu'a confirmé, mardi, Claude Meisch, le ministre en charge de l'Education.


Nursery school pupils work with tablet computers on March 18, 2013 in Haguenau, northeastern France. AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN        (Photo credit should read FREDERICK FLORIN/AFP/Getty Images)
Encore plus d'iPads dans les lycées
L'acquisition de tablettes tactiles à destination des 40.000 élèves du secondaire a déjà coûté plus de six millions d'euros en deux ans, comme l'a confirmé le ministère de l'Education. 27.000 iPads doivent encore être acquis d'ici à 2023.

Au total, ce sont ainsi à peine plus de 12.000 lycéens qui acquièrent des savoirs en faisant glisser leur doigt sur l'écran, selon l'estimation du ministère de l'Education nationale. Soit moins du tiers des près de 40.000 d'élèves de l'enseignement secondaire public, dont les effectifs ne cessent de grimper

Si l'accord de coalition visait «la généralisation des tablettes et laptops en classe» pour le secondaire, l'objectif est encore loin d'être atteint. En effet, si «l'ensemble des lycées publics» proposent au moins une classe iPad, selon Claude Meisch, 30.000 tablettes doivent encore être acquises d'ici 2023. 

Soucieux d'amplifier le mouvement, le ministère de l'Education a assoupli les conditions préalables à l'envoi des précieux équipements dans une école. Les «dossiers pédagogiques» que devait rédiger l'établissement intéressé par les iPads «ne sont plus de rigueur». Ils sont remplacés par «des échanges réguliers entre établissements» et avec le ministère de tutelle. 


Les enfants scolarisés dans le pays engrangent des scores moyens en lecture et dans les matières scientifiques.
Les performances scolaires encore épinglées par l'OCDE
Les résultats luxembourgeois sont en dessous de la moyenne et même en légère baisse depuis 2015, à en croire la nouvelle étude PISA, publiée mardi. Face à ce bilan mitigé, le ministère de l'Education nationale pointe les «profils divers» de ses élèves.

Une question demeure : quels effets ces nouveaux outils ont-ils sur l'enseignement du pays ? Et ce, alors que les performances scolaires ont encore été épinglées par l'OCDE, mardi, et que le malaise des enseignants grandit. Cette introspection n'est «pas d'actualité», balaie le ministère, qui exclut toute «analyse ou évaluation détaillée» dans le domaine. 

Pourtant, les gadgets informatiques pourraient avoir des coûts cachés pour les foyers luxembourgeois. En effet, si un élève quitte sa classe iPad ou change d'établissement, il perd aussi le droit d'utiliser son appareil. A moins qu'il ne décide d'opter pour le «rachat au prix de la valeur résiduelle» de la machine, achetée plus de 400 euros pièce par le gouvernement. Une dépense qui fera réfléchir plus d'une famille.


Sur le même sujet

Les performances scolaires encore épinglées par l'OCDE
Les résultats luxembourgeois sont en dessous de la moyenne et même en légère baisse depuis 2015, à en croire la nouvelle étude PISA, publiée mardi. Face à ce bilan mitigé, le ministère de l'Education nationale pointe les «profils divers» de ses élèves.
Les enfants scolarisés dans le pays engrangent des scores moyens en lecture et dans les matières scientifiques.
Rentrée scolaire: le ministre fait le point: Un enseignement «multilingue, différencié et centré sur l'enfant»
Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.
Claude Meisch lors de la conference de presse au Lyc�e de gar�ons a LuxembourG, le 14 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba