Changer d'édition

«MoDu 2.0» : 4 objectifs et de grands projets pour mieux circuler d'ici 2025
Luxembourg 4 8 min. 29.05.2018

«MoDu 2.0» : 4 objectifs et de grands projets pour mieux circuler d'ici 2025

«MoDu 2.0» : 4 objectifs et de grands projets pour mieux circuler d'ici 2025

Photo: Maurice Fick
Luxembourg 4 8 min. 29.05.2018

«MoDu 2.0» : 4 objectifs et de grands projets pour mieux circuler d'ici 2025

Maurice FICK
Maurice FICK
Rendre le trafic plus fluide aux heures de pointe au Luxembourg d'ici 2025, en transportant 20% de personnes de plus qu'aujourd'hui. Pour y parvenir, la nouvelle stratégie pour une Mobilité Durable (MoDu 2.0), dévoilée mardi par le ministre François Bausch, vise quatre grands objectifs chiffrés, propose une cinquantaine de mesures et liste les grands projets en cours et à venir.

«C'est une illusion de penser que c'est à travers les seuls projets d'infrastructures qu'on règlera le problème», martèle François Bausch dont la stratégie Modu 2.0 «Mobilitéit zesummen erreechen» (traduisez: «Tous ensemble vers la mobilité») table sur la responsabilisation de tous les acteurs de la mobilité. Ils sont quatre: les citoyens, les employeurs, les communes et l'Etat.

Modu 2.0 - l'intégralité du document de 104 pages est disponible en cliquant ici - se veut être une feuille de route avec des objectifs réalistes et des exercices pratiques que les citoyens, les employeurs et les communes peuvent réaliser à court, voire moyen terme, pour rendre à nouveau la mobilité vivable au Luxembourg aux heures de pointe. «Tout citoyen peut regarder dans cette brochure et améliorer la circulation», pose le ministre du Développement durable qui précise «ne pas vouloir culpabiliser» quiconque mais clairement vouloir «démontrer que chacun a une responsabilité».

Car «continuer comme aujourd'hui, ça ne peut plus fonctionner! Si nous n'arrivons pas à faire ces changements substantiels, on aura de gros problèmes économiques à moyen terme. J'en suis persuadé!», prévient François Bausch au terme de la présentation du nouveau concept à la presse.

L'Etat, pour sa part, s'engage «à rattraper le retard» en matière d'infrastructures. Mais aussi à améliorer de façon générale la qualité de l'offre des transports en commun à l'horizon 2025, en tendant vers un concept multimodal cohérent à l'horizon 2035.

Quatre objectifs clairement chiffrés

Approuvé par Conseil de gouvernement le 23 mai, le nouveau concept de mobilité durable qui se fonde sur l'enquête ménages 2017, fixe quatre objectifs précis qui se conjuguent à d'autres objectifs plus larges liés à la mobilité, comme l'aménagement du territoire, la qualité de l'air, la décarbonisation, la sécurité routière, etc.

L'objectif n°1 est d'améliorer les déplacements domicile-travail en augmentant de 50% le nombre d'usagers des transports en commun grâce aux nouvelles infrastructures déjà planifiées des CFL et à la réorganisation du réseau RGTR, et en diminuant les trajets effectués en voiture de 8%. En 2025, 65% des déplacements se feront en voiture privée, contre 73% actuellement.

Pour augmenter la part modale des piétons et des cyclistes, la nouvelle stratégie prévoit que 95% des trajets domicile-travail de moins d'1 km, seront faits à pied, comme c'est déjà le cas en Suisse (actuellement 56% au Luxembourg). Et que 10% des trajets de moins de 5 km seront effectués à vélo (5% actuellement).

L'objectif n°2 est de mieux occuper les sièges des voitures qui circulent. Aujourd'hui le taux d'occupation moyen des voitures pour se rendre de la maison au travail est de 1,2 personne par voiture. En 2025, ce taux devra passer à 1,5 personne par voiture.

L'objectif n°3 concerne les déplacements domicile-école. Aujourd'hui 4 élèves sur 10 vont à l'école en voiture au Luxembourg. A terme, tous les élèves - exceptés les 5 % de jeunes à mobilité réduite ou qui n'ont d'autre choix - iront à l'école à pied, à vélo ou en transports en commun. Pour y parvenir, MoDu 2.0 table sur une augmentation:

  • des trajets de moins d'1 km à pied (75% en 2025 contre 58% aujourd'hui)
  • des trajets de moins de 5 km à vélo (15% en 2025 contre 3% aujourd'hui)
  • des trajets domicile-école fondamentale en bus (50% en 2025 contre 29% aujourd'hui)
  • des trajets domicile-école secondaire en bus ou en train (77% en 2025 contre 70% aujourd'hui).

L'objectif n°4 est d'avoir des transports en commun plus fiables. D'ici 2025 «moins d'1 train sur 100 doit être supprimé» alors qu'1 train sur 40 était supprimé en 2017. Le ministère table aussi sur une réduction de 25% (par rapport à 2017) des trains qui ont plus de 6 minutes de retard.

La boîte à outils

 Pour inciter les acteurs à agir, à leur échelle, sur le trafic et remettre en question leurs habitudes de déplacements, la stratégie MoDu 2.0 offre une «boîte à outils» qui est plus une boîte à idées et de best practices. Citoyens, employeurs et communes peuvent piocher dans une liste d'une  cinquantaine de mesures, plus ou moins concrètes, et les mettre en œuvre.

Pour délester le trafic aux heures de pointe par exemple, une stratégie serait de décaler le début des cours de certains lycées. Ce sera évidemment au ministère de l'Education nationale d'en décider. Les employeurs, de leurs côtés, «peuvent contribuer considérablement à la fluidification du trafic aux heures de pointe» en favorisant par exemple le télétravail, en offrant la possibilité de travailler en horaires mobiles ou en promouvant le covoiturage.

P&R, nouvelles gares, places assises dans les trains

Bien plus concret est le 4e chapitre de la stratégie MoDu 2.0 où sont listés les grands projets en cours de réalisation ou déjà planifiés. Ils sont  détaillés dans le Plan sectoriel transport (PST).

Outre la progression du tram qui rendra au fur et à mesure opérationnels de nouveaux pôles d'échange et entraînera un remodelage du réseau de bus ou la réorganisation du réseau RGTR (Régime général des transports routiers) à partir de 2019, les grands projets en cours concernent le rail.

«17 gares du réseau CFL vont être complètement restructurées d'ici 2025», souligne François Bausch. Celles de Lorentzweiler et Kleinbettingen cette année, celles de Cents-Hamm, Sandweiler-Contern et Schifflange en 2019, de Bettembourg en 2020 et de Luxembourg, Differdange, Ettelbruck et Walferdange en 2022. La pièce-maîtresse permettant d'augmenter la capacité du réseau étant la gare centrale de Luxembourg. Elle passera à 13 voies lorsque ses deux nouveaux quais seront opérationnels.

Entre 2019 et 2024 «le nombre de places assises augmentera de 43% dans les trains des CFL» grâce à la commande de 36 nouvelles rames. Des rames équipées d'un comptage automatique des voyageurs et d'un système de vidéosurveillance.

Autre projet ferroviaire d'envergure en cours: le dédoublement de la ligne Thionville-Luxembourg sur les 7 km entre Bettembourg et Luxembourg qui permettra «si on y arrive, de passer à 9 trains par heure entre Thionville et Luxembourg», glisse François Bausch.

Au chapitre des grands projets routiers, le Modu 2.0 dresse une liste de 30 projets dont une partie déjà prévus dans le MoDu 2012.

Le ministre met en exergue le projet «très innovatif» du couloir pour bus sur la voie centrale de la N11 entre Gonderange et LuxExpo. Le bus roulerait au milieu de la nationale et à contresens.

Sur l'A3, entre la Croix de Gasperich et la frontière française, la troisième voie à créer sera dédiée aux bus et au covoiturage, c'est-à-dire aux voitures transportant au moins 3 personnes. Alors que sur les voies «normales» circulent en moyenne 1,2 personne par voiture.

A moins de cinq mois des élections législatives du 14 octobre 2018, le ministre du Développement durable et des Infrastructures glisse à l'intention du prochain gouvernement et de son successeur: «La stratégie est sur la table. On le sait très bien: il faudra un certain courage politique pour appliquer certaines mesures. Moi je dis: il faut avoir ce courage politique car sans cela on va, tous ensemble échouer».


Sur le même sujet

Le gouvernement Bettel à Paris: enfin du concret pour les frontaliers
Un séminaire intergouvernemental a eu lieu ce mardi matin à Paris dans le cadre de la visite d'Etat du Luxembourg en France. Des accords ont été signés entre les deux pays, notamment sur le cofinancement d'infrastructures pour le trafic frontalier. Explications de notre envoyée spéciale.
Tram, trains, funiculaire et bus chamboulent Luxembourg
«Good Morning Mobilitéit» et bienvenue dans la nouvelle réalité des transports urbains! Le dimanche 10 décembre, la Ville de Luxembourg inaugurera deux nouvelles gares, son tram, le premier funiculaire du pays, une vraie piste cyclable et deux pôles d'échange au Kirchberg. Zoom sur les grands changements à venir et leurs conséquences pour les voyageurs.
Mobilité: Trop de voitures: les 5 solutions de François Bausch
Bouchons, pollutions, accidents... La voiture, privilégiée par les Luxembourgeois mais aussi par les frontaliers, pose de nombreux problèmes. François Bausch, ministre des Infrastructures, a décidé d'agir face à ce fléau: application de covoiturage, car-sharing, panneaux signalétiques de déviations, abattement fiscal sur les véhicules non polluants... Il nous explique ce qui vous attend pour l'année 2017.
Les premières images du nouveau tram
Le ministre François Bausch, Madame la Bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer et les responsables de Luxtram ont présenté ce mercredi le design du tout nouveau tramway à Luxembourg.