Changer d'édition

«Ce dangereux récidiviste doit rester toute sa vie en prison»
Luxembourg 3 min. 29.01.2018 Cet article est archivé
Meurtre de Béatrice Berlaimont

«Ce dangereux récidiviste doit rester toute sa vie en prison»

Le meurtre de la jeune fille avait ému Arlon et sa région.
Meurtre de Béatrice Berlaimont

«Ce dangereux récidiviste doit rester toute sa vie en prison»

Le meurtre de la jeune fille avait ému Arlon et sa région.
Nadia Lallemant
Luxembourg 3 min. 29.01.2018 Cet article est archivé
Meurtre de Béatrice Berlaimont

«Ce dangereux récidiviste doit rester toute sa vie en prison»

Linda CORTEY
Linda CORTEY
Le procès de Jérémy Pierson, le meurtrier présumé de la jeune Béatrice, débute à Arlon. Isabelle Hustin, la maman de la victime se dit prête et déterminée. Elle espère que la peine la plus lourde sera rendue.

Par Nadia Lallemant

Le procès de Jérémie Pierson, accusé d’enlèvement, viol, séquestration et assassinat sur la jeune Béatrice Berlaimont, âgée de 14 ans au moment de sa disparition , débute ce lundi 29 janvier, à la cour d’assises du Luxembourg à Arlon. Le jury, désigné  par le sort mercredi, se compose de huit femmes et quatre hommes ainsi que, vu la longueur des débats prévus pour trois semaines, de cinq jurés suppléants, trois hommes et deux femmes.

Les faits remontent à  2014. Le 21 novembre, la jeune fille quitte à pied son domicile, rue de Schoppach, pour se rendre à l’athénée royal d’Arlon. Elle n’y arrivera jamais. En chemin, elle croise Jérémy Pierson.

Béatrice Berlaimont avait 14 ans.
Béatrice Berlaimont avait 14 ans.
DR

Le soir même, la maman de Béatrice, Isabelle Hustin, contacte Child Focus. Alors que la police, la protection civile, l’armée multiplient les battues, on ignore que Béatrice est séquestrée par Pierson à différents endroits dans Arlon, notamment dans un conteneur sur le site de la caserne Callemeyn.

Pendant que les recherches se poursuivent dans les bois de Sesselich, les étangs de Stockem et au camp Bastin, Pierson déplace Béatrice, à bord d’un véhicule Volvo volé. Il prend la direction d’Allondrelle-la- Malmaison, un petit village français, à côté de Virton. Dans un mirador, en forêt, il ligote la jeune fille sur une chaise et la laisse dans le froid.

Grande émotion à la découverte du corps sans vie

Le 1er décembre, le corps sans vie de Béatrice est découvert, par un habitant de Sesselich, dans une sapinière à 3 km d’Arlon. Ses poignets sont entravés. Elle porte une cordelette autour du cou. Cette découverte  provoque l’émotion et l’indignation.

Entre le 1er et le 9 décembre, Pierson, commet plusieurs actes malveillants, comme des vols et des menaces. Le 4 décembre, il agresse sexuellement  une jeune femme, entre Arlon et Virton. Celle-ci est retrouvée en vie mais très choquée.

Cette nouvelle agression permet de le confondre. L’ADN retrouvé sur le corps de la jeune femme agressée et violée est identique à celui retrouvé sur les cordelettes qui entravaient les poignets et le cou de la jeune Béatrice.

Le 9 décembre, il est interpellé dans son appartement d’Arlon. Il nie toute implication dans la mort de la jeune fille. En mars 2015, il finira par avouer partiellement les faits. Il nie être l’auteur du meurtre et prétend que, dans le mirador, la victime est morte étouffée par ses liens.

En novembre 2016,  Isabelle Hustin organise une marche en hommage à sa fille, au départ de la maison de culture d’Arlon, avec comme objectifs de perpétuer sa mémoire et de montrer qu’on ne l’oublie pas. La maman évoque une jeune fille pleine de vie et d’espoir, qui aimait la musique et se destinait à une carrière dans l’audiovisuel.

  «Je m’y prépare depuis trois ans»  

A la veille de l’ouverture du procès, la maman de Béatrice nous a confié qu’elle est «prête et déterminée». «Je m’y prépare depuis trois ans», souligne-t-elle. «Aujourd’hui, je n’appréhende plus de me retrouver face à cet individu. Je l’ai croisé deux fois, lors de la dernière chambre du conseil et de l’audience préliminaire  à l’établissement de la liste des témoins. La première fois, toutes les parties civiles se sont donné la main.  On l’a regardé droit dans les yeux, mais lui a baissé le regard.» De la lecture  de l’expertise psychiatrique, elle retient que « cet homme  cruel est un dangereux récidiviste».

Son changement d’apparence – lors de la première audience, il est apparu avec un costume et des lunettes – ne l’impressionne pas du tout. «S’il exprimait, au cours du procès, des remords, cela sonnerait faux. Tout le dossier démontre qu’il n’a aucune empathie et ne ressent aucun remord par rapport à ce qu’il a fait. Je ne pourrai jamais lui pardonner.» 

La maman de Béatrice espère que la peine la plus lourde possible sera rendue. «Je demanderai la mise à disposition du tribunal d’application des peines, une mesure qui permet de maintenir un condamné en détention alors qu’il a entièrement purgé sa peine. Je veux qu’on l’empêche de sortir de prison», conclut-elle.


Sur le même sujet

Meurtre de Béatrice Berlaimont
L'instruction est clôturée dans l'affaire Béatrice Berlaimont, cette jeune fille de 14 ans assassinée à Arlon en 2014. Jérémy Pierson, suspecté du meurtre, comparaîtra vraisemblablement aux assises d'ici 6 mois.
Le corps sans vie de la jeune Béatrice avait été retrouvé dans les bois de Sesselich en décembre 2014.